Partagez
Aller en bas
avatar
Saint-Empereur
Saint-Empereur
Messages : 121
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 19
Localisation : Palais Impérial
Voir le profil de l'utilisateurhttp://quemque-suam-patriam.forumactif.com

Invasion turque de l'Azerbaïdjan iranien

le Mer 30 Mai - 18:17
Belligérants

République de Turquie
contre
État impérial d'Iran
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord
Union des Républiques Socialistes Soviétiques
Sécessionnistes kurdes
Soutien de la Seconde République Hellénique

Forces en présence :

2 000 000 réservistes et toutes les forces armées du pays
3 divisions d'infanterie, Garde impériale, 28 avions d'appui aérien, 42 chasseurs, volontaires chiites
300 000 hommes, 118 chars, 2 portes-avions, 20 Destroyers, 20 Sous marins, 2 Croiseurs lourds, 2 croiseurs légers, 40 bombardiers Armstrong Whitworth Whitley, 20 Armstrong Whitworth Atlas, 20 Armstrong-Whitworth Siskin ,50 Gloster Gamecocket 50 Bristol Bulldog
600 000 soldats
50 000 miliciens, 80 000 civils, quelques canons et mitrailleuses
Soutien logistique et médical

Situation au 1er janvier 1936



La Turquie provoque la colère de deux grandes puissances qui sont à ses frontières, le Royaume-Uni et l'Union Soviétique. Mustafa Kemal Atatürk semble en effet s'engager dans une politique expansionniste, vraisemblablement pan-turcique, en revendiquant l'Azerbaïdjan iranien. Faute d'avoir réussi à contraindre la Société des Nations à organiser un référendum là-bas, notamment à cause de la colère iranienne, les armées turques décident de franchir la frontière. Suite à cela, les deux puissances déclarent la guerre à la Turquie qui préconise la mobilisation générale afin d'avoir sa chance. Cependant, les usines ne suivent pas, sur le front, il y a souvent un fusil pour deux voire trois, peu voire pas de matériel médical, et parfois même pas d'uniforme, contraignant les enrôlés à se battre avec leurs propres vêtements, et au mieux avec la carabine servant à défendre la ferme, au mieux avec des armes contondantes improvisées telles que des pelles, des pioches, des planches de bois, etc. Les Turcs pourtant en supériorité numérique, enchaînent les déroutes. On constate de timides victoires sur le front perse contenues toutefois par l'armée iranienne et un raid aérien réussi sur les zones pétrolières de l'Azerbaïdjan soviétique, tandis que l'Armée rouge parvient à maintenir les frontières facilement. Côté britannique, déployant ses troupes depuis le sol grec, les forces parviennent à sécuriser les Dardanelles et font route lentement vers Istanbul, toutefois, à cause du nombre de soldats turcs, l'avancée est lente.
Enfin, les Kurdes en ont profiter, avec le soutien des Soviétiques, pour organiser une milice et réclamer l'indépendance, tandis que le Président turc est de plus en plus impopulaire et discrédité ; nombre de grèves et de manifestations commencent à paralyser le pays, et même les généraux semblent de moins en moins enclins à obéir avec enthousiasme et loyauté...

Plus grande victoire turque :
Raid aérien sur Bakou : -120 pétrole pour l'URSS, les champs pétroliers sont inutilisables.
Plus grande défaite turque :
Bataille de Bazargan : 200 000 Turcs qui essayaient de charger les forts frontaliers sont décimés par deux régiments retranchés et lourdement armés.

Bilan :

Turquie : 143 000 morts, 162 000 blessés, 3 000 disparus, 12 500 prisonniers, -3000 or par tour, -15 usines civiles, -5 usines militaires, -2 chantiers navals, besoin de 300 aciers, 100 tungstènes et 100 pétrole
Iran : 65 000 morts, 74 200 blessés, 2 000 disparus, 10 000 prisonniers
URSS : 1 360 morts, 2 140 blessés, -120 pétrole
Royaume-Uni : 16 400 morts, 17 200 blessés, 1 500 prisonniers
Kurdes : 2 100 morts, 3 450 blessés, 1 000 prisonniers
Grèce : Une amphore d'huile d'olive volée par un britannique ivre

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum