Partagez
Aller en bas
avatar
Fifille de l'Empereur
Fifille de l'Empereur
Messages : 185
Date d'inscription : 11/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Guerre Franco-Allemande

le Sam 26 Mai - 0:09
Bataille de la Ruhr
Soldats français prêts à cueillir la contre offensive allemande de Février.



"Une bourrasque passe mais la Patrie reste."
général Henri Giraud, le 3 mai 1934 après la première bataille de la Ruhr.

C'est en ce début d'année 1934 que la France faisant suite à sa déclaration de guerre franchit la frontière, annexant au passage la Sarre et s'enfonçant en Rhénanie avec l'armée professionnelle, profitant de la démilitarisation pour porter la guerre en sol allemand le plus rapidement possible en deux semaines, ne rencontrant que la résistance de SA organisés en milices.
Avec la Belgique qui rejoint la guerre, le gros de l'armée française la traverse recevant au passage le soutien de l'armée belge puis passe dans la Ruhr, se heurtant à des régiments de la Wehr renforcés par les Stahlhelm qui ne peuvent que ralentir les divisions françaises, dont les divisions mécanisées et les régiments de blindés D2, véritable fer de lance du dispositif.

Dans le Reich c'est le Branle-bas de combat, les Stalhelm, les SA, la Wehr et les patriotes s'organisent en division à la hâte et sous la supervision des officiers de la Wehr, la propagande fait état de 151 divisions mises ensemble, la réalité est bien plus terne: tous les soldats ne peuvent avoir de fusils ainsi un quart de l'armée est armée de simples pistolets ou fusils de chasse appartenant à la famille.

la Contre offensive allemande est massive en ce début du mois de mars, mais l'on est loin d'une percée salvatrice: la 3e armée sous les ordres de Giraud et établie en Rhénanie, réunissant un fort appui en artillerie et un appui aérien conséquent ainsi que des effectifs militaires professionnels parvient avec le concours de la 2e armée à repousser l'offensive allemande, dont une partie s'écrase sur le Rhin. L'armée allemande manquant crucialement de chars, de canons et d'avions malgré des avions civils reconvertis qui se feront simplement abattre par les français qui ont la supériorité aérienne totale sur la région. Certains avions allemands tenteront des approches kamikazes mais cela a peu d'effet, beaucoup de soldats refusent simplement de se suicider sur les lignes ennemies l'avion chargé d'explosifs. Des assauts parachutés sont tentés, mais stoppés par l'aviation française: 500 parachutistes meurent vainement dans les airs.
Le reste de l'armée allemande se heurte aux prémices de la ligne Maginot, bien qu'inachevée et aux divisions de forteresse stationnées là. En quasi égalité numérique et face à l'artillerie ennemie écrasante ainsi qu'au déploiement de centaines de chars renault Ft 17, les allemands ne peuvent qu'arrêter l'assaut alors que le front stagne en ce début juin 1934.

Le bilan initial est positif pour la France: une partie de la rhénanie est occupée, sabotant l'effort de guerre allemand et la Ruhr est accessible et les usines se font bombarder à intervalles réguliers, perturbant la production. Mais la masse allemande a forcé l'arrêt de la progression par peur d'un encerclement.

Sur mer pendant ce temps la flotte française fait blocus, mais le ravitaillement allemand passe par la Hollande.
En France le 1er mai la SFIO organise une grande manifestation qui réunira 10 000 personnes, dont plus de la moitié de femmes, réclamant la paix.

Pertes:

France: 4500 morts et 8000 blessés.
Reich Allemand: 16500 morts 21 000 blessés.

Matériel:
L'effort de guerre coute des ressources et du matériel ! voici de quoi vos armées ont besoin pour opérer:

France: le déploiement des troupes, la remise à neuf de nombreux fusils et la réparation des modèles revenant du front consomment des ressources, et les blindés ont besoin de pétrole.

30 aciers, 10 tungstènes et 15 pétroles sont demandés.

Reich Allemand: De nombreux fusils sont remis à neufs ou réparés en revenant du front, de plus la mobilisation a réquisitionné un nombre important de véhicules sans oublier la conversion d'avions civils.

50 aciers, 5 tungstènes, 10 pétroles sont demandés.

La perte de la rhénanie fait perdre une usine militaire au Reich et une usine civile.



avatar
Fifille de l'Empereur
Fifille de l'Empereur
Messages : 185
Date d'inscription : 11/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Guerre Franco-Allemande

le Dim 27 Mai - 21:47
La percée de Munster
Simu du 1er juillet au 31 décembre 1934, il y avait du retard


Le 3 Juillet 1934, l'Etat Major Français s'affaire: l'opération initiale est un succès mais il faut réussir à percer la Ruhr, région industrielle allemande alors que le Reich allemand produit de plus en plus d'avions qui commencent à couvrir les cieux, bien que la France dispose toujours de la supériorité aérienne. L'avantage Français réside notamment dans ses blindés, toujours utilisés au côté de l'infanterie bien que sous l'impulsion de De Gaulle se basant sur l'expérience du début de la guerre deux divisions mécanisées blindées ont été formées.

L'armée allemande sait que le temps joue à son avantage, et elle ne peut se permettre de perdre la Ruhr, ainsi une défense statique est mise en place  alors que l'armée française  elle s'imagine déjà marchant sur Dortmund. L'artillerie française est un gros avantage, notamment avec la concentration des régiments autonomes d'artillerie au nord alors que le 7 aout est lancée l'opération "Sedan", qui vise en un encerclement de la Ruhr par des unités d'élites et des blindés enfoncant les ailes allemandes pendant que leur centre est occupé par des troupes de qualité moyenne, mais retranchées et avec un soutien de l'aviation conséquent.

Ainsi l'opération commence par la domination aérienne remportée par la France, mais le combat aérien est de moins en moins facile au fur et à mesure que les allemands envoient leurs avions au front mais les Français continuent de s'imposer dans les cieux.
Des assauts réduits ont lieu de front pour fixer la défense allemande sur la Ruhr, tandis que les Français effectuent deux concentrations d'hommes et de matériel: notamment de l'artillerie et des chars D-2 aux extrémités du dispositif allemand en Ruhr avec pour but de prendre Munster en fonçant dessus et encerclant ainsi la Ruhr.

La défense statique allemande ne peut rien faire pour l'en empêcher et l'encerclement s'effectue en trois semaines permettant à une partie des allemands d'évacuer la poche mais la percée est rapidement stoppée  par la réorganisation des soldats allemands venus combler la brêche et les lignes de défenses en arrière établies par le Reich.
Les enclavés se font ensuite rouler dessus par un rouleau compresseur d'artillerie, de bombardements et de fusils, forçant à la poche à se rendre.

Des affrontements de faible ampleur ont lieu à la frontière alsacienne, les deux partis essuient de faibles pertes.

la Ruhr est tombée, c'est tout un symbole, mais les premiers rapports surprennent la France: l'impact industriel sur le Reich est minime et leur effort de guerre est bien portant: les avions de reconnaissance n'arrivent pas à détecter de centre industriels agrandis dans les zones accessibles en Bavière et Hanovre: il semblerait que le coeur de l'industrie allemande n'est plus dans la Ruhr.

Dans les territoires allemands capturés, des unité de partisans se mettent en place,  endommageant le ravitaillement français bien que leur action reste réduite à cause de la concentration de troupes, alors que la France a décrété une mobilisation générale mal accueillie derrière le front.



Pertes:

France:
16 000 morts, 25 000 blessés.

La France a besoin de 36 pétroles 150 aciers, 20 Tungstènes et 45 caoutchoucs.

Allemagne:

21 000 morts 31 000 blessés ainsi que 80 000 prisonniers.


L'allemagne a besoin de 11 pétroles 180 aciers 5 tungstènes et 30 caoutchoucs.

l'Allemagne perd 2 usines militaires qui ne disposaient pas de chaines de production et 16 usines civiles au total avec tous les territoires pris durant la guerre.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum