Partagez
Aller en bas
avatar
Fifille de l'Empereur
Fifille de l'Empereur
Messages : 169
Date d'inscription : 11/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compagnie d'Haestein

le Lun 5 Mar - 19:15
Fiche validée, Bon jeu!
avatar
Baron
Baron
Messages : 42
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compagnie d'Haestein

le Mer 7 Mar - 21:33
Garroff a écrit:
Compagnie d'Haesten



Alors qu'il jouait d'un instrument à corde, assis sur la proue de l'un de ses navires, rien ne semblait plus calme et divin, pour Haesten, que le doux son du vent et de la nature, murmures des dieux, ajoutés à sa musique... Une scène digne du valhalla, où il se voyait déjà festoyé avec dieux et héros pour l'éternité...  Rien ne pouvait, semble t-il, faire disparaître cette quiétude... Cette paix qui c'était installée.

Rien, hormis l'appel d'Heimdir, second d'Haesten, qui le cherchait depuis une bonne dizaine de minutes déjà. Le second était essoufflé, des gouttes luisait sur son immense front et tombait depuis ses longs cheveux blonds, vu sa taille, l'on aurait pu comparer le spectacle de ce pillard en sueur à un glacier fondant petit à petit. L'ami d'Haesten était accompagné d'un second homme, petit et trapus, clairement pas scandinave... Il était aussi dans tout ses états et baragouinait dans une langue inconnue... C'était à ne rien y comprendre. Le petit être, aux joues virant au rouge cramoisie à cause de l'effort produit, parvenait à peine à articuler...

"Qu'est ce que cela signifie, Heimdir ?", demandât alors Haesten, déjà las d'attendre.
"Cet homme. C'est un commerçant Polane, Haesten."
"Et alors ? Que suis-je censé en faire ? Lui offrir une monture et le renvoyer vers ses terres ? Je ne parle même pas sa langue...", souffla alors le commandant de la compagnie.
"Toi, non. Moi, oui. Il détient des informations... Utile, dirons-nous."
"Dirons-nous ? Allons, mon ami, tu es bien le seul à le dire.", corrigea alors Haesten.


Le bâtard se détourna du Polane. Que pouvait-il bien avoir à lui offrir de toutes façons ? Des nouvelles sur la nouvelle façon de chasser le gibier ? La nomination d'un nouveau chef tribal ? Un butin ? Les côtes lui fournissait déjà suffisamment de butins et il se fichait des méthodes de chasses, un arc et quelques flèches lui suffisaient amplement. Après quelques pas fait en arrière, tournant le dos à son ami et à l'étranger, une main vient lui attraper le bras et le retourner.

"Haesten... Je ne t'amènerai pas un Polane si cela ne servait à rien. Des choses se préparent, à l'intérieur des terres, c'est ce qu'il me dit !", annonça alors Heimdir.
"Des choses ? Heimdir, des milliers de choses se préparent chaque jour ! Que voudrais-tu que cela me fasse ? Un chef tribal est mort ? Et après ? Sa tribu est peut-être affaiblis mais d'autres sauteront sur l'occasion : je ne pillerai pas de charognes pour un maigre butin !"
"Tu divagues... Cet homme... Il ne m'apporte pas des nouvelles du genre. C'est une guerre qui se prépare Haesten ! Une guerre ! Mazoviens et Vislanes rentrent en guerre. C'est une opportunité ! Les Vislanes ont déjà recrutés des mercenaires... Des Danois, des Norvégiens, des Suédois ! Tu comptes les laisser nous voler la vedette ?"
"La vedette ? Y'a t-il prestige à retiré d'une querelle entre deux peuples ? Mazoviens et Vislanes ? Et alors ? Bientôt ce sera les Lituaniens et les Borusses... Où les Lettons et les Estoniens. Les valkyries s'empareront t-elles de mon corps défunt si je meurs dans une guerre si lointaine à mes intérêts ? Où bien me considérerons t-elles comme lâche, d'être parti si loin pour guerroyer ?"
"Ce qui serait lâche, ce serai de ne pas combattre dans cette guerre, Haesten."
"Alors les dés en sont jetés, Heimdir, tu as plus connu le monde que moi... Plus de batailles ; plus de morts et plus d'affrontements. Puisses-tu avoir raison. Nous descendrons les fleuves jusqu'à nous vendre aux Mazoviens."


De, la Compagnie d'Haesten
à, la Mazovie.


La Compagnie d'Haesten est disposée à vous se vendre à vous. Le prix restera à négocier. La Compagnie doit pouvoir conserver tout butins pillés ou remportés au détriment de vos rivaux Vislanes.


avatar
Baron
Baron
Messages : 42
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compagnie d'Haestein

le Mer 7 Mar - 21:34
Garroff a écrit:
Compagnie d'Haesten



La Compagnie d'Haesten, forte de son nouveau contrat avec les Mazoviens, se met ainsi en route, direction la frontière entre les deux belligérants.

La Compagnie remontera les fleuves avec leurs navires, rapides et malléables,  jusqu'à arriver en Mazovie puis rejoindra le campement royal.
avatar
Baron
Baron
Messages : 42
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compagnie d'Haestein

le Mer 7 Mar - 22:38
Garroff a écrit:
Compagnie d'Haesten




Comptes & Trésorerie de la Compagnie :

30 Or

+ 10 Or dû au contrat et à l'embauche par les Mazoviens.
+ 15 Or dû au pillage de la Vislanie.

- 1 Or dû à l'entretiens des troupes.

Restant : 54 Or.






Les Mazoviens avaient fait le bon choix. L'ardeur de la compagnie d'Haesten avait fait penché la balance de leur côté et avait permis aux agresseurs de remporter leur guerre. Les Vislanes étaient à terre, vaincus, et les festivités n'allaient pas se terminer là... Si la guerre, entre la Mazovie et la Vislanie, était terminée, ce n'était pas le cas de l'intense pillage qu'allait connaître le pays.

A peine eut-il quitté le champs de bataille et rejoins ces navires, qu'il [Haestein] ordonna que ces hommes et lui remontent le cour de la Vistule pour traverser le pays Vislane pour y piller et saccager les quelques villages et possessions le long du fleuve. La population est effrayée et fuit, quand elle n'est pas tuée ou réduite en esclavage puis chargée dans les navires. Le butin y est maigre, ces bougres sont aussi pauvres que les nordiques, mais tout de même acceptable. Les raids ne durent que quelques jours puis la Compagnie d'Haestein repart, aussi rapidement qu'elle est apparue, avec un maigre butin et chargé de quelques esclaves.

La plus grosse part du butin, les esclaves ainsi que les armes sont majoritairement partagées au sein même de la compagnie tandis que les hommes repartent vers la possession du Jarl Sigurd, père de leur commandant. Le petit village commercial qu'il détenait servait de point de repère à la compagnie.


C'était un petit village, nommé Flakortstorr, il ne marquera surement jamais l'histoire. Il était doté d'un petit port servant à la pêche, à l'entreposage des navires ainsi qu'à l'accueil des voyageurs. Le village était faiblement doté en infrastructure. Les routes étaient de terres, le port n'était fait que de pontons de bois tenus par des cordes et il n'y avait ni muraille, ni défenses hormis un fossé, peu profond, creusé autour du village et dont quelques menus travaux, le cerclage de pique autour de ce fossé ainsi que son élargissement, étaient actuellement en acte. Les quelques habitants, faites de bois, comme tout les bâtiments, avait un toit de chaumes ou de bois recouvert de végétation ou de peaux de bêtes, tout comme les murs souvent recouvert de terres séchées ou de peaux, quelques demeures et bâtiments de pierres représentaient "l'élite" architecturale du village, dont le palais faisait parti. Un petit temple trônait juste à côté du palais ainsi qu'un hall de rassemblement pour les guerriers, les trois bâtiment formant un arc de cercle qui refermait un cul de sac transformant de facto la vaste étendue de terre et de boue, parfois recouverte de bois et de pierre pour formé un plancher précaire, où trônait, en plein milieu, un puits de pierre permettant de puiser de l'eau, lorsqu'elle ne gelait pas. Il y'avait assez peu de commerce : une auberge, un forgeron, un tanneur ainsi qu'un pêcheur étaient présents en ville. Les voyageurs s'arrêtaient souvent à l'auberge. Le forgeron ne faisait pas d'armes de grandes qualités mais armait les guerriers du village. Le tanneur vendait des peaux et du cuir tandis que le pêcheur permettait, avec ses maigres rentes, de subsister.

Au delà du fossé, servant de "limite" au village, existait quelques fermettes. Les habitants y étaient fidèles au Jarl Sigurd mais, autrefois, ces terres, entourant le village et composée de fermettes ; de plaines ; et de petites forêts, appartenaient au Jarl Goraland. Sigurd le vainquit, il y'a de cela quinze ans, permettant ainsi à Haestein de connaître son baptême du feu via sa première bataille hors raid. Cette petite querelle de territoire, qui c'était soldé par l'extermination de l'un des jarl, avait permis de récupérer un vaste domaine, autrefois dirigé par le jarl Goraland depuis un petit palais entouré de fermette, maintenant quasi totalement laissé à l'abandon hormis lorsque Haestein et ses troupes y campent. L'une de ces fermettes appartenait à Haestein. C'était un petit cabanon en bois, aux murs recouvert de boues et de peaux, surplombant un petit amas de terre surélevant la propriété. Il y vivait avec Gyda, l'ancienne femme du défunt jarl Goraland. Elle avait du trouver un bon parti, livrée à elle même dans la nouvelle société laissée par son mari et, après de nombreuses propositions indécentes de la part de piètre guerriers, ce fut Haestein qui reçu ses faveurs en échange de sa protection. Cela faisait douze ans qu'ils entretenaient une liaison et deux enfants en étaient né : le premier, dès la première année, se nommait Oleg et avait onze ans tandis que le second, Ivar en avait neuf. Gyda, et ses fils, ne cultivaient pas la terre offerte par la ferme et Haestein n'y vivait pratiquement pas, passant quelques jours là-bas pour chasser avec ses fils et profiter de sa maîtresse. La propriété tournait, pourtant, relativement bien grace aux nombreux esclaves qui dormaient dans la "piètre grange" qu'Haestein avait construit de ces mains. Il y avait, en tout, environs une quinzaine d'esclaves qui cultivait la terre, principalement de la salade et des pommes de terres, et qui s'occupait d'une chèvre, pour le lait, et de quelques poules, pour avoir des œufs.

Gyda n'était pas la seule maîtresse d'Haestein, bâtard de par sa condition, il était assez peu enclin au mariage avant d'avoir réellement fait quelques chose de grand. Ce faisant, et ayant quelques partenaires différentes, il était enclin aux liaisons, parfois dangereuses mais surtout passagère, qu'il entretenait parfois. Hormis Gyda, il y'avait aussi Frida, une skjaldmo, guerrière au bouclier suédoise, qui était arrivée à la cour du jarl Sigurd. Haestein et elle avaient entamés une liaison après une série de duel, parfois indécis, parfois remporté par l'un ou l'autres. La guerrière au bouclier, censée être au service du père du bâtard, et le protéger dans son palais, n'y passait plus de temps depuis que la liaison avait commencé. Elle habitait dans une ancienne fermette, proche du palais campagnard qu'Haestein occupait avec sa troupe, qui avait été transformée en cabane à temps plein. Elle était fournie en nourriture par quelques esclaves qui habitaient l'une des fermettes environnantes et qui cultivaient la terre pour elle. Cette liaison avait donné naissance à deux jumeaux : Knut et Torsten âgé de cinq ans.


Gyda et Frida n'étaient pas les seules maîtresses d'Haestein mais elles étaient unique. Elles avaient données naissance à un, ou plusieurs, enfants. D'autres liaisons avaient aussi existées mais moins prolifique. Comme cette prostituée de Kattegat, au Danemark, qui était morte d'une maladie étrange peu avant que le Bâtard ne la convainque de rejoindre Flakorstorr. Il y avait aussi cette Sami, une princesse, qu'il avait séduite. Son père, n'acceptant pas qu'elle parte avec le bâtard d'un jarl mineur, la fit tuée en apprenant la liaison. La dernière liaison "tragique" était celle qu'il avait eu avec cette servante slave. Elle avait préférée se trancher les veines plutôt que de mettre au monde l'enfant d'Haestein, triste vie.

Mais les choses changent. Les navires de la compagnie arrivaient vers le port de Flakorstorr. La lueur du jour pointait sous les aurores boréales. Ils ne tardèrent pas à débarquer ; vendre esclave et butins, ne conservant qu'une série d'esclave choisie sur le volet. La majorité des servants Vislanes, capturés lors des raids, furent vendus ou envoyés dans les fermes. Néanmoins, le Bâtard tomba sous le charme de deux Vislaniens... Le premier, Peshek, était un commerçant et un voyageur. Il parlait de contrée lointaine, au sud de la Vislanie, d'immenses réseaux fluviaux, de peuples voisins des Vislanes. Des Dulèbes, des Croates, des Bohémiens, des Polanes et des Moraves. De nombreuses histoires sur ces pays mais aussi d'autres histoires, parlant de combattants sauvages, terribles cavaliers anthropophage, nommés Mogores ; Mogyores ou Mojiores... Ainsi que d'Avar... Selon les histoires, il existerait même, sur les côtes de ces "Mogores" anthropophages et cavaliers, un puissant empire riche et pourvu de nombreuses ressources commerciales. Une terre aux milles richesses.

La femme, quant à elle, était jeune et typique des slaves de la région... Elle était tout juste en âge, encore influençable et totalement apeurée. Elle parlait le langage norrois mais avec quelques difficultés et connaissait les bases de l'alphabet runique. De ce que Heindrik et les autres avaient su, elle était une esclave même en Vislanie.

avatar
Baron
Baron
Messages : 42
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compagnie d'Haestein

le Jeu 8 Mar - 20:09
Garroff a écrit:
Compagnie d'Haesten


Comptes & Trésorerie de la Compagnie :

54 Or.

- 0,5 Or pour le recrutement de 200 infanterie médians, le surplus est utilisé pour un banquet.
- 0,5 Or pour le recrutement de 200 infanterie légers, le surplus est utilisé pour un banquet.
- 0,5 Or pour le recrutement de 100 archers, le surplus est utilisé pour un banquet.
- 1 Or pour le recrutement de 100 cavaliers légers.

Restants : 51,5 Or.

Effectifs de la Compagnie :

* 500 fantassins médians.
* 200 fantassins légers.
* 300 archers.
* 100 cavaliers légers.

Total : 700 fantassins, 300 archers et 100 cavaliers soit 1.000 troupes à pieds et 100 cavaliers pour un total de 1.100 hommes et femmes combattants.




La Compagnie d'Haestein venait tout juste de se poser... Elle avait quittée la Mazovie pour rejoindre la Suède et, déjà, cela semblait faire une éternité qu'elle était à terre et n'avait pas connu de combats. Certes, c'était l'occasion de doubler les effectifs et de recruter de nombreux combattants dont une bande de cent guerrière skaljdmo et quasiment deux-cents berserker, ces grands combattants effrayants et à moitiés nus hurlant en chargeant les troupes ennemis avec l'écume aux lèvres.  Haestein connaissait enfin ces premières femmes, en tant que partenaire de combat et non pas en tant que maîtresse, où il était déjà bien expérimenté, et recrutait ces premiers géants enragés, des troupes de choix.

Heindrik s'impatientait, comme la compagnie, ils voulaient du sang ; de l'aventure ; de l'or ; de la gloire mais surtout de l'or. Ils avaient remis le "vieux palais campagnard" de l'ex-jarl Goraland en état pour en refaire un lieu d'habitat correct et dormaient sur le sol du bâtiment, ou dehors ou dans l'une des fermettes abandonnées tout autour,ce qui n'était pas franchement agréable... Mais, c'était des hommes formés à la dur et capable de résister aux pires traitements. Ils acceptaient de vivre dans des conditions précaire grace à une seule chose... Les pillages et l'aventure, qui leur garantissaient une place aux valhalla, mais ces dernières semaines... Il n'y avait rien.

Leur chef, Haestein, passait son temps à écouter les histoires de ce vieux vislane, Peshek, le commerçant, qui lui parlait de ces Magyars, ces Avars, ces slaves... Ainsi que de rumeurs sur de puissants, et riches, états plus au sud. Des états qui feraient pâlir d'envie chaque vikings se respectant. Il ne jurait plus que par ce vieux commerçant qui lui racontait milles histoires. La servante vislane, Porunn, passait ses nuits et journées avec le bâtard de Sigurd, le servant fidèlement et écoutant, parfois, les histoires de Peshek avec lui. Plus ces histoires étaient écoutés, et, plus l'envie de piller était forte chez le commandant de la compagnie. Il était temps de le faire... Pour la gloire !

La cible du pillage fut rapidement établie... Il était temps. La Lituanie, faible et ayant vendue ses embarcations, allait subir le courroux d'Haestein !

avatar
Baron
Baron
Messages : 42
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compagnie d'Haestein

le Dim 11 Mar - 16:55
Garroff a écrit:Post rétroactif pour  le 09/03/2018.

]
Compagnie d'Haesten


Comptes & Trésorerie de la Compagnie :

51,5 Or.

- 3 Or pour l'entretiens des troupes.

Restants : 48,5 Or.

Effectifs de la Compagnie :

* 500 fantassins médians.
* 200 fantassins légers.
* 300 archers.
* 100 cavaliers légers.

Total : 700 fantassins, 300 archers et 100 cavaliers soit 1.000 troupes à pieds et 100 cavaliers pour un total de 1.100 hommes et femmes combattants.



Après la Lituanie, qu'elle glorieuse aventure que la Lituanie, les choses semblaient se compliquer pour la compagnie. Alors, que le corps de l'ancien chef de la confédération Lituanienne et Lettonne, où tout du moins ce qui fut identifié comme tel, est attaché à la proue du navire et que l'une des filles d'Iskus Madoga est prise comme esclave par Haestein, la nouvelle arrive : les Lituaniens s'en prennent aux Livoniens.

Trop peureux pour s'en prendre aux vrais raiders, ceux qui les ont attaqués, des combattants aguerris, ils préfèrent s'en prendre, à l'inverser, à des pirates de bas-étages ; des commerçants et d'autres Baltes romuva. Ce n'est guère étonnant, venant d'un peuple fuyant aussi facilement que les Lituaniens.

Mais Hasteinn à d'autres chats à fouettés. Il fait une escale rapide dans le domaine de son géniteur puis, avec 200 fantassins médians, 100 berserkers, 100 fantassins légers et 100 archers, il prend la route du nord vers les Samis... L'objectif est de piller leur côtes pour repartir charger d'esclaves et de butins.

L'ambition d'Haesteinn se porte maintenant vers l'Est.

avatar
Baron
Baron
Messages : 42
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compagnie d'Haestein

le Dim 11 Mar - 16:56
Garroff a écrit:]Post rétroactif pour  le 10/03/2018.

]
Compagnie d'Haesten


Comptes & Trésorerie de la Compagnie :

51,5 Or.

+ 7 Or par le pillage des Samis.

- 3 Or pour l'entretiens des troupes.
- 0,5 Or pour fêter les pillages.

Restants : 55, Or.

Effectifs de la Compagnie :

* 500 fantassins médians.
* 200 fantassins légers.
* 300 archers.
* 100 cavaliers légers.

Total : 700 fantassins, 300 archers et 100 cavaliers soit 1.000 troupes à pieds et 100 cavaliers pour un total de 1.100 hommes et femmes combattants.



Après avoir pillé les Samis, Haestein décida d'organiser un grand festin dans son vétuste "palais" campagnard, proche du domaine de son Jarl de père. Les esclaves y furent données, en cadeau, aux soldats les plus vaillant. L'or et le butin y fut partagé et la compagnie festoiera durant une soirée entière, entre héros et combattants. Le lendemain, au petit matin, Haestein se réveilla avant les autres, s'empara de son instrument de musique favoris puis s'extirpa, discrètement, de la salle des fêtes. Il passa devant l'une des otages Lituanienne, la fille d'Iskus Magoda, qu'il avait fait esclave et dont il abusait dans sa chambre à coucher ainsi que devant Porunn, la belle Porunn, sa servante favorite. Gyda s'occupait de des enfants, déjà prêtes à partir, ces enfants avaient grandis si vite... Oleg avait maintenant seize ans et Ivar tout juste quatorze. Gyda s'entrainait, avec des armes réelles, montrant déjà à ses enfants comment combattre... Ceux-là aussi avaient grandis à une vitesse folle, Knut et Torsten avaient dix ans maintenant... Dans deux ans, il pourrait les emmener en raid.

Il s'assit, face à ces enfants, et contempla la beauté du paysage... La nature était, en Suède, bien faite, surtout en été... Mais cela ne valait en rien la mer et toutes ces belles choses que l'on peut faire en mer comme piller ou voyager. Le calme s'installait petit à petit tandis qu'Heindrik, son ami et compagnon d'armes, se réveillait aussi pour soulager quelques besoins pressants, avant de potentiellement vider la réserve de cervoise. Le Bâtard se mit alors à jouer de son instrument, laissant quelques notes de musique s'envoler dans l'air, soulageant l'atmosphère et installant un calme presque idyllique qui ne fit brisé que par l'apparition du Porunn, blanche et visiblement mal à l'aise.

- Maître ?
- Oui, Porunn ?
- J'ai une nouvelle à vous annoncez...
- Parle donc.
- C'est une nouvelle assez pressante mais j'ai peur de vous l'annoncer... Ce n'est pas quelques chose de très reluisant...
- Parle donc, enfin !
- Mais, que ferez-vous si cela ne vous convient pas ?
- Mais parle, enfin !
- Je suis enceinte ! J'attends votre enfant !
- Est-ce tout ?
- Oui... Enfin, je crois...
- Fort bien. Tu es dispensée de travail manuel. Je ferais de la place à ton rejeton.


A ces mots, Porunn reprit des couleurs, elle partit s'installer "confortablement" pendant qu'Haestein donnait des consignes à Heindrik et aux quelques hommes déjà réveillés. Il pensait à cette esclave enceinte ainsi qu'à plusieurs autres choses... Comme cette servante Lituanienne, la fille d'Iskas Madogas, qui avait vu son ventre s'arrondir ces jours-ci... Il allait falloir la surveiller, si elle avait un enfant cela emplirait de joie le coeur d'Haestein, lui qui est déjà par quatre fois père pourrait le devenir au moins cinq fois... voir au moins six. Cette, grande, descendance serait sans conteste un signe de prestige et de puissance et cela permettrait aussi, à sa mort, que son nom se répande plus vite, si il advenait qu'il allait faire de grandes choses, comme il l'avait prévu.

Il reprit son air de musique, ne s'inquiétant plus de ces enfants et de ces affaires dynastiques, regardant l'horizon et s'imaginant voir la mer... Il était temps de partir en pillage voir même de s'installer. Il fallait rassembler son armée, non plus comme une compagnie de mercenaire, mais comme une troupes de soldat destinée à trouver une possession à leur chef.


Haestein et ces hommes allaient embarquer. Les fils d'Haestein resteraient sur place tandis qu'Heindrik surveillerait les futures mères. Le Bâtard prendrait avec lui 350 fantassins médians, dont 100 guerrières au bouclier, 100 Berserkers et 50 archers. Il c'est donner comme tache de piller le peuple Tchoude, en Ingrie. Des renforts sont prévus, en cas de besoin, ce sont 150 fantassins légers ; 100 cavaliers légers et 100 fantassins légers accompagnés de 50 archers qui rejoindront la compagnie de pilleurs. Une partie de cette troupes, une vingtaine d'archers, trente fantassins légers, 5 cavaliers légers et 30 fantassins médians seront dédiés à l'occupation de l'île de Kotline et à la mise en place d'un campement, destiné à abriter la troupe d'Haestein et à accueillir les 400 archers n'étant pas encore déployés. L'île est très peu habitée et ne devrait pas connaître de résistance.

Une fois les raids entamés, un émissaire au service d'Haestein devra se présenter aux chefs Tchoude et faire une proposition. Les pillards garderont le butin obtenus par le pillage ; recevront un payement de 7 Or pour quitter les côtes Tchoudes ainsi qu'une rente annuelle de 1 Or pour ne plus attaquer les Tchoudes d'Ingrie, pour finir, Haestein demandera aussi la suzeraineté sur l'île de Kotline pour y mettre en place un comptoir Suédois, "Varègue" comme on appelle les Suédois partant piller ou commercer. En échange, Haestein s'engagera à ne plus piller les Tchoudes et à quitter leur territoire.

avatar
Baron
Baron
Messages : 42
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compagnie d'Haestein

le Lun 12 Mar - 19:24
Garroff a écrit:
]
Compagnie d'Haesten


Comptes & Trésorerie de la Compagnie :

55 Or

+ 5 Or par le pillage des Tchoudes.
+ 4 Or pour le danegeld des Tchoudes, en échange du départ des Varègues.
+ 1 Or pour le tribut des Tchoudes.

- 3 Or de paiement pour l'entretiens de la Compagnie.
- 10 Or pour le paiement des animaux octroyés aux fermes.

Restant : 52 Or.
Effectifs de la Compagnie :

* 500 fantassins médians.
* 200 fantassins légers.
* 300 archers.
* 100 cavaliers légers.

Total : 700 fantassins, 300 archers et 100 cavaliers soit 1.000 troupes à pieds et 100 cavaliers pour un total de 1.100 hommes et femmes combattants.



Cela faisait deux ans qu'Haestein avait pillé les Tchoudes et réussit à s'emparer de l'île de Kotline. Il y laissa, lors des premières semaine, qu'une quinzaine de cavaliers accompagnés d'une trentaine d'archers ayant la tache de monter les tentes et de chasser. Il revint quelques semaines après son départ, avec des civils ; ses maîtresses ; ses enfants ; des esclaves ; des fermiers ; des colons... Environs deux-cents civils, principalement des Suédois mais aussi des Norvégiens et des Goths. Puis il fit débarquer le reste de sa compagnie et encore des civils...

Après deux ans, la population de la colonie s'élevait à environs trois-milles âmes. La totalité de la compagnie accompagné de femmes et enfants avec quelques colons n'ayant rien à voir avec la compagnie et les esclaves.Elle avait grandit extraordinairement grand. Le campement, qui devint plus tard un comptoir commercial, portait le nom de Austborg, "Aust" pour Austerland la dénomination scandinave des terres Finno-Slaves et borg pour "ville" en Vieux Norrois.

Ce qui débuta avec quelques tentes évolua rapidement. Aujourd'hui, après pratiquement deux ans de construction, la ville était encore en effervescence et en plein chantier mais elle ressemblait déjà à quelques choses... Les tentes avaient laissées place à quelques maisons de bois, toujours accompagnées de quelques tentes, la plage destinée à l'amarrage des navires avait vu naître un quais de bois, la palissade entourant le camp avait été renforcé par un mur de pique dressé vers l'horizon, toujours avec une palissade juste derrière, et l'on voyait déjà naître une auberge ; un hall des guerriers ainsi qu'un petit palais de bois. Certes, ce n'était pas une grande cité, c'était à peine une petite colonie, mais c'était le domaine d'Haestein, et, surtout c'était un domaine qui allait prospérer.

Les commerçants suédois, norvégiens et danois n'avaient dès lors plus à craindre la piraterie livone, slave ou finnoise sur la route pour aller à Aldeigjuborg, anciennement le premier comptoir suédois sur la route, car Austbourg était mieux situé et plus proche permettant de faire une halte rapide puis de repartir vers Aldeigjuborg en toute sécurité, le comptoir d'Haestein était sur la route en plus ! Certes, tout ce beau monde allait devoir manger... Haestein le savait. Il avait ordonné la construction d'une série de poste de chasse dans l'île, quatre au total, ainsi que de six fermes chacune disposant de quatre poule ; d'un coq ; d'un boeuf ; d'une vache ; de deux chèvres et d'un mouton. Les fermes cultiveront aussi des légumes et le quais servirait aussi à la pêche.

C'était une mine d'or sur laquelle Haestein régnait... Une seule ombre au tableau.... Il y' avait énormément d'autres comptoirs, certes, plus enfoncés dans les terres slaves mais existant... Pourquoi est-ce qu'ils ne se soumettraient pas à lui ? Sa propriété débouchait directement sur le fleuve de la Neva... Ce fleuve débouchait sur le lac Ladoga, véritable point de rencontre pour les commerçants Varègue, ceux partant vers le sud pouvaient, depuis 753, naviguer vers la Volkhov en partant pour Aldeigjuborg, tandis que les autres pouvaient, depuis le lac Ladoga, négocier avec les Caréliens ; les Tchoudes ; les Slaves et les Finnois. Ce lac était sans conteste un carrefour prolifique.

Ce lac, et son contrôle, dressait deux priorité à Haestein. Premièrement, établir une colonie varègue concurrente, à l'embouchure de la Svir, tel que nos éclaireurs l'ont nommés, qui nous ouvrirait les routes vers d'obscures tribus ainsi que vers un mystérieux lac encore inconnu de nos navigateurs. Deuxièmement, il parait aussi important de contrôler Aldeigjuborg, principale colonie concurrente à la notre et première implantation sur la volkhov.

La première étape fut alors mise en place... Haestein confia à, son ami, Heindrik la grande charge de naviguer jusqu'à l'embouchure du Svir et d'y établir la colonie de Svirsbord, sur l'emplacement de l'actuelle Svirkaya, qui serait dépendante d'Austborg. Ensuite, Haestein et ses deux fils, Oleg et Ivar, maintenant en âge de combattre, mènerait tout les trois la compagnie, au grand complet, vers Aldeigjuborg pour leur faire accepter la suzeraineté d'Haestein.

L'offre serait simple : accepter qu'Haestein devienne leur suzerain et les protège en échange de lui octroyer la possession de la colonie.

avatar
Fifille de l'Empereur
Fifille de l'Empereur
Messages : 169
Date d'inscription : 11/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compagnie d'Haestein

le Mar 13 Mar - 16:52
Le comptoir de Aldeigjuborg

La Compagnie débarque une matinée de printemps 774(simu effectuée avec un peu de retard) au complet dans le petit comptoir de Aldeigjuborg. Les commerçants affolés essaient de se sauver avec leurs biens,
alors que la compagnie prend possession des lieux massacrant les quelques gardes.

La confédération Rus face à ces événements est de plus en plus fébrile, craignant que la compagnie n'essaie de trop gagner en puissance...
avatar
Baron
Baron
Messages : 42
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compagnie d'Haestein

le Mar 13 Mar - 20:23
[quote="Garroff"]
]
Compagnie d'Haesten


Comptes & Trésorerie de la Compagnie :

Total : 55 Or.

+ 1 Or de tribut des Tchoudes.

- 2 Or pour le recrutement de 200 fantassins lourds, recrutés parmis des aventuriers Varègue.
- 2 Or pour le recrutement de 300 fantassins légers, 200 archers et 500 médians, recruté parmi des aventuriers Varègue et Slave.
- 7 Or d'entretiens des troupes (passage de 3 à 7).

Restant : 45 Or.

Effectifs de la Compagnie :

* 200 fantassins lourds.
* 1000 fantassins médians.
* 500 fantassins légers.
* 500 archers.
* 100 cavaliers légers.

Total : 1.700 fantassins, 500 archers et 100 cavaliers soit 2.200 troupes à pieds et 100 cavaliers pour un total de 2.300 hommes et femmes combattants.



Aldeigjuborg venait de se rendre. Austborg prospérait. Svirborg avait été mise en place... Les possessions d'Haestein commençaient à fleurir... Il contrôlait maintenant les trois routes menant au lac Ladoga et était ainsi, en quelques sortes, son chef... Il décida alors de déplacer sa capitale, transportant ses maîtresses et ses enfants vers sa récente prise d'Aldeigjuborg, qui représentait un important port de commerce. Il amorça aussi le recrutement de nombreux troupes, Aldeigjuborg regorgeait de mercenaires et d'aventuriers varègues qui ne demandaient qu'à être embauché d'autant plus que les Slaves, proche des scandinave en de nombreux points, ne demandaient, eux aussi, qu'à être engagé pour tué.

Fort ce des nouvelles troupes, Haestein réunit alors une armée de deux-cents fantassins lourds, six-cents fantassins médians, quatre-cents fantassins légers, deux-cents archers et cinquante cavaliers, laissant quatre-cent médians, cent légers, trois-cents archers et cinquante cavaliers en garnisons à Austborg, principalement car les autres villes ne demandent pas énormément de garnison - les habitants scandinaves savent habituellement se battre et ont eu une vie de pilleurs avant d'être vieux, hormis les esclaves, qui plus est chaque homme de plus de douze ans est en un guerrier chez les Scandinaves, ce qui laisse énormément de guerriers "légers" disponible en supplément dans une "milice" d'habitants improvisés.

Avec sa troupe, Haestein partira d'Austborg pour soumettre les côtes des chefs slaves de la Neva, c'est à dire l'Ingrie slave, puis longera les côtes du lac Ladoga, soumettant les chefs slaves côtiers, pour atteindre le Volkhov et continuer de les soumettre jusqu'au lac Ilmen.

Les chefs Slaves côtiers auront le choix entre accepter Haestein comme leur Prince suzerain et lui verser un impôt en échange de protection ou subir son courroux au combat.

[Support choisi : Simu]
Contenu sponsorisé

Re: Compagnie d'Haestein

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum