Partagez
Aller en bas
avatar
Baron
Baron
Messages : 54
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Tribu des Boukellarion

le Jeu 8 Nov - 20:22
Garroff a écrit:
TRIBU DES BOUKELLARION

Système politique : Confédération tribale dominée par le clan des Kantazène.
Cneaz (chef) : Mihai Kantazène.
Mode d'élection du chef : Héréditaire au sein du clan Kantazène.
Religion : Christianisme grec orthodoxe  (Majoritaire, religion de l'élite), Paganisme slave (Minoritaire).
Langue : dialectes slave (Majoritaire), latin (Elite).
Capitale : Aucune actuellement.
Clans composant la tribu : clan Kantazène (Majoritaire, dominant), clan Vizène, clan Barabas, clan Devriscu.

L'on donne à ce peuple, descendant de l'embouchure du Danube, des origines antiques, presque mythique. On les fait, lointain, descendants d'une légion romaine perdue en terre barbare et s'étant métissés avec les barbares ; où encore fils et filles d'une puissante tribu thrace ayant perduré ; quand d'autres pensent qu'il s'agit juste d'un peuple slave ayant descendu du grand nord jusqu'ici. Nul ne connait le véritable nom de cette tribu, ni les véritables faits ayant conduits à sa rencontre avec l'empire romain. Ce qui est sûr, en tout cas, c'est qu'ils arrivèrent comme un peuple de guerriers-paysans pilleurs et qu'après quelques années, au contact des romains, ils signèrent la paix et finirent par commercer avec eux et se romaniser au fil des siècles. A l’instar de tout les valaques, ils forment donc des slaves romanisés. Cette tribu de slave romanisé, dominée par la tribu des Kantazène, à fortement été touchée par l'influence byzantine et abandonna rapidement le paganisme slave au profit du christianisme grec, laissant d'abord l'élite se convertir puis le peuple, ne laissant qu'une faible caste de païens. Les Romano-Grecs de Constantinople nommèrent ce peuple, passé de rival à peuple voisin, les Boukellarion, les Bucellaires, les Vachers, en raison du fait qu'une partie de ces valaques s'installèrent vite au delà de la ligne Jireček, s'installant aux alentours de la Thessalonique en tant que bergers ou gardes domestiques.

Longtemps soumis au Khanat Bulgare, les Boukellarion étant resté "libre" au delà du Danube, profitèrent de l'écrasement du khanat à la bataille de Dorystolon pour s'emparer de quelques terres et s'y établir un territoire indépendant où ils sont seuls chefs. Dès aujourd'hui, sous le règne du Cneaz Mihai, les valaques chrétiens sont enfin prêt à prendre leur revanche sur les slaves païens et les bolgares. L'heure de gloire est arrivée.


Généalogie du clan des Kantazène:
Mihai Kantazène est le patriarche du clan. Il fut l'unique fils de son père, Carol Kantazène. Il épousa l'une des filles de l'un des trois autres chefs de clan parmis la tribu des Boukellarion, en première noce, et en reçu deux fils et une fille. La tribu n'est pas composé que de son cercle familial proche, un certain nombre de cousins et parents, proches comme éloignés, de serviteurs ; de guerriers affiliés et d'alliés se rattachant au clan Kantazène s'y rattachent et s'en réclament soit en raison d'un lien de servitude l'y rattachant, d'une dette de sang ou d'honneur, de l’absorption de la famille ou du clan originel par mariage avec les Kantazène ou bien par soumission par les Kantazène.

/--- KANTAZENE Mihai V VIZENE Stefana (décédée).
...../--- KANTAZENE Ioann.
..... /--- KANTAZENE Léon.
...../--- KANTAZENE Crusevia.


Mihai Kantazène, Cneaz de la tribu des Boukellarion.


Dernière édition par Garroff le Dim 11 Nov - 15:22, édité 3 fois
avatar
Baron
Baron
Messages : 54
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Tribu des Boukellarion

le Jeu 8 Nov - 20:42
TRIBU DES BOUKELLARION



Ainsi soit-il, le Khanat Bulgare avait explosé. Sous les coups de lances des cataphractaires romains et les jets de flèches de leurs archers, les païens avaient été tués. Héritiers de l'implosion du Khanat païen, les valaques chrétien de la tribu des Boukellarion furent jusqu'ici toujours soumis à la souveraineté de cette horde barbare. La fin de leur souveraineté sur la tribu avait laissé place à une joie immense. Les hommes et les femmes de la tribu fêtaient la fin de la férule païenne. Pour tous, c'était l'intervention de leur sainte matrone : Sainte Marie, mère de Dieu. Leur chef, le Cneaz Mihai, avait ordonné de faire coudre et élever des bannières la représentant pour célébrer cet événement. Les Boukellarion n'étaient pas des slaves ordinaires. Loin des serbes et de leurs archontes ainsi que des bulgares et de leurs khans, les souverains des Boukellarion portaient le titre de Cneaz. L'origine de ce terme était obscur, on le faisait remonter au terme de "César" et la traduction de ce titre donnait, en quelques sortes, "prince". Les Valaques, ces slaves romanisés, avaient pris l'habitude de porter des titres dérivés du latin, comme Cneaz. C'était dans le plein héritage de ces romains, que les chrétiens grecs orthodoxes des Boukellarion avaient appris à coudre des représentants de Jésus, de Marie et des Saints dans le plus proche style des grecs. Loin des iconoclastes, ils n'avaient pas - encore, tout du moins, cédés à l'influence des anti-icônes de Byzance.

Cette année était une année bien spéciale. Si les Bulgares avaient explosés laissant place à une série de territoires dirigés par de petites tribus bulgaro-valaques, ce n'était pas le seul bouleversement. Les Magyars migraient. Ils quittaient les steppes, au sud des territoires Avars, pour rejoindre de lointaines régions. Les plaines au nord du territoire des Boukellarion se vidaient, les pâturages se libéraient... De vastes étendues.

Mihai, Cneaz des Boukellarion, régnaient sur une puissante armée de 500 cavaliers légers, 2.500 fantassins médians et quelques 3.000 archers. C'était plus que la plupart des princes valaques, que de la plupart des archontes serbes et bien plus que la plupart des petits ducs croates. C'était un avenir faste qui s'annonçait pour les Boukellarion ! C'est sous les meilleurs hospices, sous la protection de la Sainte Vierge, que le Cneaz met en marche ses troupes. Les Balkans sont bouleversés, les chefs font trembler...

Les païens serbes ne sont restés en paix que trop longtemps. C'est la guerre sainte que nous lançons ! Le Cneaz Mihai appelle tout les chrétiens valaques et serbes à le rejoindre et enverra des messagers au sein des tribus bulgaro-valaques pour recueillir de nouveaux hommes en soutiens. Lui et son armée partiront à la rencontre des archontes païens qui règnent chez les Serbes et les vaincront ! Par la grâce de Dieu !  
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum