Partagez
Aller en bas
avatar
Baron
Baron
Messages : 35
Date d'inscription : 10/09/2018
Age : 16
Localisation : Le cul de te mère
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Sam 3 Nov - 18:16


Affaires étrangères et diplomatie

Lettre au roi de Norvège :
Moi Ragnar, fils de Sigurd, Roi du Danemark et du Svealand, suis heureux de savoir notre alliance concrétisée et suis impatient de pouvoir commencer a commercer avec votre peuple de façon plus poussée. Que vos décisions soient couvertes de succès, à bientôt.

Messages au chefs de  tribus Goths
Fiers chefs de toute la Gothie, vous avez vaillamment combattu lors de la tristement bataille de la plaine ensanglantée et je souhaiterai vous récompenser pour vos actions. Ainsi je vous propose de vous intégrer au vaillant royaume du Danemark comme région a part entière pour concrétiser et solidifier notre alliance.

Campagne de recrutement

Ceci est un message à tous les valeureux guerriers du nord, de la grande mer et des contrées avoisinantes, des raids sont menés sur des contrées pleines de richesses et les valeureux guerriers qui participent seront couverts d'or, de gloire et d'expérience de combats. Rejoignez le grand roi Ragnar et combattons cote à cote
avatar
Comte
Comte
Messages : 115
Date d'inscription : 11/10/2017
Age : 19
Localisation : Coruscant
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Sam 3 Nov - 19:18


 Khanat Khazar / Xəzər Xaqanlığı  




Diplomatie


Le Roi de Khazarie : Bulan Subriel se dit heureux de recevoir des compliments venant de Constantinople pour sa maîtrise sur le sujet épineux des Alains, l'Empereur des romains : Constantin V souhaite également renouveler l'alliance historique qui unit les romains et les khazars, le renouvellement de l'alliance est donc acté pour le Bek de Khazarie ayant préalablement demandé l'avis bien que insignifiant au Prince Suprême de Khazarie.
Bulan Subriel est donc prêt à marier sa jeune fille âgée de 18 ans : Sefa afin de renouer officiellement l'alliance entre romains et khazars. Concernant le thème de Cherson, Bulan se dit rassuré et assure que ses sujets qui pratiquent la pêche, le marchandage ect sont également très heureux de pouvoir compter sur la protection de la marine romaine et également de pouvoir exporter les nombreux produits venant d'extrême orient vers Constantinople et au delà..

Raid


Le dernier raid de l'année bien que "petit" fût concluant pour les hommes du Khan qui ont ramenés de nombreux produits agricoles et miniers et surtout 32.000 esclaves. 5.000 d'entre eux resteront en Khazarie les 27.000 autres seront vendus à bon prix vers Constantinople, Bagdad ect... afin alimenter les marchés d'esclaves de ces derniers. Le Roi de Khazarie annonce à tous ses sujets qui se sont regroupés à Atil et ses alentours le temps de l'hiver que des plus grosse campagnes de raids seront menés des le printemps et le retour des beaux jours, il assure également que son fils est digne héritier de Khazarie : Yuceer Koca sera également de la partie pour booster au maximum le moral de ses troupes.
Les 500 cavaliers légers disparus pendant le raid seront remplacés par d'autres cavaliers khazars du Khanat sous un an.
avatar
Imperator
Imperator
Messages : 167
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 19
Localisation : Palais Impérial
Voir le profil de l'utilisateurhttp://quemque-suam-patriam.forumactif.com

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Sam 3 Nov - 22:00
REGNVM LONGOBARDORVM




Adalgis Rex Longobardiæ

La montée de la fronde

Après son retour d'une mission diplomatique secrète et un bref passage à Pavie, Laurent est envoyé en Toscane, région sous contrôle direct de la Couronne de Fer, afin d'y rétablir la paix officiellement, mais le chancelier latin en profite pour y concrétiser davantage sa fronde. Il se rend également à Bénévent afin de rallier les Lombards locaux à sa cause, leur promettant un « royaume stable et sûr, où les nobles pourront vivre sans craindre un tyran les éliminant spontanément », en évoquant le cas du défunt duc Arigis. Paul Diacre, espérant une transition pacifique entre l'impulsif Adalgis et le sage Laurent, se rallie à la cause en appelant les nobles Lombards à faire de même, afin d'éviter une reproduction de ce sombre interrègne ayant traumatisé la péninsule italienne toute entière à la fin du VIe siècle, suite à l'assassinat du roi Cleph. Promettant un édit qui soit équitable pour les Lombards que pour les autres populations d'Italie une fois Adalgis écarté du trône, Laurent promet la montée d'une dynastie forte, mais par-dessus tout l'établissement d'une paix et d'un ordre qui manquent grandement au bien-être du royaume, sans cependant explicitement nommer laquelle cependant, bien que la fronde consent à lui confier le pouvoir. Mais sera-t-il simple régent garant de la paix, ou aura-t-il l'ambition de se ceindre de la Couronne de Fer ? Certains rejoignant la fronde par dépit face à la situation actuelle semblent quelque peu réticents à l'idée qu'un non Lombard monte sur le trône, mais sa popularité ne cesse pourtant de croître face aux populations envers lesquelles Laurent se montre si charitable, qu'ils soient Lombards ou non.
Baron
Baron
Messages : 32
Date d'inscription : 16/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 2:06
Émirat de Cordoue

Campagne de Galice
Il y a bientôt 8 mois des vils chrétiens provenant d'Asturie ont piller et tuer nos frères bienveillant qui n'avait rien fait de mal, cet acte impardonnable se devait d'être punis. C'est pour cette raison que l’honorable émir de Cordoue le grand Abdel Rahman a pris la courageuse décision de lever une armée et de faire couler le sang chez les asturiens. Abd Al Malik fut l'homme honorer de commander cet expédition, elle commença début mars par le siège de Opporto. Ce siège fut terrible pour l'armée de l'émir, près de 2000 de nos hommes ont péris devant les flèches et roches de ces lâches qui ont préférer se battre avec des arcs et en jetant des pierres plutôt que de sortir comme des hommes et combattre l'épée a la main. Le sièges à durer près de 3 mois, 2 assaut majeurs ont eu lieu mais malheureusement les 2 ont échouées. Le moral des troupes était au plus bas quand une nouvelle encore plus terrible arriva, l'armée asturienne était en marche, ils étaient la à une journée de marche prêt à combattre. Quel choix devait prendre Ab Al Malik fuir ? Non jamais l'émir n'aurait tolérer un tel acte. Combattre ? Bien sur que oui plutôt mourir au nom d'Allah le grand et miséricordieux plutôt que de fuir devant des chrétiens. Le soir la décision avait été prise Ab Al Malik et son armée allaient combattre mal grès l'épuisement du siège précédent il allaient combattre. Le matin l'armée asturienne était prête en rang pour la bataille et celle de l'armée musulmane aussi. Abd Al Malik devant ces hommes les encouragea, les glorifia et leur ordonna de se battre au nom de dieu le tout puissant et le miséricordieux, " Nous allons les écraser, les humilier pour chacun de nos hommes mort au combat je veux qu'ils y ai deux chrétiens mort".
La bataille fut rude mais après quelque heures le sort était jouer l'aile gauche ennemis était tomber puis l'aile droite puis les 2 flanc à partir de là c'était la fin le centre ennemis a fuit et nos soldats ont crier leur joie d'avoir vaincu leur ennemis. Quelque semaine après un messager fut envoyer à l'émir puis les conditions de reddition ont été envoyer aux asturiens, ils les ont toutes accepter, ils se sont inclinées devant la puissance andalouse et la Galice est redevenu musulmane.

Le duché de Galice

Le duché indépendant *tousse* de Galice fut crée avec à ça tête le duc Theodémond de Galice. 2000 soldats arabes seront en garnison dans cette région afin de la protéger. Les lois dans cette région sont les mêmes que dans toutes les autres, la liberté de culte est totale, les chrétiens seront juger par des chrétiens, les galiciens ne seront pas enrôler de force dans l'armée comme le faisait les asturiens, les galiciens payeront l’impôt+l'impôt sur la dhimmitude qui même additionner sont largement inférieurs à ceux des asturiens. Afin de rappeler aux galiciens que les chrétiens ne sont pas des ennemis mais des alliées des crieurs iront dans les villes rappeler la Promesse à Ste Catherine :

Ceci est un message de Muhammed ibn Abdoullah, constituant une alliance avec ceux dont la religion est le christianisme ; que nous soyons proches ou éloignés, nous sommes avec eux. Moi-même, les auxiliaires [de Médine] et mes fidèles, nous nous portons à leur défense, car les chrétiens sont mes citoyens. Et par Dieu, je résisterai contre quoi que ce soit qui les contrarie. Nulle contrainte sur eux, à aucun moment. Leurs juges ne seront point démis de leurs fonctions ni leurs moines expulsés de leurs monastères. Nul ne doit jamais détruire un édifice religieux leur appartenant ni l’endommager ni en voler quoi que ce soit pour ensuite l’apporter chez les musulmans. Quiconque en vole quoi que ce soit viole l’alliance de Dieu et désobéit à Son prophète. En vérité, les chrétiens sont mes alliés et sont assurés de mon soutien contre tout ce qui les indispose. Nul ne doit les forcer à voyager ou à se battre contre leur gré. Les musulmans doivent se battre pour eux si besoin est. Si une femme chrétienne est mariée à un musulman, ce mariage ne doit pas avoir lieu sans son approbation. Une fois mariée, nul ne doit l’empêcher d’aller prier à l’église. Leurs églises sont sous la protection des musulmans. Nul ne doit les empêcher de les réparer ou de les rénover, et le caractère sacré de leur alliance ne doit être violé en aucun cas. Nul musulman ne doit violer cette alliance jusqu’au Jour du Jugement Dernier (fin du monde).

Theodémond a par ailleurs été inviter a Cordoue en personne par l'émir discuter de l'avenir de la Galice et fêter cette victoire pour les 2 peuples.

Armée


Cette guerre fut cher en hommes beaucoup ont péris :
- 750 lourds à pieds (à recomposer).
- 2150 médians (une unité décimée, une autre à recomposer).
- 500 légers (une décimée)
- 500 archers (une décimée)
- 350 cavaliers léger (une unité à handicaper et à recomposer)

Pour commencer les archers et les soldats léger qui ont survécus sont renvoyer chez eux avec leur paye excepter ceux qui seraient intéresser par l'offre de recrutement pour l'armée professionnel. En effet beaucoup de soldats faisant parti de l'armée professionnel ont péris et cette armée est à refaire. Une large campagne de recrutement est organiser tout d'abord chez les anciennes troupes lever pour cette guerre qui possède déjà une grande expérience et qui seraient bien entendu payer à juste valeur. Puis des émissaires sont envoyer chez le Maghreb de nouveau soldats berbères seraient les bienvenu en Andalousie pour pouvoir refaire leur vie, après un séjour dans l'armée d'Andalousie ils pourraient devenir citoyen et fonder une famille ici. L'objectif de cet campagne de recrutement est de :

-Recomposer 1 unité de cavaliers léger. 1 unité de soldats lourd. 1 unité de soldat médians
-Recréer 1 unité de soldats lourds. 4 unités de soldats médians

De cette manières l'armée professionnel Andalouse retrouverait exactement le même nombre d'hommes qu'avant la campagne.
avatar
Fifille de l'Empereur
Fifille de l'Empereur
Messages : 217
Date d'inscription : 11/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 4:21
Le Mariage de Charlemagne
La mort de Carloman

Le mariage entre Charles et Désirée doit avoir lieu à Pavie, capitale Lombarde: c'est là que les deux êtres doivent s'unir devant dieu avant qu'un banquet n'ait lieu pour célébrer l'union: des seigneurs francs lombards et la famille des deux époux sont conviés.
Mais dans l'ombre se dessine un bien sombre complot: Charles, sous les conseils de Laurent le chancelier de Lombardie, complote pour assassiner son frère afin de réunir les deux couronnes.
Laurent simultanément, et utilisant une carte fournie par Charles mais ayant été dessinée paraît-il par Carloman, convainc Adalgis de la nécessité d'assassiner Carloman afin de maintenir l'intégrité de la couronne.
Laurent n'est pas désintéressé dans cette histoire: il compte bien s'arranger pour qu'Adalgis soit ridiculisé ou pris la main dans le sac, le décrédibilisant comme roi des Lombards et espérant ainsi rafler la couronne.

Le Grand jour arrive, les mariés sont dans leurs plus beaux habits et la cérémonie est grandiose, puis vient le banquet: des centaines de convives sont présents.

Alors que Adalgis porte un toast à la santé des mariés, Berthe boit dans son verre et tombe raide morte, Carloman lui est gravement malade et court vers ses barons leur intimer de s'enfuir prévenir la capitale: on l'a empoisonné, certains arrivent à s'enfuir mais bien vite les Lombards bloquent les portes et la scène tourne au massacre: les francs de Neustrie prennent le parti de Charles qui accuse Carloman d'avoir empoisonné leur mère et attaquent les francs d'Austrasie avec l'aide des Lombards. Carloman a le coeur crevé par un lancier lombard.  

Le massacre passé, Adalgis s'effondre ivre d'alcool et d'émotion alors que Laurent et Charles discutent: Laurent sait qu'il doit partir Paul Diacre ayant pris son soutien et les latins s'agitant derrière la figure de Laurent ce n'est qu'une question de temps pour qu'Adalgis n'apprenne son véritable plan.

Charles quant à lui doit aller en Bavière lever l'armée de Thalasson pour la guerre, il envoie un coursier à son maréchal et lui donne l'ordre de réunir l'armée à Noyon. Charles revendique la couronne des Francs d'Austrasie et il ne compte pas laisser le fils de Carloman sur le trône: l'unification est son but.

Pendant ce temps des hommes fidèles à Carloman font route vers Soissons pour y apporter la nouvelle: le roi a été assassiné par Adalgis et Charles aurait pris son parti.
La nouvelle fait scandale en Austrasie alors que le jeune pépin est couronné roi des francs, le Maréchal d'Austrasie prenant la place de régent et déclarant la guerre à la Lombardie et la Neustrie pour leurs crimes.
Des rumeurs se sont propagées depuis la Lombardie, ces dernières portent sur le fait que Carloman aurait empoisonné Berthe et aurait été tué en ce nom, cependant les rumeurs sont peu écoutées.
Néanmoins elles le sont assez pour qu'une partie de l'armée refuse de prendre les armes, ces derniers ne sont pas opposés à Charles malgré son soutien à Adalgis et préfèrent rester neutre, estimant qu'il est le nouveau roi légitime.


En parlant de Charles, des rumeurs circulent: on dit de lui qu'il serait impliqué dans les empoisonnements: on raconte que sa soeur aurait propagé le mot, néanmoins ce ne sont là que des rumeurs qui circulent en ville, rien de bien fondé.

Ainsi le monde Franc s'embrase, alors que le Bénévent entre en révolte...
avatar
Fifille de l'Empereur
Fifille de l'Empereur
Messages : 217
Date d'inscription : 11/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 5:00
Guerres Laurentines

La situation initiale

Ayant appris les manigances de Laurent, le roi Adalgis ordonne l'arrestation de son chancelier mais ce dernier est bien loin: dans son duché des Abruzzes.
Pour Laurent l'heure est venue: ainsi il appelle à l'aide Paul Diacre et appelle les vassaux d'Adalgis à la révolte: le Comte de Gènes et le Duc de Frioul répondront favorablement.
Le reste du royaume reste Fidèle à Adalgis qui réunit ses troupes à Pavie et en Spolète: cette dernière est un verrou qui bloque les insurgés pour faire jonction.
Dans les terres rebelles, Laurent fait prendre les armes aux latins: hordes de paysans et de gueux armés sur sa fortune personnelle et celle de ses patrons latins ou soutiens lombards, ils n'ont guère une grande valeur militaire mais Laurent a réussi son but: réunir une armée Latino-Lombarde pour renverser Adalgis.
Mais la guerre ne fait que commencer: Adalgis a levé des paysans et des indigents leur promettant terres et or pour agrandir son armée et a déjà commencé à appeler ses alliés à l'aide ou nouer de nouvelles alliances.


En orange sont les terres rebelles, les carrés bleus déterminent les armées lombardes et les oranges les armées rebelles.

Armée lombarde de Pavie:
-1500 cavaliers légers
-1500 Soldats lourds
-1500 soldats médians
-3500 archers
-2000 légers

Armée Lombarde de Spolète:
-500 cavaliers légers
-1000 soldats soldats
-500 médians
-2500 archers
-1000 légers

Armée rebelle de Genes:
Italiens:
-500 soldats médians
-1000 soldats légers
-1000 archers
Lombards:
-1000 soldats médians
-1000 soldats légers

Armée rebelle du Frioul
Italiens
-500 soldats médians
-1000 soldats légers
-1000 archers
Lombards
-1000 soldats médians
-1000 soldats légers

Armée rebelle du sud
Bénéventins:
-1000 cavaliers légers
-1000 soldats lourds
-1000 soldats médians
-1500 archers
Latins
-500 médians
-2000 archers
-1500 légers

Diplomatie d'Adalgis

A l'intention de l'Empereur Romain d'Orient

Adalgis, Roi de Lombardie, requiert l'aide de l'Empereur Romain d'Orient face à la révolte à laquelle il doit faire face. Ce dernier mis dos au mur face à la révolte de Laurent et du vassal du Bénévent n'a d'autre choix que d'envoyer une demande d'aide à l'Empereur avec de grandes contreparties: en espérant que cela suffise pour convaincre le Basileus  de rejoindre la guerre en sa faveur.
Ainsi en échange du soutien romain dans la guerre civile, Aldalgis cède les terres bénéventines dans leur intégralité à l'Empereur, lui offrant ainsi tout le sud de l'Italie.
Cette terre est devenue une épine dans le pied d'Adalgis qui espère troquer ces terres contre la victoire sur les rebelles.

A l'attention de Charles roi de Neustrie

Adalgis demande à son beau fils de l'aider dans sa guerre contre les rebelles latins et d'honorer son alliance par le sang, refuser signifierait le parjure, et peut être même pire, après tout les deux hommes en savent beaucoup l'un sur l'autre.
avatar
Ῥωμαῖος
Ῥωμαῖος
Messages : 129
Date d'inscription : 03/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 9:20



Basileía Rhômaíôn / Empire Romain




A la croisée des chemins





  • La volonté du Basileus

    Un messager ordinaire arrive à la ville par la voie des mers, il porte un message. Confiant le document aux fonctionnaires du Palais, il traverse au pas de course l’immense complexe palatial pour achever sa course intacte entre les mains du vicaire de Christ sur terre. Assis sur son trône, il quitte sa position hiératique pour tenir et fixer la lettre. Lisant, ses yeux s’illuminent, ses mains se tendent, son visage se crispe puis se détend et apparaît sitôt achevé un modeste sourire. Saisissant sa toge pourpre et se levant de son trône d’or, il s’avance vers sa cour inquiète et, d’un signe, en levant sa main droite, sur ton solennel, il dit à ses courtisans et fonctionnaires : « Qui me suivra, où que j’irais ? Qui me suivra, sur les sentiers de la gloire ? Qui me suivra, envers et contre tous sur la terre des Romains ? ». La réponse est sans appel, le Basileus voit devant lui l’immense foule des gardes et fonctionnaires du Palais, les nobles et les stratèges des Thèmes. Ils hurlent à plein poumon et à l’unisson « Nika ! », puis s’abaissent et touchent le marbre de la salle du trône, vénérant la pourpre tandis l’Empereur donne ses instructions à ses ministres et stratèges : « Par la présente, sous mes auspices et avec la bénédiction du Tout Puissant un général sera nominé à la tête d’une expédition militaire, je délègue à cet homme vertueux le soin de mener une armée pour soutenir notre voisin et allié, le Roi des Lombards ! Que Dieu protège nos vaillants guerriers et nous offrent une fois de plus la Victoire ! ». Un message positif est donc envoyé à Adalgis pour lui apporter le soutien de l'Empire dans ces temps troubles.



  • A l’adresse du Roi des Francs d’Occident, Charles I,

    Amis de la Nouvelle Rome, tes paroles et ton ambassade passionnent la cour et ma personne. T’inspirer de moi et de mes gens est sans conteste l’exemple à suivre, parmi tous les puissants, qui peut se targuer de chiffrer en millions de livres d’or les fruits de son imposition ? Qui peut prétendre bâtir de nos jours de grands monuments et maintenir des infrastructures dignes de celles d’Auguste ou de Trajan ? Je vais faire ouvrir de nouvelles classes dans l’académie impériale de Constantinople et sur trois ans cinq cent hommes que tu m’enverras, moyennant qu’ils soient recommandables, seront instruits par mes gens afin d’apprendre le grec, le latin et le droit et les rudiments de la gestion bureaucratique. Tu assureras la part qui te reviens, celle qui consiste à compenser le prix de ce recrutement de juristes et la dispense de leurs cours et les frais liés, croit le ils coûtent cher !

    Cependant, l’occident est en pleine ébullition selon tes gens, je n’ai eu que des rapports succincts … mais tout semble indiquer que la Lombardie et plus encore l’Occident entrent dans une période turbulente. Une rumeur parlant de ton concours dans un assassinat aussi barbare que celui de Pavie, lors d’un mariage de surcroît, est arrivé jusqu’à moi. La nouvelle embrase l’Austrasie et contamine l’Italie, je m’engage à te donner le bénéfice du doute, mais et sache que mes armées marcheront pour punir les renégats en Lombardie et y rétablir l’ordre. J’achève ma lettre en te transmettant mon amitié et mes prières, que Dieu te garde de veille sur tes choix dans ce monde incertain.

    Constantin V l’Isaurien, Empereur des Romains.



  • A l’adresse du Khan des Khazars, Bulan Subriel,

    Amis de Constantinople, allié et futur parent, ayant reçu ta lettre, j’ai été pris de joie à l’idée d’unir nos maisons et je gage que tu feras le voyage pour le mois de Juillet jusqu’à la Ville ! Considère mon invitation et j’insiste sur un point : tu pourras compter sur une hospitalité digne de ton rang. Tu es le bienvenu en terre amie.

    Constantin V l’Isaurien, Empereur des Romains.
avatar
Ῥωμαῖος
Ῥωμαῖος
Messages : 129
Date d'inscription : 03/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 9:22
Tour 5 - été 770
avatar
Baron
Baron
Messages : 23
Date d'inscription : 28/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 10:13


Regnum Neustriae - Neoster-rike

Lettre pour le Duc de Bavière, Tassilon III


Au fier duc du grand duché de Bavière, vassale de jure du roi des Francs,

Je vous adresse mes sincères salutations, et pries pour que la grâce et la vertus du seigneur vous bénissent. Nous sommes en période de crise. Mon frère, dans sa veine tentative de m’assassiner, a accidentellement tué ma mère. Ce-dernier a répondu de ses crimes, cependant, certains de ses plus fidèles vassaux ont pris la décision de monter mon neveu contre moi. Toujours bambin, son royaume est dès lors gouverné par ceux qui ont tenté de m'assassiner à mon propre mariage. En tant que roi des Francs, il est de mon devoir de protéger mon peuple contre ceux qui tente de le nuire. Aussi, par ce lien de fidélité qui nous unis, vos armées sont attendues dans la guerre. J'espère vous retrouver à mes côtés sur le champ de bataille pour terrasser ces chiens parjures. Votre soutien sera récompensé, je le jure devant Dieu.

Que le Seigneur tout puissant vous accorde sa sagesse,

Charles Ier, Roi des Francs.
                  Décision : Part en Bavière pour lever l’armée du Duc Tassilon


Dernière édition par Basileus1081 le Dim 4 Nov - 12:33, édité 1 fois (Raison : Sur demande de Fire.)
avatar
Baron
Baron
Messages : 23
Date d'inscription : 28/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 12:51


Regnum Neustriae - Neoster-rike

Lettre pour sa Sainteté le Pape de Rome, Premier Évêque d'Occident


A sa Sainteté le Pape, Émissaire du Seigneur sur Terre,

C'est en fidèle chrétien que je vous envoies mes plus sincères bénédictions mon père. De part le titre que vous avez jadis conférez à mon père et qui m'a été transmis de façon héréditaire, tel le souhaitait votre volonté, c'est donc par mon statut de "Très Chrétien" que je vous assure du bon traitement de nos frères en Galice. Il est vrai que ces-derniers ont subit une cuisante défaite contre les Maures, cependant, mes espions m'ont rapporté que l'émirat Omeyyade leur avait conféré les mêmes droits que ses sujets musulmans. L’Émir de Cordoue a autorisé la poursuite des pèlerinages à Saint-Jacques de Compostelle, et a garantit aux Galiciens qui les protégerait au prix de sa vie. Ceux-ci d'ailleurs sont libres de former leur propre gouvernement très chrétien, selon les dires de l'émir. Je sais ô combien il peut nous être dur de laisser un tel lieu saint entre les mains des mahométans, mais je puis vous jurer que cette église sacrée ne subit point de viol en ses murs. Ainsi, moi, Carolus, Rex Francorum, et Très Chrétien, reconnais l'indépendance de Galice chrétienne tributaire de Cordoue. Je vous avise vivement mon père de me suivre, Saint-Jacques de Compostelle est sauve, je vous en fais la promesse.

Que le Seigneur tout puissant vous accorde sa sagesse,

Charles Ier, Roi des Francs.

Baron
Baron
Messages : 8
Date d'inscription : 02/11/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 13:14
ROYAUMES DES FRANCS.


LE COURONNEMENT DE PEPIN.





La régence se fera au nom du fils de Carloman, l'enfant Pepin. Il est d'ascendance légitime et indiscutable. Vive le roi Pepin. L'onction sacré lui est donné et la couronne est sienne. Les francs prêtent allégeance à notre roi et le maréchal régent guidera les troupes en son nom.
La Francie à  desormais un nouveau roi ! Un roi  vivant en son pays ! Un roi au nom duquel nous combattrons son oncle qui rassemble des forces étrangères  pour envahir le monde des francs.  De Neustrie et d'Austrasie. C'est sous la bannière de Pepin qu'il nous faut nous rallier ! C'est sous la bannière de Pepin que la providence accordera sa clémence aux francs.



LETTRE DU MARÉCHAL RÉGENT AU PAPE.


" À l'intention de notre évêque  de Rome.
Notre seigneur, le roi  Pepin est sacré, je demande l'attention de Votre Altesse d'écouter d'un visage favorable nos dispositions les plus vitales. À Pavie nous avons perdu notre roi par le lâche complot de son frère. Nous avons alors donner notre allégeance à son enfant. Au nom de cet héritier légitime Nous les francs de Soisson, de Pepin le bref, de Charles Martel, de Carloman. Preserveront le royaume de celui qui se nomme Charles et qui a dévié du droit chemin en délaissant Rome au profit de Constantinople. Puis en tuant lâchement sa famille.


Nous combattons sous l'ombre du royaume de Dieu. Nous demandons ainsi la reconnaissance de notre nouveau roi par votre action. Alors nos coeurs seront enracinés dans le combat ultime du bien contre le mal. Au moyen de quoi, avec la grâce de Dieu et la vôtre, on rétablira un royaume franc lavé des péchés de Charles, un royaume qui ré inspirera la justice par la piété  de ses seigneurs, un royaume protecteur de l'Eglise. "






avatar
Baron
Baron
Messages : 23
Date d'inscription : 28/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 13:58


Regnum Neustriae - Neoster-rike


La Tentative d'assassinat de Carloman

En l'an de grâce 770 furent unis Charles de Francie et Désirée de Lombardie. Mariés dans la basilique de Pavie, capitale lombarde, les deux époux furent ensuite conviés à un immense banquet. Alors que la fête se déroulait dans la joie, la mère du roi des Francs, Bertrade, fut frappée par un poison mortel et s'effondra sur le sol. Il semble que ce verre était destiné au roi Adalgis des Lombards. Mais alors qui aurait voulu assassiner le nouveau beau-frère de la famille à un mariage ? Pour le Lombard, le coupable le plus évident était Carloman qui depuis toujours désirait conquérir la Lombardie. Le roi d'Italie avait justement été mis au courant de cette sournoise trahison par son Chambellan Laurent le Latin.

Ainsi débuta un massacre dans le Hall du palais royal de Pavie. Les soldats lombards se jetèrent sur Carloman et ses barons. Charles lui était frappé par le chagrin que lui causait la perte de sa mère, ses hommes décidèrent ainsi de rester neutre et de le protéger. Entendant les vociférations accusatrices d'Adalgis, et connaissant le plan de Carloman d'envahir la Lombardie, Charles fut persuadé que son frère était coupable du matricide. C'est ainsi que Charles ordonna à ses hommes de combattre aux côtés des Lombards, tandis qu'un messager partait à toute allure en direction de Noyon pour avertir la cour de la supercherie et prévenir les vassaux de la guerre future qui en découlera avec l'Austrasie, si jamais les seigneurs de celle-ci décident de rester fidèles à leur traître de roi et à sa famille de parjure.

Carloman et ses parjures furent massacrés, bien que certains parvinrent à s'enfuir. Ces couards ont sans aucun doute rependu des mensonges sur le dos du roi Charles en Austrasie. Ainsi, la majorité des seigneurs austrasiens ont pris parti pour les régents traîtres du fils de Carloman, le jeune Pépin, âgé de seulement 1 ans. Cependant, quelques seigneurs du Royaume Médian, un quart apparemment, refusent de croire aux blasphèmes des régents avides qui profitent de la jeunesse de Pépin pour s'emparer du pouvoir. Ils ont décidé de demeurer neutre, et soutiendront Charles si ce-dernier jure de venger sa mère et son frère du roi Adalgis.

Charles, coincé en Italie, décide alors de passer par la Bavière, terres de son vassal le duc Tassilon. Quand il arrive en territoire bavarois, le roi des Francs y lève l'armée avant de retourner en Neustrie où l'attendent ses commandants et leurs hosts. C'est à Noyon que le jointure des deux forces se fera. Près de 22 000 guerriers et nobles francs seront alignés sur le chemin de la guerre contre les Parjures d'Austrasie. Aussi, les vassaux vascons de Pampelune prêteront leurs hommes au roi Charles. Ceux-ci rejoignent les troupes du duc d'Aquitaine et l'accompagneront jusqu'au point de ralliement de Noyon.

La guerre pour le salut de la Francie est déclarée.
avatar
Imperator
Imperator
Messages : 167
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 19
Localisation : Palais Impérial
Voir le profil de l'utilisateurhttp://quemque-suam-patriam.forumactif.com

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 15:27
SEDITIO ITALIÆ



Armoiries laurentines, basées sur sa bannière


Laurentius Aquila Latinus, Rex Legitimus totius Italiæ

La guerre d'Italie

Aussitôt avait-il regagné Bénévent que la guerre est déclarée. Laurent, que ses sujets surnomment désormais l'Aigle Latin, mène la fronde et est déjà acclamé par les insurgés comme le Roi légitime de toute l'Italie, en référence au titre usité par le roi des Lombards, Rex totius Italiæ. Laurent se prépare avant tout à aller négocier avec les Romains et leur commandant en Italie, aussi prend-t-il immédiatement la route après avoir écrit une lettre importante à l'intention du Basileus Constantin. Pour lui, une guerre contre les Romains ne serait que « fratricide » et ne présagerait rien de bon pour la paix de l'Italie. Pour l'instant, nos forces armées restent sur la défensive tout en soutenant les insurgés, en attendant la réponse de l'Empire romain à la sollicitation du Latin.

La rencontre de deux héritiers de Rome

À l'intention du glorieux Imperator Constantinus Isauros, que la Grâce de Dieu soit avec vous !

C'est avec respect et humilité, et non par peur, que je vous adresse ce message. Vous êtes les héritiers de l'Empire Romain que mes ancêtres latins ont bâti, cela est incontestable et indéniable. Vous maintenez la gloire millénaire de Rome et continuez à la faire briller par delà les siècles sous la bienveillance de notre Seigneur, puisse-t-il continuer à vous soutenir infiniment dans cette noble mission.
Vous savez autant que moi de quelle perfidie, de quel déshonneur, et de quelle barbarie sont faits les nobles Langobards qui sont demeurés loyaux à l'ivrogne assassin que l'on appelle Adalgis. Ayant été témoin des funèbres noces de Pavie, je puis vous garantir la bassesse dont a fait preuve Adalgis, empoisonnant la mère de Carolus et tuant Carlomannus de sa main. Certes avait-il ses raisons, mais les actes furent perfides et immoraux, et le voilà donc en guerre contre ceux qui sont indignés. Les Francs sont occupés dans leurs regrettables tensions intestines, Dieu les garde, et l'heure est plus que jamais pour l'Italie de recouvrer une paix et une harmonie qu'elle a perdu il y a de cela plusieurs siècles.
Ô grand Basileus, je ne suis qu'un téméraire insurgé empli de songes qui, j'en suis certain, convergeraient avec les vôtres. Ainsi ose-je vous demander une rencontre, afin de construire les fondations d'une entente entre Romains d'Orient et descendants des Romains d'Occident. Une guerre entre nous ne serait rien d'autre qu'un terrible fratricide menaçant la paix.
Je suis prêt à vous prêter serment en tant qu'allié dévoué et à signer tous les traités nécessaires pour cela tout en vous cédant cette Magna Graecia qui vous revient de droit. Une fois ceint de la Couronne de fer, que le Seigneur m'en soit témoin, j’honorerai à mon tour cette alliance lorsque vous en aurez besoin, je vous en donne ma parole. Entre l'Occident franc et l'Orient romain se trouvent les Latins, qui, j'en suis certain, doivent reprendre le contrôle de ce qui fut autrefois le cœur de la Romanité, mais aujourd'hui, c'est avant tout leur terre d'origine, celle qui ne peut plus supporter la souillure de ces irrespectueux barbares méprisant l'héritage romain qui coule dans nos veines.

Que Dieu garde l'Empire Romain,
Laurentius Aquila Latinus, Rex Legitimus totius Italiæ

(Note HRP : Laurent parlant le Latin, les noms sont traduits dans son langage maternel)

Baron
Baron
Messages : 27
Date d'inscription : 29/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 15:29
Pluvose a écrit:
République Sérénissime de Venise


Economie


Afin de se diversifier une expédition maritime aux buts commerciaux est lancée dans le but d'atteindre les terres espagnoles de l'Emirat de Cordoue. Les destinations sont  Barcelone, Valence, Malaga et Lisbonne. Bien sur afin de protéger le convoi de tout actes de piraterie, 150 médians accompagneront l'escadre commerciale. 
Le but de convoi est non seulement de vendre des produits mais aussi de promouvoir Venise et établir une première approche dans les pays musulmans. 
Si l’expédition est un succès, il en autorisera d'autres afin de sceller des alliances tout d'abord commerciales puis dans un but plus politique. 
Le trajet de l'escadre passera aux plus près des côtes européennes avant de redescendre et d'être à portée de tirs des canons côtiers.
Bien entendu une ambassade sera envoyé à Constantinople afin de valider l’expédition 

Concernant l'Italie
Après avoir eu vent que des rebelles sévissaient aux frontières de la cité lacustre, les armées vénitiennes qui sont, on peut le dire, dérisoire se renforce en consolidant les murailles. Le Doge a d'hors et déjà annoncé que si des rebelles devaient se trouver à demander l'asile aux portes vénitiennes, cela sera refuser. Si quelconque rebelle parvenait par n'importe quel moyen à trouver refuge dans Venise et qu'il était arrêté par les soldats vénitiens, il sera remis aux autorités du roi Lombard dans les plus brefs délais.


Série de meurtres dans Venise


Depuis quelques jours déjà, un meurtrier sévit dans les rues de Venise, tuant sans distinctions de classe, d'âges ou de sexes. Ce tueur est imprévisible, sans failles et sans limites. Les dirigeants ont d'ailleurs pris des dispositions pour assurer leurs propres sécurités. Cependant on dénombre pour l'instant 15 morts de la lame de ce tueur reconnaissable par le fait qu'il coupe la tête de ses victimes avant de s'enfuir. Agissant la nuit, il est pour l'instant impunis mais cela ne saurait tarder.
avatar
Ῥωμαῖος
Ῥωμαῖος
Messages : 129
Date d'inscription : 03/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 17:31



Basileía Rhômaíôn / Empire Romain




La réforme de l'an 770





  • Introduction : Le Basileus Konstantinos V revient d’une campagne acharnée livrée en Scythie Mineure. Il s’est saisit de Pliska et en a fait une terre noire, calcinée et gorgée du sang de ses défenseurs. Il a vaincu les Bolgars et leurs valets Valaques et Bulgares toujours païens le Kontos dans les mains. Il a vu malgré l’éclatante victoire des romains mais aussi la faiblesse des troupes thématiques, trop faiblement pourvues et trop mal entraînées pour encaisser les chocs face à de la cavalerie lourde ou même légère. Dans ces conditions, l’Empereur décide de renforcer l’armée centrale en ponctionnant parmi les Isauriens d’Ikonion, essentiellement Iconoclastes et formant la principale région militaire de l’Empire avec la Makedonia.



  • Tagmata : Les cavaliers lourds et les cataphractaires ainsi que les scutaires subissent les chocs et en infligent de plus grands encore, ces hommes sont l’élite de l’armée. Leur perte sur un champ de bataille serait catastrophique et donc il a été décidé de créer un régiment et un bataillon supplémentaires pour accroître la force de ce corps. Les « Constantiniens » se recrutent peu à peu, ils formeront un régiment de 2000 fantassins lourds. Le bataillon des Spathaires promu les hommes aguerris par la guerre contre les Bolgars. Disposant d’armures prestigieuses et très épaisses, complètes et de rentes dignes de leur rang, ils formeront une force de choc de 500 fantassins ultra lourds en lieu et place de 500 soldats lourds. Au total, 2 500 hommes seront recrutés et entraînés, élevés vers un niveau inégalé de valeur militaire. Scutaires, ils tiendront la ligne jusqu’à leur dernier souffle ! La reconstitution des unités atteintes par les pertes sera achevée fin 770 (tour automne-hiver).



  • Themata : L’armée thématique n’a pas brillée à Dorystolon. Elle a encaissé une charge massive des cavaliers barbares et s’est trouvée repoussée et décimée, se reposant trop sur les Scutaires pour effectuer leur propre devoir. Les fantassins thématiques se voient donc réformés. Une force de 500 soldats médians devra être constituée en Thrace, en Macédoine, en Opsikion, Thracésiens, Bucellaires, Anatoliques, Arméniqaques et Cibyrrhéotes. Ces soldats seront sélectionnés parmi les meilleures recrues thématiques, elles bénéficieront de l’entraînement régulier de la troupe Thématique et un entraînement des Thèmes est organisé dans la plaine Nicéenne au mois d’août par l’Empereur. Prétexte au rassemblement des forces thématiques choisies et la constitution d’un corps expéditionnaire. Au total 4000 fantassins médians attachés aux thèmes vont remplacer un nombre identique de soldats thématiques légers. La solidarité financière de la classe paysanne et l’octroi de terres publiques joue à plein, les soldats thématiques les plus compétents reçoivent l’impôt des autres paysans, des terres en plus et une armure, un arc, un entraînement régulier … que rêver de mieux ? Au printemps 771 ces hommes engageront leurs premières manœuvres dans leurs nouveaux uniformes. Accroissant la valeur des troupes thématiques. L’infanterie n’est pas le véritable cœur du thème, c’est la cavalerie qui s’élance à la guerre et fait les pires dommages à l’ennemi, engage au moment opportun et bat en retraite dans les montagnes avec la vitesse et la violence d’un rapace. Les Stratèges reçoivent donc l’ordre de former 1000 cavaliers légers dans chacun des thèmes suivants :  Thrace, Opsikion, Thracésiens et Buccellaires. Au total, 4000 cavaliers armés d’une armure, d’une lance courte et d’une épée ainsi d’un arc ou de javelots feront office de cavalerie médiane. Disponibles courant du printemps 771, ces hommes remplacent un total identique de cavaliers thématiques. Les pertes dans l’infanterie thématiques sont compensées dans l’année par les volontaires si ardents et heureux de reprendre les terres des victimes de Dorystolon.



  • Financement : Le renforcement de l’armée va de paire avec des distributions d’or plus importantes aux troupes, les soldes coûtent et il s’avère nécessaire de palier le coût des mesures précédentes. En premier lieu des titres courants, antiques et dévalués, sont vendus par l’intermédiaire de bureaucrates. Des terres publiques inexploitées (abondantes) sont vendues à des citadins souhaitant s’installer en campagne et devenir propriétaires. Enfin une taxe exceptionnelle est levée sur les sénateurs, propriétaires en Thrace riches et populeuses terres. Ils payeront un tiers des frais, essentiellement l’équipement.


La lettre secrète


  • Au cours des semaines qui suivent la décision de Constantin V de faire partir pour l’Italie un corps expéditionnaire sous le commandement de Michel Mélissène, alors même que le corps est encore en constitution, l’Empereur reçoit une lettre de la part d’un messager qui lui aussi tente de s’attirer les faveurs du Basileus. Dédaignant d’abord le messager et son document, il se le fit lire derrière un rideau pourpre par Logothète du Drome. Sans donner de réponse autre qu’un vague signe de la main, il quitta sa place et retourna dans ses appartements. Prenant peu à peu contact avec ses proches, l’Empereur finit par être convaincu que son choix initial était le moins enviable et qu’il était nécessaire de refuser à Adalgis le renfort romain. Cachant ses intentions, il n’envoie pas de lettre à Adalgis et maintient le cap, officiellement. Mais en réalité, il entend que l’armée romaine débarque en Italie et défende son pré-carré, guerroie et emporte la victoire.

    A l’adresse de Laurent, Roi d’Italie.

    J’ai reçu ta lettre avec surprise. Je ne m’attendais pas à ce que tu fasses un tel pas et encore moins envers l’Empire des Romains. La couronne de fer est le centre de biens des esprits, aussi je t’écris pour te dire que tu seras assisté par un général, Michel Mélissène. Il mènera l’armée impériale en terre Italienne et assurera les gains impériaux mais aussi ta victoire et celle de Constantinople.

    Constantin V l’Isaurien, Empereur des Romains.
avatar
Fifille de l'Empereur
Fifille de l'Empereur
Messages : 217
Date d'inscription : 11/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 19:36
La menace de Ragnar

Ragnar, roi des danois et guerrier reconnu menace le monde Scandinave: après avoir soumis les Suiones il a tenté de soumettre ses anciens alliés goths, mais leur refus a déclenché la guerre. Outré par le serment brisé, les Jarls Goth ont amassé une force extraordinaire de 500 hommes supplémentaires, les guerriers venant défendre leur roi face au parjure. Des guerriers étrangers venus de Norvège ou du Danemark rejoignent aussi les Goth pour lutter contre le parjure.
C'est ainsi une armée de 1500 soldats Goth qui se met en ordre de marche afin de défendre ses terres.
Pendant ce temps Ragnar a rallié de nouveaux guerriers au Danemark en profitant de sa victoire: 500 guerriers rejoignent à nouveau sa troupe qui comporte désormais 2000 guerriers, comblant les pertes des combats et des désastreux raids hivernaux.

La balance penche en la faveur de Ragnar, mais celui ci commettra l'erreur fatale: voulant enfoncer le clou il court circuite le roi des Norges et s'adresse directement à ses guerriers, leur demandant du soutien.
Ces derniers prennent très mal la demande du parjure: après tout il a déjà brisé une alliance, avec les Goth, comment peuvent ils être surs qu'il n'en sera pas de même pour eux ?
Si les Goths venaient à être soumis les Norges seraient seuls et Ragnar impossible à arrêter, c'est pourquoi les guerriers Norges envoient une ambassade à leur roi pour lui soumettre une requête: Soutenir les Goths contre Ragnar et l'obliger à libérer les Suiones, afin de restaurer l'équilibre dans le monde Scandinave. Surtout cela conférerait un prestige immense aux Norges et à leur roi.

Les guerriers Norges craignant Ragnar et craignant pour leurs terres, les Jarls Norges réunissent 1000 épées supplémentaires qu'ils mettent à disposition de leur roi pour la guerre contre Ragnar.


Effectifs:
1500 Goth
2000 Norges( si le roi des Norges répond favorablement à la demande de ses Jarls)
2000 Danois + 500 Suiones.
avatar
Baron
Baron
Messages : 96
Date d'inscription : 12/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 19:58
Tribu de Jenő




Les Magyars sont  divisés, menacés par la puissante Byzance au Sud, par les glorieux cavaliers Avars à l'ouest et par les impétueux khazars à l'est  mais unis aucune de ces puissances ne peut rivaliser avec la grandeur de ce peuple qui fut le pourfendeur du khanat Bulgare. Oui l'unité fait la force, l'Histoire le montre, quand pour la première fois les 7 tribus ont combattu ensemble, le khanat Bulgare n'a pas survécu et les peuples de tous les horizons  ont vu la grandeur et la gloire des Magyars. Toutefois pour unir cet ensemble hétéroclite que l'on appelle les magyars, il faut un homme qui égale la puissance de son peuple. Et Oge, la voïvodie  ( chef)  de la tribu de Jenő, la plus forte et la plus puissante des tribus magyares  compte bien être cet homme. Par le passé, c'est lui qui a appelé les autres tribus à se joindre à lui pour attaquer ensemble les Bulgares, et le résultat fut sans appel, les terrains de chasse de toutes les tribus sans aucune exception ont plus que doublé. Sa bravoure et son audace sur le champ de bataille lui valent le respect de la plupart des chefs de tribu

Mais pour unir ces peuples, il ne faut pas seulement gagner leur respect, il faut aussi une bonne dose de diplomatie, nouer des alliances avec certaines tribus et entretenir de bonnes relations avec les autres, après la guerre c'est donc un autre jeu auquel Oge doit jouer, un jeu tout aussi difficile, voire plus.


Cela fait maintenant un an que les tribus se sont installées sur l'ancien territoire du Khanant Bulgare et un an qu'elles se sont réparties les terres et les terrains de chasse de cette façon

Spoiler:


La tribu de Jeno obtient donc de vastes terres et le Voïvodie Oge semble heureux de ce partage il est dès  les premiers mois à l'offensive afin d'obtenir les faveurs de la tribu Ker, deuxième plus importante tribu après la sienne, son territoire étant menacé par les Khazars qui peuvent essayer de s'étendre à ses dépends, une alliance entre les deux, pour sanctuariser la frontière et dissuader de possibles incursions Khazars  chez les magyars est envisagée par Oge, il serait prêt à donner sa fille de 14 ans en mariage à l'un des fils d'Elop, le voïvodie de la tribu Ker,  c'est donc dans ce but qu'il dépêche à la cour de son confrère , un ambassadeur. Chargé de présents, il doit essayer de négocier ce mariage avec le chef de la tribu adverse, en utilisant de nombreux arguments, comme celui de la défense de la frontière face aux Khazars et celui des exploits que les magyars ont pu réalisé unis.

Situation de la famille d'Oge :

Une femme âgée de 32 ans
Un frère âgé de 30 ans
Une fille âgée de 16 ans
Un fils âgé de 8 ans
Un oncle âgé de 40 ans qui est aussi le chef de la tribu Nyék.
avatar
Ῥωμαῖος
Ῥωμαῖος
Messages : 129
Date d'inscription : 03/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 20:35
Evènements


Que la terreur soit votre !




Les forets de Saxe s’agitent, la réunion exceptionnelle des seigneurs de guerre, des chefs tribaux et des meneurs des quatre grandes nations ainsi que des sages ne peut vouloir dire qu’une chose : une guerre se prépare. Le monde n’est guère prêt pour ce qui attend les voisins civilisés, les profondeurs de la Saxe produisent des cris assourdissants, des milliers de voix roques et agressives se font entendre et une ambassade étrangère aurait provoquer cette ire. La guerre vient aussi sûrement que s’entendent les cors de guerre et affluent les guerriers appâtés par la richesse et les bras si forts et si désarmés du sud et de l’ouest. Place à la guerre !

Crie autant que tu veux ...

En Neustrie, d’étranges messagers, des crieurs comme des agents de troisième ordre se sont retrouvés tabassés par les foules, soumis à une vindicte populaire et incarcérés : le régent d’Austrasie aurait essayé de discréditer Charles 1er auprès du peuple et ceci témoigne de sa médiocrité pour beaucoup de francs de Neustrie. « Place aux vrais, place aux forts, place à Charles 1er du nom ! » hurlent ses sujets après avoir roué de coup à Noyon un crieur Austrasien.
avatar
Sombre fils de pute
Sombre fils de pute
Messages : 50
Date d'inscription : 11/10/2017
Localisation : Paris
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 21:52

ROYAUME DES NORGES
-


AFFAIRES GÉNÉRALES
La victoire fut totale sur le royaume de Ringerike gouverné par la Maison Dagling. Sur un plan tant régional, qu'international, elle ne marqua rien d'important si ce n'est que la cause Norges, portée par les Yngling, d'unifier la péninsule scandinave en un seul état, était toujours d'actualité et soutenue par les jarls Norges. Ringerike devint donc une province du royaume et son ancien roi remplacé par un autre qui était en faveur des Yngling, ce roi devint l'un des jarls de Eysteinn.

Dans sa globalité, l'hiver fut bon pour les hommes du Haut-Roi Norges qui n'eurent pas à subir les ambitions trop importante de leur roi, plaignant parfois les danois de Ragnar qui avait du subir un rude hiver loin de leurs familles et de leurs maisons. L'Été était arrivé aussi vite que le printemps se déroula et de grands travaux furent décidé par le Haut-Roi qui fut lui même soutenu par le Thing. L'Assemblée autorisa l'édification d'une muraille autour de la capitale, Kaupang, qui était devenue un carrefour important du commerce Nordique, rivalisant avec les cités les plus fortunées des Danois ou même des Goths. En effet, ce pôle économique était le cœur du commerce de fourrure du Sud de la Scandinavie et telle une fourmilière son monde s'affairait toujours plus nombreux. Aussi, pour accueillir plus de bateau dans son port, Eysteinn proposa au Thing l'édification d'un nouveau quai qui semblait rencontrer plus d'enthousiasme que la fortification, le coût moins important en or et en main d'oeuvre y jouait pour beaucoup.

Enfin, à ce Thing une question diplomatique, d'honneur et évidemment militaire se posa. Beaucoup de Jarls et leurs guerriers craignaient le roi corbeau danois et voyait dans sa trahison des Goths un signe avant coureur de ce qui pourrait arriver aux Norges. Cette question avait était longuement réfléchit par Eysteinn et il fit rappeler à l'Assemblée que l'alliance entre les Norges et les Danois perdurerait tant que Ragnar ne perturberait pas la mission des Yngling hors, la soif de territoire du roi corbeau était vu par Eysteinn comme une perturbation, craignant pour son royaume tant que pour sa mission et qui plus ait, c'était là une formidable occasion de rendre les Norges comme première puissance de Scandinavie. Ainsi, des émissaires furent envoyés auprès du Danemark et Eysteinn reconnu devant l'Assemblée qu'il ne laisserait pas le Danemark poursuivre son expansion dans de telles conditions, en d'autre termes, il appelait aux armes auprès de ses Jarls pour réunir une formidable armée de 2,000 Norges. 1,000 de sa propre armée et 1,000 de ses Jarls.
 
AFFAIRES DIPLOMATIQUES
Pour le Danemark
Sa Majesté, Eysteinn Hálfdansson, fils de Hálfdan hvítbeinn de la maison Yngling, Haut-Roi des Norges salut Ragnar Lodbrok, fils de Sigurd.
Il fait savoir au roi Danois que l'alliance conclue entre les deux royaumes est dès à présent rompue. Les manières vicieuses du roi Danois envers ses amis ont eu raison de cette alliance. En effet, la soif d'expansion du roi corbeau l'a poussé à rompre ses alliances avec les Goths alors même que rien ne l'y présageait. Partant du constat que rien ne présage une rupture de nos accords, nous avons prit la liberté de les rompre pour vous. Qui plus est, les Norges ne laisseront pas la Scandinavie aux Danois et une formidable armée de 2,000 Norges déterminés à protéger leurs terres est d'ores et déjà prête au combat. C'est pourquoi, nous ordonnons que soit immédiatement retirée les troupes danoises des territoires Goths ainsi que la restitutions des territoires volés, aux Suiones. Si par folie le roi Ragnar venait à refuser, alors 2,000 Norges déferleraient sur les Danois, sans compter les troupes Goths et le Danemark vivra, pour ainsi dire, son Ragnarok.

Fait à Kaupang.


avatar
Baron
Baron
Messages : 23
Date d'inscription : 28/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Dim 4 Nov - 22:14


Regnum Neustriae - Neoster-rike

Lettre pour sa Sainteté le Pape de Rome, Premier Évêque d'Occident


A sa Sainteté le Pape, Émissaire du Seigneur sur Terre,

C'est en fidèle chrétien que je vous envoies mes plus sincères bénédictions mon père. Mais l'heure est grave. Comme vous le savez, mon défunt frère est mort alors qu'il avait tenté d'assassiner le roi Adalgis à mon mariage. Au lieu de cela, il a tué sa propre mère, ma mère. Il est évident que le roi des Lombards n'est point resté indifférent et qu'il ait massacré Carloman et sa suite. Cependant, quelques de ses fidèles seigneurs parjures ont parvenu à s’enfuir et ont rependu des mensonges infâmes sur mon dos. La majorité des sires d'Austrasie les ont cru et un régent a pris le pouvoir au nom de mon jeune neveu, Pépin, seulement âgé de un an. Cependant, ces fous ont bien compris que la guerre étaient perdus d'avance pour eux, et c'est ainsi que dans une dernière tentative désespérée se sont alliés aux barbares païens de Saxe ! Ce crime ne peut rester impunis ! Des chrétiens qui osent quérir l'aident à des païens qui violent nos femmes et réduisent en esclavage nos enfants ? C'est inadmissible, c'est pourquoi qu'en tant que lieutenant des armés du Christ, j'ai besoin de fidèles chrétiens pour repousser ses envahisseurs, et punir les damnés qui les ont payé. Je souhaiterais votre soutien dans cette guerre, et si vous pourriez résonner les seigneurs chrétiens d'Austrasie d'abandonne leur régent parjure et de me rejoindre, moi, Charles, votre lieutenant et défenseur de la chrétienté en Occident, je vous serais reconnaissant.

Que le Seigneur tout puissant vous accorde sa sagesse,

Charles Ier, Roi des Francs.
Baron
Baron
Messages : 32
Date d'inscription : 16/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Lun 5 Nov - 0:07
Émirat de Cordoue



Aménagement du territoire

l'Andalousie est riche, ses coffres sont pleins et l'argent coule a flot. Mais à quoi bon sert cette argent si il n'est pas utiliser ? Dans le but de réaménager le territoire et de faire profiter aux habitants locaux de nouvelles routes neuves pratiques pour le commerce, l'émir Abdel Rahman envoie des fonds a tout ses wali (gouverneurs) et même son nouveau wali et duc de Galice. Cet argent devra être bien utiliser l'émir demandera un compte-rendu régulier sur les avancées des aménagements.

Nouvelle levée  

La guerre fait rage dans les royaumes francs, Al-Andalus se doit d'être prête à réagir et profiter de la situation. Abdel Rahman suite aux événements situé en Francis ordonne la levée de 12 000 soldats soit 6000 archer et 6000 soldats. Cette nouvelle armée ainsi que l'armée professionnel passeront l'automne et l'hiver a Barcelone. Les précautions pour cette futur campagne commence déjà à être prise la nourriture est commander et tout le matériel nécessaire de même. Le général à la tête de cette armée sera la courageux et victorieux de la campagne de Galice Abdel Malik.
avatar
Ῥωμαῖος
Ῥωμαῖος
Messages : 129
Date d'inscription : 03/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Lun 5 Nov - 7:54
Evènement et Simulation



  • Le réveil slave :

    Les peuples slaves de l’Est trouvent en un chef de guerre, Sviatoslav « Zamkova » le héros dont les peuples de l’Est maquent pour les fédérer. Audacieux, il écrase les raiders Magyars en l’an 770 et tout en fédérant les tribus frères. Des tribus Croates contactées pour rejoindre la cause de Sviatoslav demeurent sans réponse. Seul, il entame pourtant une campagne à l’aide de volontaires et des hommes de son peuple pour prouver à la tribu de Jeno qu’unis les Slaves valent bien les Magyars. Par cet acte forcené., ils défendent leur honneur et leur vie, celle de leurs familles ! Les Slaves approchent et l’heure de la guerre est arrivé.

    NB : Forces slaves réunies pour le printemps 771. Demeurent défensifs jusqu’à cette date. Besoin d’un joueur pour les incarner.

avatar
Fifille de l'Empereur
Fifille de l'Empereur
Messages : 217
Date d'inscription : 11/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Lun 5 Nov - 8:10
Simulations: Empire Romain

Les Princes Bulgares

Depuis la fin de la guerre, les anciens rebelles sont devenus des princes et désormais règnent sur des terres chrétiennes et bulgares. L'Empereur a honoré sa promesse et ainsi quand vient l'ambassade leur proposant de renouveler l'alliance, ils n'ont aucune raison de refuser: ils acceptent l'offre de l'Empire.

Effectifs des princes bulgares:

Soldats lourds: 500 (Nobles)
médians: 1000 (soldats et suite de nobles)

Peuplement de la Scythie mineure et création du thème

Afin de repeupler les terres de Scythie mineure dévastées par la guerre, l'Empereur fait appel aux Taurides, Arméniens et Egéens en échange de primes et moult avantages pour convaincre une partie d'entre eux de devenir colons et s'installer sur les nouvelles terres de l'Empereur.
L'opération est un succès global, mais les dépenses sont plus élevées que prévue: les colons en devenir ont demandé une hausse des primes afin d'accepter de s'installer et le remboursement des frais de déplacement ont été plus couteux que prévu. Néanmoins le repeuplement s'effectue sans encombres et l'administration romaine estime que d'ici quatre années le thème sera pleinement opérationnel.
avatar
Ῥωμαῖος
Ῥωμαῖος
Messages : 129
Date d'inscription : 03/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Lun 5 Nov - 8:39
Simulation



  • Magyars ? Connais pas.

    Trop laide ! Pas assez grosse ! Pas bon parti ! Voilà ce que disent tes interlocuteurs à tes envoyés ... à croire qu'ils n'élèveront que des moutons et des chevaux ces crétins ! Le mariage est donc refusé.



  • Le trône de Saint-Pierre.

    Le Pape de Rome dédaigne la lettre envoyée par le Roi de Neustrie Charles 1er. Jugeant ses paroles comme celles d’un lâche, d’un faible. Il ne peut acquiescer ce comportement que de concéder des terres chrétiennes de jure à des musulmans et de demander au trône de Saint-Pierre lui-même de le reconnaître. C’est hors de toute raison et il place lors d’un prêche à Rome l’idée de « Recuperatio » qui consiste en une reprise des terres perdues aux profit des musulmans. C’est la naissance de l’idée même de concert du monde chrétien sous l’égide du Pape pour repousser les infidèles Mahométans. Dans le même temps, le Pape de Rome refuse pour le moment de reconnaître Pépin IV et attend sagement de voir la suite des événements pour agir. Enfin, la question Saxonne, secondaire pour un Pape qui se trouve encerclé par une invasion romaine orientale, des troubles en Italie et des pertes en Hispanie, passe au huitième plan.


avatar
Ῥωμαῖος
Ῥωμαῖος
Messages : 129
Date d'inscription : 03/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [V768-II] Topic de Jeu

le Lun 5 Nov - 15:01
Evènement





  • Le dilemme du Khan :

    Le jour approche et déjà se pressent devant la tente du Khan des centaines de ses gens. Ils lui apprennent qu’un cavalier est arrivé des monts du Caucase ou le sang coule à flots. Le peuple des Sarir (à l’Est des Alains) et leurs tribus se sont retrouvés envahis par les Alains.

    Ces derniers avancent une raison : Une caravane passant les passes du Caucase menant à l’Empire Romain aurait été attaquée et pillée par les Sarir. Ces derniers sont chrétiens tout comme les Alains, ceux-là n’ont pourtant pas hésités à attaquer l’Empire Romain il y a peu, pourquoi pas les Sarir envers les marchands allant d’un bord à l’autre des montagnes ? La situation est critique. Le Stratège de l’Abkhazie s’est décidé à envoyer un groupe d’hommes tenir les passes et les contrôler plus rudement, affaiblissant le transit des caravanes qui peinent à passer les barrages des Impériaux. Les soldats romains bouclent les passes et paralysent le commerce du sud tandis que les Alains ravagent les plaines au nord des montagnes.

    Les Alains ont un chef, Taimuraz dit « Le Fort » tant sa stature en impose. Il dirige avec son clan les tribus des Alains et plus encore, de nombreux résidus turcomans issus des peuples migrateurs se sont convertis et se mêlent aux Alains. En soit, le litige est une chose, le prétexte s’avance comme un moyen normal de faire la guerre, mais lorsqu’il s’agit du territoire du Khan et qu’une ambassade Alain et une ambassade Sarir arrivent pour exiger son intervention aux côtés d’un des deux camps et que les chefs Khazars s’inquiètent de la situation il est temps d’arbitrer le conflit.

    Le Khan a un fort court délai avant que les Sarir soient complétement vaincus, portant un coup grave à son autorité, suffisamment pour pousser ses subordonnés et subjugués à prendre leurs distance vis-à-vis d’un homme trop faible pour les protéger. S’il s’oppose aux Alains une nouvelle fois, il risque une guerre entre puissances dont les Alains et leurs alliés représentent le second élément après les chefs Khazars.

    Mon Khan, que faites-vous ? Avez-vous pris une décision ?

Contenu sponsorisé

Re: [V768-II] Topic de Jeu

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum