Partagez
Aller en bas
avatar
Baron
Baron
Messages : 50
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Marche de Brandebourg

le Mar 4 Sep - 18:23

La marche de Brandebourg ou margraviat de Brandebourg est un état du Saint-Empire romain germanique. Il tire son nom de la ville de Brandebourg-sur-la-Havel qui fut sa capitale jusqu'à ce que Berlin la remplace en 1417.

Régime politique : Monarchie héréditaire.
Chef d'état : Albrecht von Brandenburg-Ansbach de la maison Hohenzollern.
Capitale : Berlin.
Armée : 3.600 fantassins et 400 cavaliers.
Economie : 3000 dans les coffres et 3000 de gains par tour.
Liens : Le Brandebourg fait partie du Saint-Empire Romain Germanique. Il est le suzerain du duché de Poméranie. Albrecht von Brandeburg fait partie de l'Ordre des Chevaliers Teutonique et entretient d'excellent rapport avec l'état teutonique. Albrecht est, à titre personnel, le neveu du roi de Pologne et du Grand-Duc de Lithuanie ainsi que du Roi de Bohême-Hongrie.
avatar
Baron
Baron
Messages : 50
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Marche de Brandebourg

le Mer 5 Sep - 17:51
Garroff a écrit:
MARCHE DU BRANDEBOURG


TRESORERIE ET COMPTES:


Trésorerie actuelle : 3.000 or, restant des coffres.
Gain : + 3.000 or, gain de ce tour-ci.
------- : + 750 or, tribut du vassal poméranien.

Dépenses : -  1.000 or pour la réforme d'asile.
--------------- : - 750 or en cadeau à l'Ordre des Chevaliers Teutonique.
-------------- : - 5.000 or pour assécher et drainer les marais autour de Berlin et du Rhin dans le Brandebourg.

Lettres à l'Ordre des Chevaliers Teutoniques,
Longue vie au Grand-Maître Johann von Tiefen,

Cher confrères de l'Ordre des Chevaliers Teutonique, comme vous le savez, moi, Albert von Hohenzollern-Ansbach suit membre de l'Ordre des Chevaliers Teutonique ET Margrave du Brandebourg. Je respecte profondément l'ordre et lui accorde énormément d'importance.

C'est en ces temps troublés, que je pense que les membres de l'ordre doivent savoir vers qui se tourner quand viendront les heures sombre, et, la Marche du Brandebourg sera, sans nul doute, les frères chrétiens vers qui se tourner. C'est ainsi, en signe d'amitié et de respect pour l'ordre, que je vous envoie en cadeau la coquette somme de  750  Or. Je mets aussi un disposition des frères teutoniques voulant se reposer le domaine royal de Bornstedt, jusqu'ici fief de ma famille.

En espérant que mes confrères de l'Ordre se rappelleront de mon nom lorsque les heures sombres viendront. Les chevaliers teutoniques seront toujours les bienvenus à Berlin.

Le Brandebourg est l'un des état majeur du Saint-Empire, lié par le sang et les dynasties à la Pologne ; à la Hongrie-Bohême et à la Lithuanie ; suzerain de la Poméranie ; le margrave Albert est l'un des hommes les plus influents de l'Ordre des Chevaliers Teutonique et l'un des successeurs pressenti à la mort de Johann von Tiefen. Le margrave fut d'ailleurs, très tôt, confié à une éducation religieuse et était destiné à l'église jusqu'à ce qu'il décida de se tourner vers une vie plus active.

Homme pieux et ambitieux, c'est... Un bon souverain. C'est d'ailleurs en sa qualité de bon souverain, moyennement tolérant, et voyant l'intérêt de son héritage avant tout qu'il décrète le "Décret d'asile" de 1492. Le décret d'asile décrète que, dès maintenant et par le présent ordre du margrave, les juifs ; roms ; gitans ; et laissés pour comptes, notamment les chrétiens des Balkans ; catholique de Moscovie et orthodoxe de Pologne et Lithuanie, ainsi que d'autres (bien sûr), pourront obtenir l'asile au sein de la Marche du Brandebourg. En échange de cet asile, ils devront s'acquitter de certains devoirs auprès du Margrave. Ces devoirs pourront être très divers, ainsi :

* De grands travaux d'assèchement, de drainage et de déboisement des marais entourant la zone de Berlin et longeant celle du Rhin seront pratiqués. Ces opérations utiliseront de la main d'oeuvre Brandebourgeoise mais aussi des exilés ayant obtenus l'asile. Cette nouvelle main d'oeuvre sera "invitée", pour ne pas dire obligée, d'y travailler, notamment pour la main d'oeuvre issue des communautés gitanes ; roms ; et des diverses communautés laissées pour compte.
* Une fois les grands travaux d'assèchement, de drainage et de déboisement des marais effectué, cela laissera des terres cultivables et arable disponible. La main d'oeuvre ayant donc, autrefois, travaillée pour libérée ses terres sera donc invitée à constituer des villages et des hameaux aux abords de ces terres, en payant un droit d'établissement raisonnable après deux ans à avoir cultivé les terres, puis à les cultiver à leur profit et celui de l'état.
* Les réfugiés ne voulant pas payer ce droit d'établissement pourront s'engager comme ouvrier agricole auprès des propriétaires brandebourgeois ; des nobles et notables locaux ainsi que des nouveaux propriétaires. Ils devront payer un maigre droit d'asile, après six mois de labeur.
* Les réfugiés ne voulant absolument rien payer pourront s'engager comme serf. Ils devront néanmoins payer, ensuite, un lourd droit de libération, à l'état et à leur "propriétaire de servage" pour les libérer eux où leur descendant.


Pour les réfugiés ne voulant pas devenir agriculteur, éleveur ou ouvriers agricoles, ils pourront s'installer en ville où dans n'importe quel village n'étant pas concerné par les travaux au sujet des marais. Ils devront juste payer un droit d'asile, tout à fait raisonnable où se plier aux conditions suivantes :

* Pratiquer une activité artisanale utile à l'état comme la manufacture d'arme, la forge, l'armurerie, la manufacture d'arquebuse ou la fonderie d'artillerie.
* Travailler pour un artisan pratiquant une des activités sus-dites.
* Pour les juifs, la pratique du prêt d'argent ; du prêt à gage et de l'usure permettra de faire sauter le droit d'asile à payer.

Il est à noté que ce décret précise qu'1/10 des récoltes produites par les réfugiés cultivant leur propre terre devra être remise à l'état.
Il faut aussi savoir que le droit d'établissement pour cultiver les terres Brandebourgeoise, à payé après avoir cultivé la terre durant deux ans, sera du montant, en or, d'1/10 de leurs récoltes sur deux ans.
Le droit d'asile à payer après six mois de labeur à travailler dans les champs sera égal à une semaine de travail à débourser aux envoyés du margrave.
Le tribut de libération, à payer au Margrave et au propriétaire du contrat de servage, sera égal à la somme de tout les salaires, théoriquement perçus, par le labour si il avait été un paysan libre.
Le droit d'asile à payer pour les réfugiés ne pratiquant pas l'usure, le prêt d'argent ou le prêt à gage, ni des activités banquières, ni un travail pour un artisan utile à l'état et n'étant pas artisan utile à l'état sera égal au prix de cinq piques, telles qu'utilisée par les lansquenets.
Il est aussi à noté que les réfugiés pourront faire sauter leurs divers droit et impôts spécifique à payer laissant leurs filles se marier avec des paysans de village isolés ou en manque de femmes. Ce sera ainsi aux différentes familles des mariés mâles de payer un dot à la Marche, dot qui sera bien moindre a la somme que les réfugiés auraient du payer étant donné qu'il est estimé que le dot pour une réfugiée rom ou gitane est égal à une pique, telle qu'utilisée par les lansquenets, tandis que le dot pour une orthodoxe est de deux piques, le dot pour une juive acceptant de devenir chrétienne sera de trois piques, et le dot pour une catholique et pour les femmes de grandes beautés sera de quatre piques. Les dots étant payés en somme d'argent, permettant d'acheter ses piques à terme.

Dans la même idée, mais outre le décret d'asile, une partie des terres agricole ainsi libérée sera vendu aux enchères aux nobles du Brandebourg ainsi qu'aux grands propriétaires terriens. Une autres partie sera confiée à des membres de l'ordre des chevaliers teutonique, en guise de cadeau, qui devront ensuite reverser une faible part des revenus liées à la terre, qu'ils cultivent.

Ainsi, le partage est fait comme cela :

* 60% des terres seront vendus aux enchères à des nobles et des grands propriétaires terriens.
* 7% des terres seront vendus aux enchères aux villages proches.
* 3% des terres seront vendus aux enchères aux villes proches.
* 22% seront octroyées et partagées à des réfugiées constituant des villages et des hameaux autour de ses champs et les cultivant.
* 3% resteront du domaine des terres du Margrave.
* 4% seront offertes à des membres de l'Ordre des Chevaliers Teutonique qui devront, en guise de compensation, reverser 1/10 de leurs profits ou de leurs récoltes au Brandebourg.
* 1% des terres sera directement offert au Clergé catholique au Brandebourg.
avatar
Baron
Baron
Messages : 50
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Marche de Brandebourg

le Jeu 6 Sep - 21:16
MARCHE DU BRANDEBOURG


TRESORERIE ET COMPTES:


Trésorerie actuelle : 0.000 or, restant des coffres.
Gain : + 3.000 or, gain de ce tour-ci. (x2)
------- : + 750 or, tribut du vassal poméranien. (x2)
Bénéfices : 7.500 or dans les coffres.

Dépenses : -  1.000 or pour la réforme du statut des banquiers.
--------------- : - 1.000 or pour constituer un ordre monastique.
--------------- : - 1.000 or pour constituer un ordre monastique guerrier.
--------------- : - 2.500 or pour construire cinq monastères.
Dépenses totales : 4.500 or sortant des coffres.

Ce n'est pas parce qu'Albert est un homme très pieux, qu'il ne peut pas légiférer sur certains sujets que Dieu réprouve... Ainsi, si le prêt d'argent est désapprouvé par les lois divines... Pourquoi, les lois humaines se contenteraient-elles d'ignorer cette pratique ? Il faut légiféré ; il faut codifier... Il faut organiser ! C'est ainsi que, profitant de l'afflux de juifs et de roms, ainsi que de l'édit d'expulsion des juifs en Sicile et en Hispanie, qui les conduiront inévitablement vers l'intérieur des terres, Albert du Brandebourg décide de codifier le prêt d'argent.

Il décrète d'abord que tout les banquiers ; prêteurs sur gage ; usurier ; propriétaire de mont-de-piété ou monnayeur privé disposera du statut de "Prêteur de fonds", qui leur permettra de pratiquer leur activité.
Ces derniers, pour disposer de ce statut, devront payer un droit de pratique au Margrave. Le prix de ce droit de pratique sera calculé en fonction du dixième des bénéfices de l'usurier sur toute l'année.
Ce droit de pratique sera à payé chaque année.
Quelques villes permettront aux "prêteurs de fonds" de pratiquer sans droit de pratique. Ces dernières recevront ce privilège directement du Margrave. Il s'agit des villes de Postdam, Berlin, Charlottenbourg, Brandebourg-sur-la-Havel et Francfort-sur-l'Oder. Dans ces villes, les bailleurs de fonds devront cependant se marier, en priorité, avec d'autres bailleurs de fonds et des commerçants.
Ceci dit, la cour du Margrave, basée à Berlin, sera à leur écoute chaque jeudi.

En homme pieux, Albert Hohenzollern désire organiser de nouveaux ordres religieux, dans le Brandebourg principalement. Ce dernier est aussi membre de l'Ordre Teutonique et décide donc de faire "bonne impression" en créant deux nouveaux ordres...

L'Ordre Monastique de Saint-Annon de Cologne en Brandebourg sera un ordre de moine civil. Ils vivront dans trois monastères, construit pour l'occasion, et deux autres monastères qui leurs seront prêtés par le Margrave. Ils auront comme tâches de parcourir la Marche du Brandebourg, à pied, et de collecter la dîme et des dons pour l'Eglise qui seront rassemblés à Brandebourg-sur-la-Havel puis envoyés au Pape, après que le Margrave se soit acquitté d'une commission de 40% des bénéfices pour organiser le voyage et la protection - officieusement, renflouer les caisses à travers une bonne action. Une fois par mois, trois fois par trimestre, les moines de l'Ordre de Saint-Annon parcoureront la Marche du Brandebourg pour organiser une collecte de dons à bénéfices direct du Margrave.

Le second ordre crée sera l'Ordre Monastique des Chevaliers Pénitents de Saint-Jérôme de Stridon en Brandebourg, abrégé en Ordre des Chevaliers de Saint-Jérôme de Stridon. Il s'agira d'un petit ordre de guerrier monastique qui logeront dans deux monastères crées pour l'occasion et cohabiteront avec l'Ordre de Saint-Annon dans deux monastères existant déjà. Les Chevaliers de Saint-Jérôme de Stridon seront composés à la fois de recrue volontaire mais aussi de conscrit qui échapperont à des peines de morts ou de mutilations en échange de voeux, prononcés devant Dieu et le Pape, de servir honorablement le Margrave du Brandebourg et l'Ordre de Saint-Jérôme de Stridon. Leur principale charge sera d'accompagner les levées du Brandebourg, de renflouer les victimes et de faire régner la justice du Margrave en collaboration avec la garde des seigneurs.

En parlant de monastères, cinq monastères seront construit. Les deux ordres crées par Albrecht Hohenzollern cohabiteront, dans ces monastères, avec des moines n'appartenant pas à cet ordre. Ces derniers financeront la vie du monastère en pratiquant l'artisanat, l'agriculture et la brasserie. Ils devront renverser 1/5ème de leurs bénéfices au Margrave.
avatar
Baron
Baron
Messages : 50
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Marche de Brandebourg

le Jeu 13 Sep - 20:02
MARCHE DU BRANDEBOURG


TRESORERIE ET COMPTES:


Trésorerie actuelle : 3.000 or, restant des coffres.
Gain : + 3.000 or, gain de ce tour-ci. (x6)
------- : + 750 or, tribut du vassal poméranien. (x6)
------- : + 250 or, gain de la réforme de tolérance. (x5)
------- : + 100 or, gain de la vente des terres libérées. (x5)
Bénéfices : 3.000 + (750 x 6) + (250 x 6) + (100 x 6) = 3.000 + 15.000 + 4.500 + 1.500 + 500 = 24.500 or dans les coffres.

Dépenses : - 1.000 Or pour 1 buffet (x3) - 3.000
--------------- : - 2.000 Or en cadeau à l'Ordre Teutonique.
--------------- : - 2.000 Or pour la construction d'un nouveau système d'égouts à Berlin.
--------------- : - 1.000 Or pour offrir son patronage à des intellectuels ainsi que pour les faire venir. (Chaque tour)
--------------- : - 1.500 Or pour offrir son patronage à des experts militaires ainsi que pour les faire venir. (Chaque tour)
--------------- : - 1.500 Or dépensé pour construire des manufactures de canons. (x3)
--------------- : - 750 Or dépensé pour construire des manufactures d'arquebuses. (x4)
--------------- : - 5.000 Or dépensé pour la réforme militaire.
--------------- : - 2.000 Or dépensé dans les complots.
Dépenses totales : 24.000 or sortant des coffres.

PROJECTIONS POUR LES DEPENSES / REVENUS PROCHAINS

Trésorerie actuelle : 0.500 or, restant des coffres.
Gain : + 3.000 or, gain de ce tour-ci.
------- : + 750 or, tribut du vassal poméranien.
------- : + 250 or, gain de la réforme de tolérance..
------- : + 100 or, gain de la vente des terres libérées.
Bénéfices : 500 + 3.000 + 750 + 250 + 100 = 4.600 Or.

Dépenses : - 1.000 Or pour offrir son patronage à des intellectuels ainsi que pour les faire venir. (Chaque tour)
--------------- : - 1.500 Or pour offrir son patronage à des experts militaires ainsi que pour les faire venir. (Chaque tour)
--------------- : - 500 Or investit dans les complots. (Chaque tour)
Dépenses totales : 2.500 Or.
Restera 2.100 Or.

L'allemand et le juif a écrit: C'était un soir, tard, à Berlin. Le Margrave Albert rentrait à sa demeure quand il fut pris à parti par un commerçant juif, venu d'Andalousie. Il bafouillait quelques mots en latin, parlait hébreux et comprenait l'Allemand avec une réelle aisance, qui fut fort surprenante. Il se présentait comme Salomon ibn Moumain, juif andalou, d'origine berbère mais de peau pâle. C'était un commerçant, de soierie principalement, mais il se reconvertissait comme banquier dans la zone libre de Berlin. Il désirait converser avec le Margrave à propos des taxes... Bon chrétien, galant homme, honnête seigneur, Albrecht accepta d'octroyer un rendez-vous à cet homme... Mais il n'arriva jamais. Il ne fit son apparition que tard le soir, dans le palais des Hohenzollern à Berlin, prétextant quelques rendez-vous d'affaires. Ne pouvant le renvoyer, le Margrave lui offrit l'hospitalité.

Le soir venu, Salomon se présenta au Margrave, alors que ce dernier prenait un bain dans ses quartiers. Il c'était caché là, attendant son heure, toute la soirée, depuis son apparition, faussant même compagnie aux gardes. Il se présenta comme un "honnête" coupe-jarrêt, payé par Herbert von Heusten, un petit prêtre de Berlin, pour assassiner le Margrave puis refaire sa vie en Pologne... La raison ? Le prêtre, issu d'une famille de baron Brandebourgeois, acceptait mal la venue récente des nombreux immigrés, y compris la donation de certaines terres libérées par leurs soins. Mais, Salomon ne désirait pas assassiner le Margrave... Pourquoi l'abattre quand il pouvait le servir ? Ainsi, contre une honnête rémunération, il acceptait d'assassiner von Heusten et... pourquoi pas... de servir le Margrave ?

Bon chrétien, oui. Mauvais politicien, non. Et Albrecht était un homme d'état avant tout. Il accepta l'offre et le lendemain matin, le cadavre de von Heusten gisait dans un fossé tandis que le guet de Berlin s'en prenait à une catin des bas-quartiers. Devant tant de... d'utilité, dirons-nous, Albrecht jugea bon de prendre l'assassin à son service lui octroyant une rente, une villa à Postdam... Sa premirère mission, en tant que véritable maître du cabinet noir d'Albrecht, sera... de lui donner tout les pouvoirs du Brandebourg...

De Margrave à Prince-électeur a écrit: Depuis quelques temps, maintenant, les fonctions de Prince-électeur du Brandebourg et de Margrave du Brandebourg sont séparée... Albrecht en est donc le Margrave et, son cousin, Jean Cicéron en est le Prince-électeur.... Cela... Complique la situation dans le Brandebourg. Qui suivre ? A qui obéir ? Habituellement, c'est la voix d'Albrecht qui est suivie. Mais, Jean Cicéron à encore quelques fidèles... Hors, depuis quelques temps, ce dernier est moins fort semble sur la fin de sa vie... Salomon ibn Maimoun, récemment renommé Salomon Schwartz, et, marié, par l'entreprise d'Albrecht, à la fille d'un riche banquier juif de Postdam, reçoit ainsi sa première mission... Il devra organiser un complot visant à destituer Jean Ier Cicéron pour cause de folie, le faire enfermer puis rédiger des documents falsifiés octroyant la charge de prince-électeur à Albrecht...

Sans surprise, Salomon, dans sa grande fourberie, réussit. Il organise un complot de palais, réunissant quelques serviteurs mécontents de Jean Cicéron et fait circuler des rumeurs de folie épisodique et de crise démentielle. Les nouvelles se répandent en quelques mois dans le Brandebourg, la cour de Jean Cicéron le regarde différemment tandis que les rumeurs planent jusque dans la cour d'Albert. Il fait ensuite rédigé, par un notaire hébreux, précédemment corrompu, des documents falsifiés qu'il fait imposer du sceau de Jean, volé par un domestique puis replacé, suivi du sceau du Margrave. Enfin, la dernière étape consiste, avec des gardes corrompus, à l'escorter de ses quartiers jusqu'à un carrosse, sensé le mener à un rendez-vous à Postdam mais l'emprisonnant en réalité dans une tour, richement meublée, pour l'occasion de Berlin, où un tribunal exceptionnel de noble, réuni par le Margrave, présente le testament falsifié et les accusations de folie ainsi que de crise démentielle. Le complot est rapidement bouclé. Albert hérite, selon le testament, du titre de Prince-électeur, provoquant quelques mécontentements dans le Brandebourg, mais augmente ainsi son pouvoir...

Jean Cicéron, ex, Prince-électeur.

Les prochaines tâches de Salomon... a écrit: SECRET

Récemment promu Prince-électeur, en plus de sa tâche de Margrave du Brandebourg, Salomon reçoit trois nouvelles tâches. Premièrement, il doit recruter des intermédiaires, au sein des communautés Roms et juives, qui eux-mêmes devront recruter des bandits & des assassins, en leur nom et non pas au nom du Margrave, dont ils ignoreront la participation, ou de Salomon, qui ne donnera pas son nom. Ils seront chargés d'organiser l'assassinat du Grand-Maître de l'Ordre Teutonique, avec des chevaliers teutons mutins et des assassins.

Dans un second temps, Salomon devra commencer à faire passer le message qu'Albrecht Hohenzollern à hérité des prétentions à la succession du Duché de Poméranie, de Jean Cicéron, en même temps que du statut de Prince-électeur. Il devra recruter des soutiens, parmis la garde et les domestiques, pour préparer un possible coup d'état.

Dans un troisième temps, Salomon devra falsifier des papiers, signés des mains de quelques obscurs domestiques poméranien, prouvant un complot du Duc de Poméranie contre le Margrave du Brandebourg afin de prétexter une prise de contrôle du duché par la Marche.

2.000 Or sont investit dans les complots et 500 Or seront investit chaque tour jusqu'à son terme, excepté celui-ci.

Salomon Schwartz, dessiné par un domestique du Margrave.

Albert de Hohenzollern à la conquête des Chevaliers Teutoniques a écrit:

En sus du complot, visant à assassiner Johann von Tiefen, le Grand-Maître actuel, Albrecht part ainsi à la conquête de l'Ordre Teutonique... Pas une conquête militaire, bien sûr ! Mais une conquête politique. Lorsque la place de Grand-Maître se libérera, Albert désire être LE candidat sur lequel l'on comptera...

Ainsi, il investit 2.000 Or en cadeau pour l'Ordre Teutonique et fera flotter les bannières de l'Ordre pendant deux semaines sur Berlin et Postdam, aux côtés des siennes. Il organisera aussi un vaste buffet, à Postdam, puis à Berlin, puis à Charlottensburg, pour 1.000 or par buffet, où seront invités les grands noms de l'Ordre. Il essayera d'y trouver des soutiens, pour la future nomination du Grand-Maître de l'Ordre ainsi que des alliés dans la gestion de l'Ordre. Il mettra en avant ses relations avec les Rois de Pologne et de Hongrie ainsi que le Grand-Duc de Lithuanie ce qui permettra de trouver une façon pacifique de régler le conflit... Peut-être ?

Réforme fiscale a écrit: L'année 1494 voit l'apparition d'une vaste réforme fiscale, sous la tutelle d'Allbrecht von Hohenzollern. Ce dernier désire faire du Brandebourg un appareil militaire compétent, si pas exceptionnel, bien que dans un premier temps juste "acceptable" soit l'idée. En effet, le Brandebourg souffre d'un manque criant de ressource ; de territoire et de prestige que seule une économie florissante ou une puissante armée pourra compenser. C'est dans l'idée d'armer et d'équiper cette armée qu'Albrecht effectue la réforme fiscale.

Cette réforme est dictée par trois grands besoins. Premièrement, celui de créer un nouveau système d'imposition adapté à la réalité du terrain militaire pour combler les lacunes de l'armée. Deuxièmement, celui de renflouer profondément les caisses de l'état en vue des futures dépenses qui s'annoncent. Troisièmement, celui de préparer le Brandebourg à subir des coups durs et des revers.

Ainsi, Albrecht fait passer la première partie de sa réforme qui consiste à taxer son peuple sur la base de sa disponibilité à supporter l'entretiens d'une armée. Bien qu'en théorie, cela paraisse compliqué c'est en réalité extrêmement simple. Un registre sera tenu classant le peuple en divers catégories d'impositions, qui sont les suivantes :

* Paysans : Les paysans seront taxés sur leurs récoltes afin de supporter le poids alimentaire de l'armée. C'est, chaque année, 1/8èmes de leurs récoltes brute qui sera cueillie.
* Citadins et Bourgeois des villes : Les citadins et bourgeois des villes seront taxés sur leurs capacités à fournir des piques, armes utile et bon marché, pour l'armée. Leurs revenus seront analysés, calculés puis sera calculé leur capacité maximale d'achat de piques, pour l'armée. Le 1/10ème de cette hypothétique commande de pique sera récolté.
Cordonnier, tailleur et gantier : Les cordonniers, tailleurs et gantiers seront taxés en gants, bottes, ceintures et divers vêtements pour équiper l'armée, afin qu'elle ne meure pas de froids. Le poids de la taxe sera décidé en fonction des revenus et des stocks. Une première cueillette d'1/8ème des stocks actuels sera prise, ensuite, l'artisan devra refaire ce 1/8ème aux frais de la Marche, qui financera les matériaux, puis un troisième 8ème sera financé (matériaux et prix d'achats) par la Marche.
Armurier, coutelier, arquebusier, artisan artilleur, forgeron : Les armuriers, couteliers, arquebusiers, artisans artilleur et forgerons seront imposés sur leurs capacités à produire de l'équipement pour l'armée. Sera collectée 1/8ème de leurs stocks.
Maréchal ferrant & éleveurs de chevaux : Les Maréchal ferrant seront imposés en fer-à-cheval à posé, gratuitement, sur les chevaux de l'armée. Les éleveurs de chevaux seront imposés en devant donner une bête sur cinq à l'armée. Toutes les six bêtes, la sixième sera payée à la moitié de ses frais. Ces chevaux seront entraînés et élevés spécialement en vue de cette imposition et ne pourront pas être vendu. Ils resteront propriété de l'éleveur jusqu'à la collecte.
Clerc, prêtres & évêques. Les clercs, prêtres et évêques seront taxés sur leur fortune. Elle sera calculée puis l'on calculera leur capacité à fournir des arquebuses pour l'armée. 1/6ème de leurs capacités à fournir des arquebuse devra être envoyé à la Marche. Toutes les cinq arquebuses fournies, ils devront fournir une pique et toutes les quinze arquebuse c'est un canon qui sera fourni.
Propriétaire terriens, grands agriculteurs libres, petits seigneurs : seront taxés sur leur capacité à fournir de l'équipement de protections et des piques à l'armée. Leurs revenus seront calculés et 1/11ème de leurs capacités à fournir des piques ainsi qu'1/8ème de leurs capacités à fournir des équipements de protections pour l'armée seront prélevés.
Riches bourgeois, banquiers, hommes d'affaires, commerçants fortunés : Cette catégorie là sera imposée sur sa capacité à fournir des piques pour l'armée. Toutes les cinq piques, une arquebuse sera fournie, toutes les dix piques, c'est un plastron en cuir et toutes les vingt-cinq piques c'est un canon.
Noble : Les nobles seront taxés sur leur capacité à fournir des piques, pour les plus pauvres, puis leurs capacités à fournir des arquebuse, pour le rang médian, ainsi que la capacité à fournir des canons, pour les plus riches.

En plus de cela, Albrecht, Margrave et Prince-électeur du Brandebourg, à fait passer une série d'impôts indirects. Ainsi, la vente de chapeaux et couvre-chefs est taxée. De même, la bière et les divers alcools sont taxés. Les paysans seront aussi taxés sur leurs quantités de moulins sur leurs terres avec le devoir de payer 1/20ème du prix de constructions d'un moulin, par moulin.

La Rome d'Alemagne a écrit: Albrecht est un homme féru de découvertes... Il ambitionne de faire de Berlin, la Rome d'Allemagne. Une ville de connaissances, de patronage et de découvertes. C'est ainsi, par exemple, qu'il finance, pour 2.000 Or, la construction d'un nouveau système d'égouts à Berlin. Plus encore, il décrète un décret accordant son patronage à tout les artistes ; peintres ; sculpteurs ; écrivains ; libraires ; imprimeurs ; ingénieur ; théoricien et penseur en ayant besoin. Il promet, à Berlin ; à Postdam ; à Charlottensburg, de leur accorder des locaux, une rente, son soutien et surtout la paix. Albert espère ainsi s'entourer de génies ; de penseurs et pourquoi pas... D'inventeurs ? Qui feront rayonner Berlin, comme une Rome allemande, augmenteront le prestige de la ville et d'Albert mais profiteront aussi à son économie. C'est 1.000 Or qui sera investi, chaque tour, dans ce projet.

Mais, Rome n'était pas que terre d'artistes et d'intellectuels. C'était aussi une terre de guerrier ! Ainsi, pour s'entourer des meilleurs ingénieurs militaires ; des meilleurs théoriciens ; des meilleurs artisans et des meilleurs, des meilleurs, tout court, Albert investira, chaque tour, 1.500 Or pour faire venir ses experts, les engager, leur offrir des locaux et son patronage. Il s'agira, principalement, de faire venir des théoriciens militaires ; des maîtres artisan arquebusier ; des maîtres artilleurs ainsi que des ingénieurs spécialisés dans les armes à poudre. Albert espère, ainsi, fournir une grande quantité d'arme à poudre à son armée, ce qui pourrait faire la différence sur le champ de bataille.

Mais Rome n'était pas que génies, penseurs et ingénieurs ! Ce n'était pas qu'ouvrage ! C'était aussi manufacture et travaux ! Albert à ainsi commandé une grande statut, le représentant lui-même, qui sera construite pour 500 Or et qui sera positionnée sur la place de Berlin. Trois manufactures de canons seront construites à Berlin pour 1.500 Or chacune et quatre manufacture d'arquebuse seront construite, trois à Berlin et une à Postdam, pour 750 Or, chacune.

Réforme militaire a écrit:Dans sa soif de grandeur militaire, Albert Hohenzollern à décidé de faire construire un ensemble de caserne dans la zone autour de Berlin, Postdam et Charlottensburg. De quoi renforcer l'armée avec 2.000 fantassins pour le coût de 5.000 Or.
Contenu sponsorisé

Re: Marche de Brandebourg

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum