Partagez
Aller en bas
avatar
Baron
Baron
Messages : 22
Date d'inscription : 03/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Le Sultanat Ottoman

le Lun 3 Sep - 20:17
Devlet-i Alîye-i Osmânîye




" Le Sublime État "




Capitale : Constantinople.
Population : 11 000 000.
Kapikulu, l'armée d'esclaves  : 50 000 hommes dont 10 000 jannissaires.
Flotte Ottomane : 350 navires legers et 10 lourds.
Gains d'ors : 5000 par tour.
Régime Politique : Monarchie Absolue.
Monarque : Le Sultan Bayazid II.
États tributaires : Le khanat de Crimée, La république de Raguse, La principauté de Valachie.





avatar
Baron
Baron
Messages : 22
Date d'inscription : 03/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Sultanat Ottoman

le Jeu 6 Sep - 20:58
Devlet-i Alîye-i Osmânîye





Le retour de la paix.
La guerre des moutons blancs prend fin le 11 Novembre 1492 avec la la signature du traité d'Isaphan entre le Sultan Bayazid II et les prince Alvand et Mohamed Mirza.
Par ce traité le prince Alvand  devient Alvand Ier bey d'Azeirbaidjan et vassal du Sultan Ottoman. Le Beylicat d'Azeirbaidjan s'arriculera autour des villes de Tabriz ( Capital ), Derbend, Tiflis et Ardabil ainsi qu'une vaste ouverture sur la mer Caspienne.


_Le prince Mohamed Mirza devient bey de Perse et vassal du Sultan ottoman. Le beylicat de Perse s'articulera autour des villes d'Isaphan ( Capital ), Shiraz et Kerman. Une ouverture  sur la mer Caspienne lui ai accordé.

_L'unification de l'Anatolie et l'annexion de l'Irak reviennent à la Sublime porte qui récupère nottament Erzuzum, Diyarbakir, Mossoul, Bagdad et Bassorah.

_Le serment d'allégeance des deux bey impose à ses derniers un tribut de 200 ors par tour et donne le droit au sultan de prendre un fils de chaque famille royal pour parfaire  son éducation et assurer la respect du traité comme le veut la coutume ottomane.

http://www.noelshack.com/2018-36-4-1536260876-20180906175400.png

Pour soutenir ces deux nouveaux royaumes, Bayazid II incita fortement sur la nécessité de continuer la persécution et la tuerie systematique des confréries chiites en Azeirbaidjan. Son Bey recevra ainsi une aide de 500 or pour parfaire ses forces militaires face à cette menace chiite en voie de disparaitre.

Le beylicat de Perse recevra 500 or aussi pour l'aider à la renovation des villes perses ravagées par Tamerlan et develloper ainsi une cour moin sobre. Mais la splendeur passé de la Perse restera un lointain souvenir et c'est bien mieux ainsi.

À propos des  Castillans

Les demandes d'exil juifs ont atteint  l'Empire. Mais le régent  de Constantinople pendant l'absence du Sultan alors en guerre,  qui n'était nulle autre que  son fils Ahmed, fut passif.


Il aurorisa bien sûre  les juifs qui ont fait le voyage à venir s'installer. Mais il n'entreprit aucune action directement avec sa marine pour transporter ce peuple grace à la propre action ottomane.

Bayazid en fut dépité et c'était la une nouvelle preuve  que Ahmed n'a pas les épaules d'un grand suzerain...
En attendant, une partie de la flotte ottomane parti à l'arrivé du Sultan à Istanbul pour faire voyager les juifs toujours bloqués Espagne ou ceux ayant fuis au Maghreb faute de moyen pour atteindre le véritable exil musulmans. Cette population représente une belle opportunité  d'enrichissement pour l'Empire ottoman et son marché. Thessalonique et ses alentours sera l'endroit idéale pour la ré installer une fois débarquée en Grèce.





avatar
Baron
Baron
Messages : 22
Date d'inscription : 03/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Sultanat Ottoman

le Sam 8 Sep - 14:47
Devlet-i Alîye-i Osmânîye




De somptueux cadeaux, les Ottomans au contact de l'Inde et de la Chine.




L'ouverture sur l'Atlantique par la conquête de l'Irak est une grande réussite. Dans les domaines de la guerre comme du commerce, c'est le début de l'éclat de l'ambition ottomane à une échelle illimitée.

Le  premier lien diplomatique qui va naitre de cette conquète est logique, il concerne Constantinople et les musulmans d'Inde. Plus précisément le sultanat de Gurajat qui deviendra un partenaire commerciale évident. Ainsi une missive ottomane y sera envoyée. Elle annonce la volonté de la couronne ottomane de préserver et développer les bonnes relations entre l'Orient et l'Inde musulmane en offrant au Sultan de Gurajat l'amitié ottomane. On envoyera aussi des cadeaux, quelques bijoux et un sublime sabre venus garnir ce message.
Les liens entre l'Orient et l'Inde sont déjà anciens, l'offrande est donc  sobre. En contraste total avec les moyens développés pour ouvrir une route commerciale avec le grand empire de Chine et faire du nom ottoman un puissant objet d'attrait dans la cour de l'Empereur.


Tout débute le 1 er Avirl 1493. Bayazid II fit convoquer
Alal al din, un jeune albanais intelligent efficace et discret, confiant en sa haute destinée, il s'est convertis pour devenir un agent du Sultan et quitter son pays.
Il reçut la charge de partir pour la crimée et d'y trouver les deux plus belles femmes de Circasie. La tâche est ardue. Au marché  aux esclaves du khan de crimée les plus belles femmes partent pour le harem du Sultan et le reste... bien trop vilain pour éblouir  une cour impériale. Jusqu'au jour ou Aladin tomba sur les deux plus precieux Diaments de Circasie.  Il aperçu  leurs visages à la dérobée. 2 femmes d'une beauté parfaite : blanches, élancées, l’ovale de leur figure d’une pureté irréprochable, de grands yeux fendus en amende, voilés par de longs cils, l’arc des sourcils comme dessiné au pinceau, 2 joyaux de la seduction et de l'amour dont seuls les plus puissants de ce monde méritent la possession. Seulement, entourés de brutes tartars elles sont destinées à leur khan... Mais il est porté  par l'audace, Aladin les soudoya tous avec la bourse de sa mission, bien meilleur récompense  que ce que le khan offrent d'habitude à ses pourvoyeurs d'esclaves. Aladin avait réussi sa mission et embarqua pour Constantinople sans plus aucun sous mais obtient le respect de son suzerain au retour.

Cependant une seconde mission fut achevée en parallèle par un autre agent du Sultan qui est une vielle dent de la cour ottomane le dénommé Jaffar pacha. Aidé par son réseaux d'amis au Maghreb il organisera la capture d'un Lion de l'Atlas au nom de la Sublime Porte.

Désormais, la mission diplomatique ottomane est donc pourvue de 3 splendides cadeaux exotiques, un lion et deux beautés diaphanes. On y ajouta d'autres annimaux tel qu'un fenec et un lynx, d'autres esclaves avec une dizaine d'eunuques éduqués, une troupe musicale italienne payée  pour faire aussi le voyage et divertir le temps d'un soir ou plus le palais. Enfin un cartographe ottoman complétera ces importantes offrandes, il offrira durant quelques mois les précieuses connaissances du monde méditerranéen, européen  et orientale à la cour chinoise. Le Sultan Bayazid sera présenté  comme le plus grand roi de son monde à lui ( se faisant ainsi tacitement l'égale de l'empereur de Chine qui lui regnerai sur un autre monde ) , on récitera sa titulature imposante qui en fait l'un des maitres des pays  musulman et le successeur de l'empire romain, et l'on décrira un conquérant dont la souveraineté s'étend des balkans à la Perse. Cette mission sera envoyée au nom de la volonté de la Sublime porte de construire une amitié bénéfique avec la Chine.


L'objectif recherché est important. Des liens commerciaux et un partage de connaissance réciproque.

avatar
Baron
Baron
Messages : 22
Date d'inscription : 03/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Sultanat Ottoman

le Jeu 13 Sep - 12:10
Devlet-i Alîye-i Osmânîye




Un développement militaire et navale d'envergure.



l'Europe chretienne connait elle aussi ses inventions et innovations dans le domaine de la mer et de la guerre. Concernant l'Empire ottoman, obtenir les connaissances sur ces innovations   lui a toujours été bénéfique, l'aidant par exemple à  peaufiner son artillerie avec l'avènement  de ses précieux " destructeurs de chateaux ". Mais récemment, de nouveaux navires ont étés conçus au Portugal et en Espagne permettant de naviguer sur les oceans avec une technologie inconnue alors des turcs, cette information a atteint  le Sultan et la fait réagir. La réponse des ottomans pour ce que Bayazid nomme " la course aux savoirs " a déjà  commencé avec l'ouverture de la collabaration avec la Chine, mais elle ne s'arrête  pas à celà.

Bayazid compte désormais faire de Constantinople le centre de gravité des innovations de toute l'Europe. Sa politique ambitieuse s'articulera autour de commandes de pièces militaires et navales dont les recompenses financières seront plus grandes que celle de n'importe quelle roi d'Europe. Bayazid II est le plus riche suzerain du continent, il deviendra le plus grand pourvoyeur d'or des arsenaux militaires.

Le but recherché  est d'étendre les sources à la fois humaine et technique pour l'avancement militaire et navale à des concepteurs indépendants de France, d'Angleterre et de la péninsule Ibérique. Mais aussi de Booster et d'augmenter les moyens et la motivation des concepteurs qui ont déjà Istanbul comme principal client, Tel que dans les terres balkaniques, italiennes ou encore allemandes.

Nos rouages de développement en seront élargis. Bayazid sultan veut être entouré des meilleurs experts militaires du continent qui travaillerons avec les concepteurs turcs pour leurs donner accés aux technologies majeures qu'ils ignorent.

Les priorités de la recheche sont l'amélioration des armes à feu légères, de l'artillerie lourde et ses munitions, ainsi que la conception des navires lourds.

Dépense total : illimité. Le Sultan dépensera 1500 or par tour jusqu'à monopoliser les connaissances en question.


L'édification de la Ville de Koweit et de la flotte indienne.

_Koweit

En 1494 les ottomans décident  de fonder un important port dans la baie du kowait dans le but d'en faire une importante  place commerciale et navale ouverte sur l'océan indien et le Golf Persique. L'Emplacement choisie semble être idéale, la baie du Koweit est fertile. Elle est aussi une potentielle zone de transite entre le commerce maritime des indes et du monde arabe et celui  des routes caravanières.    
Les travaux commenceront par la création d'un port de pêche pour attirer les populations local  et d'un port de commerce. Un arsenal naval devellopé recopiant la méthode de fonctionnement de celui d'Istanbul sera aussi édifié  ainsi qu'un chateau fort servant de place forte et d'appui défensif. L'arsenal du Koweit sera le plus important chantier naval ottoman en Asie. Il disposera de plus de sa propre fonderie de canon et ses propres entrepôts de boulet et de poudre.


10 000 ouvriers et artisans travailleront pour boucler le chantier. Le besoin de loger et nourrir cette main d'oeuvre permettra la naissance d'un marché  avec l'agriculture des terres de la baie et les premiers efforts d'urbanisation supervisés par la sublime porte. Avec le temps ces constructions permettront aussi d'attirer les pèlerins  et les marchands et de fonder un marché terrestres et une zone urbaine bien plus  grandes donnant ainsi naissance à une ville.

Mais la priorité de la sublime porte est bien entendu l'arsenal et le port du Koweit, cette ville ne devra son édification qu'aux ambitions maritimes des ottomans.


Dépense total : 6000 or.

_La flotte des Indes

3 galères dont 1 lourde seront conçus à Bassorah et acheminées par l'estuaire du  Tigre et de l'Euphrate jusqu'au Koweit. Une fois l'arsenal édifié le centre de création des navires passera définitivement au koweit.

Dépense total : 1400 or.



avatar
Baron
Baron
Messages : 22
Date d'inscription : 03/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Sultanat Ottoman

le Sam 15 Sep - 15:28
Devlet-i Alîye-i Osmânîye




La mort du prince Djem.


Djem est mort à Naples. Le sultan Bayezid bien que responsable  de ce tragique événement fut profondément touché quand la nouvelle fut annoncée. Il pria publiquement pour lui. Il déclara aussi un deuil national de trois jours pour un prince que le destin a mené en exil en terre chrétienne  mais qui garda pour autant sa religion. Il requit également de disposer du corps de son frère Djem pour des funérailles musulmanes. Que ce soit Naples ou le roi de France qui renvoit le corps, le sultan sera reconnaissant.


Cependant cette nouvelle termina aussi de boulverser la conception de Bayazid sur le fonctionnement de la dynastie ottomane. La loi de succession des ottomans, c'est la loi du plus fort. L'avantage  est que c'est le plus puissant des princes qui hérite  du trône. Mais ce fonctionnement  condamne l'empire à une guerre intradynastique à chaque passation de pouvoir, tout celà  au bénéfice des ennemis voisins... Il est temps pour la dynastie ottomane de passer à une nouvelle époque, où la loi de Bayazid II remplacera la traditionnelle méthode de succession  ottomane.

La loi dynastique de Primogéniture.


Bayazid II fit abroger les textes de son père  Mehmet II sur la succession au trône. Une loi  dynastique fondamentale de Primogéniture est à la place édifiée sous forme de charte. Elle représente  une évolution en terme de codification du droit ottoman mais son contenu est bien plus important.

La loi fait du fils aîné du sultan l'héritier absolue de la couronne ottomane. À la mort d'un sultan, les commandants et vizirs de l'empire doivent allégeance  à son fils ainé. La loi retire aux autres fils du Sultan leurs  droits sur la couronne ottomane. Ainsi ils deviennent  eux aussi sujet à part entière de leur frère  aîné et non plus à combattre ni pour leur vie ni pour le pouvoir.





UNE NOUVELLE GUERRE.


 
Bachibouzouks fumant le narguillé dans une maison croate dont il a chassé la famille.



L'Orient sécurisé, les caisses de l'état remplis et la Chrétienté d'Occident et d'Europe de l'Est en guerre interne ... Tout est la pour encore une fois écrire l'histoire sous le glaive flamboyant des ottomans...

En effet l’Empire ne cache plus son ambition de s’étendre en Europe centrale. La Hongrie, et la Croatie sont deux royaumes catholiques, bras armés  du pape, adversaires de l'Empire, parfois même  sous la bannière de la croisade. Mais leur histoire va s'arrêter  avant le XVI e siècle.

Bayazid II, 3 ans aprés les moutons blanc rassemble une nouvelle fois son armée et ordonne au Voïvode de Valachie de se préparer  à la guerre.
En même  temps il donne l'autorisation aux bachibouzouks de piller sans relâche  les frontières de la Croatie et de la Hongrie, bafouant ainsi la paix et ne laissant que la déclaration de guerre comme solution aux deux royaumes.

avatar
Baron
Baron
Messages : 22
Date d'inscription : 03/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Sultanat Ottoman

le Dim 16 Sep - 23:32
Devlet-i Alîye-i Osmânîye







Fin de l'expédition turque en Chine.


Plus d'un an aprés son départ, la délégation  ottomane a fait son retour tant attendu de Chine.

Alal al din fit 2 longues entrevues avec le Sultan pour donner toute les informations capital qu'il doit à son suzerain. La conclusion fut claire, l'expédition turque fut sans conteste un grand succès, avant même son retour la réouverture de la route de la soie était  déjà un présage  de réussite. Aladin fut élevé au rang de Vizir.


Le bilan était  le suivant : Les navires turcs etaient de retour avec des richesses en tout genre élevés  à 1k or. La route de la Soie etait ré ouverte, enfin la cour chinoise tenait avec une certaine facsination la couronne ottomane. L'empereur envoya à notre satisfaction des experts en conception naval dans le but de bénéficier en retour des connaissances ottomanes en matière d'armement.


Première conséquence, Le développement naval ottoman.


Les experts chinois furent eux aussi reçus à Constantinople. Vêtus de soie nos nobles visiteurs eurent l'honneur de traverser la Sublime porte pour en rencontrer son suzerain. Bayazid II leur assura une hospitalité impériale, son assurance financière mais surtout la charge de développer un navire typiquement ottoman, une synthèse  de ce qu'il y a de mieux entre le savoir navale d'Asie et celui d'Europe.
Quand la collaboration sino-ottomane arriva à terme. Les plans  finaux furent présentés au Sultan qui déclara aprés analyse : " Ainsi ma royauté s'étendra sur toute mer. "

Le bateau théorisé dispose d'un château arrière,de planches allongées utilisées pour les combats et surtout  de 4 mâts. Il mesure en moyenne 50 mètres. À la place d'un squelette en bois ( caravel ), la  structure de ce bateau repose sur un système  de cloison ( technologie typiquement chinoise ) permettant de considérablement augmenté la capacité de transport bateau et sa taille.


Pour ses capacités d'armement, le navire ottoman s'inspire de l'aménagement  occidentale.

En ce qui concerne sa structure profonde, c'est l'esprit chinois qui a guidé la marche.
Bayazid opta pour un navire de 50 mètres au lieu de 70 tel un véritable  bateau  trésor chinois. La première raison de ce choix est de faire du navire ottoman un bateau à la fonction polyvalente entre la guerre et le commerce en prenant une taille intermédiaire. Ensuite, la raison est logistique, il faut faciliter la traverser du golf persique.


Enfin, ce bijoux marin sera nommé  Qaribal. L'origine de ce mot tient du surnom arabe donné  par les populations koweitiennes lors de l'avènement de ce navire, " Qarib jabal ", en français  navire montagne. La contraction donnera  Qaribal.


Dépense : 10 Qaribales sont commandées à l'arsenal du Koweit pour servir de base à la flotte des Indes. 10 k or dépensé.


Seconde Conséquence, le savoir militaire ottoman en direction de la Chine.

La Chine attend de l’Empire Ottoman l’envoi de spécialistes d’armements (fusil et canon à longue portée). Conséquence, une mission militaire ottomane fut formée pour partir en direction de la Chine.

Elle est composée tout d'abord de deux frères  bulgares ainsi que leurs artisans qui travaillent dans la conception de bombarde. Au sein de l'Empire ottoman, le concepteur d'un canon est aussi son artilleur sur le champ de bataille. Ainsi la Chine profitera des rouages de la conception du canon turc et de sa maitrise durant les combats.
Ensuite un officier janissaire partira aussi  avec une escouade de 3 arquebusiers et le plan de leurs armes.
La mission restera 9 mois à 1 an en Chine.


Ainsi l'empereur celeste disposera de la connaissance de l'arme à feu légère et lourde de l'Empire ottoman.
Et en conclusion, le studieux échange  de procédé entre nos deux civilisations est respecté  des deux côtés.
avatar
Baron
Baron
Messages : 22
Date d'inscription : 03/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Sultanat Ottoman

Hier à 22:05
Devlet-i Alîye-i Osmânîye





L'autorité  ottomane sur l'océan Indien, intervention contre les portugais.




Ces dernières années de puissants navires chrétiens  venus du Portugal ont ouvert une nouvelle route commercial reliant l'Europe et l'Inde. Une route passant dans le dos du monde musulmans et ses lieux saints sans qu'aucun prince ou roi  ne s'y opposent. Cette nouvelle situation géopolitique est inacceptable pour Constantinople. Tout comme le fait de voir un nouveau concurrent débarquer dans le commerce des épices sans rendre de compte a personne. La Réponse de la Sublime se préparait.


Avec le Sultan Bayazid et son Amiral Kemal Reis la préparation de futurs expéditions furent méticuleuses. Elle commença par la formation d'un arsenal naval à Koweit aussi développé  que celui de la corne d'or pour aboutir à la plus pluissante armada de l'océan.


1 an plus tard il est temps de lancer la première opération d'envergure dans l'océan Indien. Avec pour seul  mot d’ordre : exposer l'Empire ottoman comme la puissance qui domine le commerce des épices...  Les portugais seront donc chatiés et humiliés aux yeux de toute les civilisations pour leur audace maritime. Car c'est ainsi que Bayazid envisage sa diplomatie pour faire transmettre son message.

Kemal Reis prit  la tête  d'une flotte de 20 Qaribals, traversa le golf Persique et positionna sa flotte pour intercepter les navires portugais commercant avec Goa.  

Sa mission est de capturer les navires portugais, leur équipages et leurs trésors. Pour ensuite débarquer avec son Imposante  flotte à Goa. Dans le port il fera marcher, enchainer, ces équipages de marins portugais  et leurs capitaines qui auparavant commercer fierement avec les Indiens. De plus témoignant  de la noblesse impérial qu'il représente,  Kemal Reis redistribuera les produits acheter par les portugais à Goa gratuitement offrant ainsi un double bénéfice  historique aux marchands Indiens. Enfin en ce qui concerne le sort des captifs, La couronne Portugaise va devoir négocier  avec l'Empire et accepter ses directives si elle veut les voir libérer, de même  si elle veut continuer à commercer avec les Indes.
Contenu sponsorisé

Re: Le Sultanat Ottoman

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum