Partagez
Aller en bas
Baron
Baron
Messages : 10
Date d'inscription : 12/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Koninkrijk der Nederland

le Mar 12 Juin - 0:45
ROYAUME DES PAYS-BAS



Régime politique : Monarchie parlementaire
Majorité : Libérale
Roi : Guillaume III

Capitale : Amsterdam
Langue officielle : Néerlandais
Population : 3,5 millions (métropole)
avatar
Saint-Empereur
Saint-Empereur
Messages : 121
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 19
Localisation : Palais Impérial
Voir le profil de l'utilisateurhttp://quemque-suam-patriam.forumactif.com

Re: Koninkrijk der Nederland

le Mar 12 Juin - 10:38
Tes forces armées sont les suivantes :

A) Armée de terre (1854) :

- Corps des officiers généraux : 1 feld-maréchal, 1 général, 5 lieutenants-généraux et 13 majors-généraux.

- Etat-major général, Etat-major des places fortes et local et Administration militaire : Ces trois directions
comptent ensemble 1
général et 169 officiers
supérieurs et subalternes...

- Infanterie : Un état-major spécial (avec 1 général-major inspecteur de l'arme, 5 généraux-majors commandant les
brigades et 24 officiers supérieurs), 1 régiment de grenadiers et chasseurs à pied de 4 bataillons (avec
80 officiers et 3 551 soldats), 8 régiments de ligne à 4 bataillons de 5 Cies et 1 dépôt (chaque régiment
ayant 4 925 hommes, ce qui donne un effectif global de 39 400 fantassins), 1 bataillon d'instruction à 4
Cies (410 hommes), 1 bataillon-dépôt de discipline de 2 Cies (134 hommes) et enfin 1 dépôt
d'enrôlement colonial de 2 Cies (240 hommes).
Force totale de l'infanterie : 43 860 hommes.

- Cavalerie : Un état-major spécial (avec 1 général inspecteur de l'arme, 2 généraux-majors commandant les
brigades et 5 officiers supérieurs), 4 régiments de dragons à 5 escadrons, dont 1 de dépôt (l'effectif de
chaque régiment étant de 943 hommes, soit 3 772 cavaliers en tout), 1 régiment de chasseurs à cheval
fourni par le Duché de Limbourg (à 2 escadrons renfermant 625 hommes en tout) et 2 escadrons de la
"Koninklijk Marechaussée", ou "Maréchaussée Royale" (372 hommes).
Force totale de la cavalerie : 4 777 hommes.

- Artillerie : Un état-major spécial (avec 1 général inspecteur de l'arme, 2 directeurs d'artillerie, 68 officiers
supérieurs et 58 soldats et ouvriers des arsenaux), 1 régiment monté de campagne comprenant 12
compagnies, y compris 1 de dépôt (soit 6 batteries de 12 livres et 5 batteries de 6 livres sur pied de
guerre : soit 11 batteries ou 88 bouches à feu en tout, servies par 2 560 hommes), 3 régiments à pied de
forteresse (chacun comprenant 12 compagnies lourdes et 1 autre de dépôt : soit 1 374 hommes par
régiment) et 1 régiment à cheval de campagne rattaché à la "Garde Royale" en temps normal, lequel
renferme 5 compagnies, dont 1 de dépôt (2 batteries de 1é livres et 2 de 6 livres en temps de guerre :
soit 4 batteries ou 32 canons en tout, servies par 745 hommes) et enfin 1 corps de pontonniers (en fait,
1 bataillopn de 2 Cies totalisant 212 hommes).
Force totale de l'artillerie : environ 9 030 hommes.

- Corps du génie : Il comprend deux inspections-générales, un état-major spécial de l'arme et 1 bataillon de sapeurs-
mineurs à 3 Cies.
Force totale du génie : 748 hommes.

La force totale de l'armée néerlandaise d'active monte ainsi à 57 670 hommes et 120 bouches à feu (là-dessus, les Pays-Bas fournissent un contingent à la Confédération germanique, savoir le régiment de chasseurs à cheval du Duché de Limbourg, comme il a été précisé plus haut...).

- Corps des milices ("Shuytters" ou "tireurs d'élite") : Ce corps, qui n'est mis sur pied qu'en temps de guerre,
comprend tous les hommes de 25 à 35 ans qui sont
capables de porter les armes. Il est divisé en trois "bans",
suivant l'âge et l'état civil de ceux qui en font partie. Ces
milices s'organisent en bataillons que l'on réunit une à deux
fois par an pour leur faire faire l'exercice (14 jours en
moyenne).
C'est en fait une espèce de Garde Nationale mobilisable. On
estime ses effectifs à 87 371 hommes, lesquels peuvent être
réunis dans 53 bataillons de tirailleurs et d'artilleurs pour la
1ère "levée" et dans 29 autres pour la seconde... L'Etat ne
fournit en temps de paix que les armes et l'équipement de
base (baudriers, cartouchières, munitions, brodequins, etc...)


Observations : La durée du temps de service est de 5 ans à partir de l'âge de 20 ans. La désignation se fait par tirage au sort et le remplacement est autorisé. Les cadres sont formés d'enrôlés, ce qui permet de renvoyer dans leurs foyers après quelques mois les conscrits comme miliciens.


B) Marine (1854) :

- Personnel de la flotte : 1 amiral, 1 lieutenant-amiral, 2 vice-amiraux, 4 contre-amiraux, 20 capitaines de vaisseau,
32 capitaines de frégate, 281 lieutenants de vaisseau de 1ère et de 2ème classe, 140
aspirants (70 de 1ère et 70 de 2nde classe), 95 médecins, 64 employés d'administration,
6 607 marins (parmi lesquels on compte 520 indigènes des Indes orientales) et enfin
1 524 soldats d'infanterie de marine formant 2 "divisions" (bataillons).

- Bâtiments de la flotte : 2 vaisseaux de ligne de 84 canons chacun, 3 vaisseaux de ligne de 74 canons, 5 frégates
de 1ère classe de 54 à 60 canons (dont 1 frégate à hélice), 8 frégates de 2ème classe de
38 à 44 canons, 1 frégate "rasée" à 28 canons, 12 corvettes de 18 à 28 canons (dont 2 à
hélice), 13 bricks de 12 à 18 canons, 20 goëlettes de 8 canons chacune (dont 1 à hélice),
21 navires de guerre divers à vapeur (nombre total de canons inconnu), 2 corvettes de
charge, 3 bâtiments portuaires servant de batteries flottantes et renfermant 100 canons en
tout (2 frégates et 1 corvette).
Total de la flotte : 92 navires portant plus de 2 000 canons, outre une flottille de 49
chaloupes-canonnières destinées à la défense rapprochée des côtes...


C) Armée des Indes néerlandaises, ou "KNIL" ("Koninklijk Nederlandsch-Indisch Leger") (1854) :

La Hollande possède comme troupes coloniales cantonnées dans les îles de la "Sonde" (Bornéo, Sumatra, Java, Bali, Célèbes, Amboine, Moluques, etc...) plusieurs régiments composés, partie d'Européens et partie d'Indigènes, mais au total d'éléments assez médiocres tels que des volontaires de différentes nationalités (essentiellement Suisses, Belges, Britanniques et Allemands), des condamnés à des peines d'exil ou de prison, etc...
A noter la présence, au sein de ces troupes coloniales, d'un bataillon de 2 000 tirailleurs noirs recruté par contrat depuis les années 1840 entre le Royaume ashanti et le gouvernement hollandais (ces volontaires ashantis proviennent en majorité du comptoir hollandais d'Elmina, situé au Ghana actuel...).
Pour information, le poète Arthur Raimbaud s'engagea (par dépit amoureux...Son "ami" et "amant" Paul Verlaine le snobant quelque peu il me semble...) dans cette armée coloniale hollandaise en mai 1876. Arrivé à Batavia, la capitale de la colonie située sur l'île de Java, il déserta 3 mois plus tard et retourna en Europe...
En 1854, on évalue les effectifs de cette armée des Indes hollandaises à près de 20 000 hommes organisés en 8 "Mobil Korps" formés d'Européens (chacun comprenant 1 bataillon d'infanterie légère, 1 escadron de cavalerie et 1 batterie d'artillerie de montagne à 4 obusiers), plus 6 bataillons de tirailleurs indigènes (dont 1 formé de Noirs du Ghana), ainsi que 12 compagnies d'artillerie de place et 1 bataillon de sapeurs formés également de volontaires locaux...
Les officiers servant volontairement aux colonies y sont relevés après 8 années de service et favorisés d'un grade à leur retour en Europe...

Une petite adresse intéressante sur "Wikipédia" résumant l'histoire de ces troupes coloniales de la "KNIL" :
http://nl.wikipedia.org/wiki/KNIL

validé sinon ^^
Baron
Baron
Messages : 10
Date d'inscription : 12/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Koninkrijk der Nederland

le Mar 12 Juin - 23:45
Royaume des Pays-Bas




Réseaux de transport

En plein boom industriel, les voisins européens des Pays-Bas se dôtent de réseaux ferroviaires modernes et efficaces, notre pays accuse alors un retard inquiétant. Face à ses lacunes, en 1852 est fondée la compagnie pour l'exploitation des chemins de fer de l'Etat Néerlandais, néanmoins confronté au risque financier encouru, l'Etat n'investira que 25 millions de florins néerlandais sur 5 ans et laissera donc le soin aux investisseurs privés de rester majoritaire, l'objectif étant d'atteindre un capital de 80 millions de florins afin de disposer d'un réseau ferré complet reliant les principales villes du pays (Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Utrecht, Maastricht) ainsi que les rares sites miniers d'un pays qui reste encore majoritaiement agricole. Les Pays-Bas sont également ouvert à d'éventuels investissements de puissances étrangères.
Sans pour autant rompre totalement avec ses habitudes, les Pays-Bas accordent toujours une importance aux canaux. Comme pour les chemins de fer, l'Etat se fera investisseur apportant 10 millions de florins néerlandais sur 5 ans, la priorité reste donc clairement pour les chemins de fer.

Réforme fiscale

Le développement du réseau ferroviaire Néerlandais demande toutefois d'importantes ressources pas forcément apportées par les investisseurs attendus, sceptiques de la viabilité du projet. Dans le but d'inciter les propriétaires à investir, l'Etat accepte de leur accorder quelques cadeaux fiscaux. Ainsi, les taxes sur les entreprises subiront une baisse de 30 % tandis que les impôts sur les capitaux des riches industriels se verront alléger de 20 à 50 % selon un système de tranche. De plus, les banques sont également invitées à baisser leurs taux d'intérêts de 1 à 4 points, ce à quoi, l'Etat s'engage en échange d'abaisser les taxes des banques proportionnellement à leur baisse des taux d'intérêts, un système équitable.
En contre-partie, pour ne pas risquer une faillite du pays, l'Etat augmente ses recettes par l'intermédiaire des impôts indirects, durant l'été 1852, l'Etat crée également le premier impôt sur le revenu progressif  aux Pays-Bas, les montants prélevés resteront néanmoins assez faibles et les plus grandes richesses en seront éxonérés, la préférence est affichée aux impôts indirects.
Ajoutons aussi qu'une taxe sur la stupidité est crée par le moyen d'une loterie nationale qui devrait rapporter 1 million de florins par an.

Réforme bancaire

Enfin, toujours dans le projet de développer son économie, l'Etat Néerlandais autorise et favorise la création de crédits fonciers et banques de dépôts qui profiteront d'une fiscalité avantageuse, le chèque est également autorisé et encouragé aux Pays-Bas.

Réformes agricoles

Concernant toujours l'aspect bancaire, une banque publique spécialisée dans les prêts aux agriculteurs est crée. Celle-ci consentira aux paysans des prêts à taux d'intérêts très bas et au long terme pour qu'ils puissent devenir propriétaires de leur terre, ainsi l'accent est mis sur l'exploitation individuelle. De plus, les paysans déjà propriétaires de leurs terres sont incités à créer un système de crédit coopératif pour augmenter leurs rendements.
Des formations seront aussi accordées aux jeunes agriculteurs, des bourses de stages pourront être délivrés aux plus nécessiteux.

Message à la Belgique

Dans la volonté de rapprocher nos deux pays malgré les tensions qui ont pu nous opposer dans le passé, nous proposons la construction d'une voie ferrée reliant Rotterdam à Anvers ainsi que la signature d'un traité de libre-échange portant sur les produits agricoles.
Baron
Baron
Messages : 10
Date d'inscription : 12/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Koninkrijk der Nederland

le Jeu 14 Juin - 16:41



Royaume des Pays-Bas

Je maintiendrai



Aprilbeweging


Au mois de mars 1853, le pape Pie IX rétablit la hiérarchie épiscopale aux Pays-Bas en créant cinq diocèses dirigés par des évéques, une décision qui est vue comme une provocation par les conservateurs dans un pays majoritairement protestant. Bien que la constitution de 1848 autorise cela, les calvinistes Hollandais s'opposent farouchement à une extension de la liberté de culte des Catholiques, les Pays-Bas sont un pays protestant et ils doivent le rester. Ainsi, plusieurs dizaines de milliers de protestants conservateurs expriment publiquement leur désaccord au cours de soulèvements au cours du mois d'avril et réclament une intervention du roi Guillaume III, pourquoi pas empêcher le retour de la loi épiscopale.
Ce dernier, secrètement favorable aux mouvements du mois d'avril, limoge plus de la moitié de son cabinet ministériel dont Johan Rudolf Thorbecke, le président du conseil des ministres. Il est remplacé par Floris Adriaan Van Hall, plus conservateur.


Dès son arrivée au pouvoir, le cabinet de Van Hall publie une loi visant à calmer les foules des mouvements d'avril et donc de limiter la liberté de culte des Catholiques.
Si la religion Catholique est officiellement reconnue et son exercice garantie aux Pays-Bas, plusieurs mesures sont adoptées visant à la contrôler, par exemple :

- Aucun étranger ne pourra exercer une fonction ecclésiastique sans l'accord de l'Etat.
- Conformément à l'Etat Laïc, les titres religieux ne donneront le droit à aucun privilège public.
- Les réunions synodales exigeront un accord de l'Etat.
- Le port des vêtements religieux est interdit dans l'espace public.
- Chaque construction d'une église Catholique fera l'objet d'une enquête sur le lieu d'établissement et devra être validée par le Conseil d'Etat. Les églises construites sans autorisation seront fermées sans discussions.
- Le non-respect de ces lois peut conduire jusqu'à 5 ans d'emprisonnement.


Message à la Belgique


Nous comprenons la réticence Belge et conscients que des compromis seront nécessaires pour rapprocher nos deux nations, nous acceptons votre proposition.

Baron
Baron
Messages : 10
Date d'inscription : 12/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Koninkrijk der Nederland

le Lun 18 Juin - 14:36



Royaume des Pays-Bas

Je maintiendrai



Loi pour les pauvres


Alors que le spectre du Printemps des Peuples de 1848 suscite toujours autant de craintes chez les dirigeants Européens, la pauvreté elle ne cesse d'augmenter malgré le boom industriel. Les Pays-Bas n'échappent pas à cette règle et près d'un tiers de la population d'Amsterdam vit sous le seuil de pauvreté, si encore ce n'était que ça le problème... Mais ce sont surtout les conséquences qui vont avec qui sont problématique au gouvernement Néerlandais : hausse de la criminalité, de la prostitution...
Ainsi, en 1854, sous l'impulsion du ministre de l'intérieur, Gerlach Cornelis Joannes van Reenen, la première loi pour les pauvres est adoptée aux Pays-Bas.


Si cette loi prévoit d'aider les pauvres, ce travail relèvera surtout de l'Eglise et non de l'Etat. En effet, les soins et l'aide aux pauvres est considéré comme une mission d'ordre public mais l'Etat laisse la charge aux églises de venir en aide à ces petites gens, le gouvernement mise sur la charité très chère à notre religion Chrétienne.
Un budget d'aide aux pauvres sera quand même ajouté à partir de 1855 et donc ces subventions accordées aux municipalités pourront financer le minimum pour vivre aux pauvres uniquement dans des cas précis : si le pauvre en question n'appartient à aucune église, il sera pris en charge par sa commune de naissance et si l'église paroissiale ne possède pas les capacités financières de venir en aide aux pauvres. Cette dernière circonstance sera toutefois prévue pour des cas véritablement exceptionnels et les églises refusant de venir en aide aux pauvres feront l'objet d'une enquête approfondie de l'Etat.

Cette loi permettra ainsi de limiter du mieux possible la pauvreté dans notre pays sans exposer l'Etat à des dépenses exagérées.


Construction de bateaux


Le ministre de la marine Hendrik Forstner van Dambenoy annonce le lancement d'un projet de construction naval sur 3 ans :

1854 : 2 navires de ligne, 3 frégates
1855 : 2 navires de ligne, 4 frégates
1856 : 3 navires de ligne, 2 frégates

De plus, sur ces 3 ans, trois frégates seront machinisés avec des hélices.

Baron
Baron
Messages : 10
Date d'inscription : 12/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Koninkrijk der Nederland

le Mar 19 Juin - 17:44



Royaume des Pays-Bas

Je maintiendrai



Loi sur l'enseignement


Après des débats houleux au Parlement et au sein même du cabinet ministériel, la loi réformant l'enseignement scolaire aux Pays-Bas est adoptée.
Cette loi stipule que l'éducation est désormais considéré comme un droit dans notre pays et devra être accessible à tous peu importe sa race, sa religion ou son sexe et les écoles privées ne recevront plus de subventions de l'Etat, la priorité est accordée à l'enseignement public.

Désormais, la scolarité sera obligatoire pour tous les enfants de 6 à 12 ans en école primaire, à l'issu de ce parcours après avoir réussi un bref examen de néerlandais et de mathématiques, les élèves auront la possibilité d'intégrer l'école secondaire. Bien que non-obligatoire, nos jeunes Néerlandais sont fortement encouragés à suivre ce cursus scolaire de 4 ans, des bourses pourront être accordés aux plus nécessiteux. A l'école secondaire, l'enseignement du néerlandais, des mathématiques, de l'histoire, de la géographie, de l'anglais, de l'allemand ou du français, de la biologie, de la physique, de la comptabilité, de l'histoire biblique et du sport seront obligatoires, à l'âge de 16 ans, les élèves passeront un examen écrit ou oral portant sur ses matières : le MULO-A.
En cas d'admission, les élèves pourront réaliser une année supplémentaire dans l'objectif d'obtenir le MULO-B.
La chimie et le dessin seront des enseignements facultatifs.


Expédition en Afrique


Une escadre ainsi qu'une force armée de 1'500 hommes sont envoyés pour établir un comptoir vers le delta du Niger qui sera nommé Port Dambenoy (équivalent à Port Harcourt IRL).

Contenu sponsorisé

Re: Koninkrijk der Nederland

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum