Partagez
Aller en bas
avatar
Baron
Baron
Messages : 84
Date d'inscription : 12/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Dim 10 Juin - 18:35
Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه[


Spoiler:

Introduction: Des siècles durant, la simple évocation du nom de leurs armées suffira à faire trembler l’Europe. Des confins de l'Orient à la baie d’Alger, des berges du Danube à l’immensité des déserts d'Arabie, les ottomans se sont imposés.
Et puisque que l’empire ottoman fut une armée avant d’être un État, leur épopée est aussi celle de formidables troupes militaires tel que les terribles janissaires. Mais que reste il de cette empire ? Témoignant de cette époque de réforme pour les turcs, les janissaires qui pourtant ont fait du sultan ottoman un calife de l'islam ont était annihilés.
Ayant en effet connu de nombreux échecs en cette première moitié du  19 ème siècle, l'Empire est à la recherche d'une nouvelle force. Une force qu'il compte puiser en épousant la modernité avec pour enjeux de ne pas divorcer pour autant avec son âme et ses traditions. Se jouent alors entre Libéraux et Conservateurs, le futur de tout un monde.


Informations générales


Capitale: Istanbul

Grand vizir: Moustapha Reschid Pacha
Description de la fonction de grand Vizir :

Mandaté par le sultan ottoman pour gérer toutes les affaires de l'État, il n'est révocable que par le sultan lui-même. Gardien du sceau impérial, il peut convoquer les autres vizirs en conseil appelé « vizirs du dôme » (Kubbealtı vezirler), en référence à l'architecture de la salle du palais où ils se réunissaient.

Sultan: Abdülmecid Ier
Description de la fonction de Sultan :

L'Empire ottoman est une monarchie absolu. Son monarque est couronné du titre de Sultan le rendant maitre de son état. Ainsi que du titre  de calife, faisant de lui le détenteur d'une autorité spirituel trans national s'étendant à tout les musulmans du monde en théorie.



Forme d'Etat : Califat (cumulé par le sultan à partir de 1517)

Culture

Langue : Turc ottoman (officielle) Arabe (administrations et gouvernements locaux, religieux, culture, littérature, diplomatie et éducation) Persan (littérature, diplomatie et éducation)
Religion: Islam sunnite (officielle), soufisme, chi'isme, christianisme, yézidisme et judaïsme (minoritaires)


Le cheikh al islam.

l'Empire ottoman est multinational et multilingue. Pour autant il a pour religion d'état l'islam Orthodoxe avec pour garant une classe de " oulamas " qui sont des agents de l'empire et qui sont hiérarchisés de façon stricte.
Au sommet se trouve le Cheikh al islam. Nommé tout comme le grand vizir, directement par le Sultan il a la plus grand rang de cette hierarchie religieuse. Il dispose du pouvoir de confirmer ou non les sultans Ottomans. Mais une fois qu'un sultan est confirmé, il obtient une autorité supérieur à celle du cheikh al islam.

Monnaie: Livre turque
Population: 35 350 000 habitants


Armée ottomane








1)Armée actif

Spoiler:
- 36 régiments d'infanterie : 100 800 hommes.

- 24 régiments de cavalerie : 17 280 hommes.

- 7 régiments d'artillerie de campagne (y compris 1 de réserve) : 9 100 hommes.

- 3 régiments d'artillerie des forteresses : 3 900 hommes.

- 2 régiments du génie : 1 600 hommes.

- 8 régiments d'infanterie détachés : 16 000 hommes

- Total : 148 680 hommes.
.

2)Armée de réserve

Spoiler:
- 36 régiments d'infanterie de ligne,

-24 régiments de cavalerie

- 6 régiments d'artillerie de campagne

Total : 125 880 hommes.

3) Contingents auxiliaires :

Spoiler:
Les provinces de l'Empire qui ne sont pas encore soumises à la nouvelle loi de recrutement de 1843 (nizam), ainsi que les états mi-souverains devant le tribut à la "Sublime Porte" fournissent les contingents suivants :

* Principautés danubiennes (Moldavie et Valachie) : 6 800 hommes.

* Vice-Royaume d'Egypte : 24 000 hommes.

* Principauté de Serbie : 20 000 hommes.

* Principauté de Haute Albanie (Monténégro) : 10 000 hommes.

* Bosnie et Herzégovine : 30 000 hommes.

* Régences de Tripoli et de Tunis : 10 000 hommes (5 000 chacune environ).

Les Principautés danubiennes peuvent rassembler en tout 3 régiments d'infanterie, 2 régiments de cavalerie et 1 batterie d'artillerie de campagne (c'est-à-dire 6 800 soldats réguliers auxquels peuvent s'ajouter environ 61 000 miliciens et trabants).
Une semblable proportion a lieu dans la Principauté de Serbie et l'Egypte peut, en cas de besoin, mettre en campagne 100 000 hommes de bonne troupes exercées à l'européenne.


4) Flotte

Spoiler:
En 1853, la flotte turque présentait le nombre de navires suivant :

- 2 vaisseuax de ligne de 1er rang (de 120 à 130 canons);

- 4 vaisseaux de ligne de 2ème rang (de 74 à 90 canons);

- 10 frégates à voiles de 40 à 60 canons;

- 6 corvettes à voiles de 22 à 26 canons;

- 14 bricks de 12 à 20 canons;

- 16 cutters, schooners, etc... ayant entre 4 et 12 canons;

- 6 frégates à vapeur d'une force motrice de 450 à 800 chevaux;

- 12 corvettes à vapeur (force motrice et armement inconnus) et plusieurs autres navires de taille plus petite (parmi lesquels une vingtaine de chaloupes-canonnières et de transports);

Soit au total 70 bâtiments montés par 34 000 matelots et artilleurs et portant ensemble environ 3 000 bouches à feu.ù

A cela vient s'ajouter un corps de troupes de marine composé de 4 000 hommes et destiné à être embarqué sur les plus gros bâtiments de la flotte ou à protéger certains lieux sensibles des côtes de l'Empire (soit 2 régiments d'infanterie à 4 bataillons chacun).
[/size]


Dernière édition par Nous york le Lun 11 Juin - 0:30, édité 11 fois
avatar
Imperator
Imperator
Messages : 155
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 19
Localisation : Palais Impérial
Voir le profil de l'utilisateurhttp://quemque-suam-patriam.forumactif.com

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Dim 10 Juin - 19:33
validé ^^
avatar
Baron
Baron
Messages : 84
Date d'inscription : 12/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Dim 10 Juin - 19:48
Je jouerai en coopération avec Bad_Bill
avatar
Baron
Baron
Messages : 84
Date d'inscription : 12/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Lun 11 Juin - 14:36
Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه[




Fondation de l'Ecole impériale Ottomane à Paris


En 1833, le sultan Mahmud II, malgré de vives oppositions chez la franche la plus réactionnaire de la population de l’État sublime ottoman, prit la décision d’envoyer des étudiants à Paris. Ce groupe de personnages était plutôt modeste puisqu’il ne comprenait que quatre personnes. L’objectif affiché par ce sultan était de former les Ottomans aux savoirs occidentaux pour qu’ils puissent apporter leurs connaissances en Turquie et reformer le modèle ottoman. Malgré l’opposition des conservateurs, la mission fut renouvelée les années suivantes, et permis de former des officiers militaires, des ingénieurs et des administrateurs. Ainsi on voyait régulièrement dans les capitales occidentales passées des cohortes d’étudiants turcs avides de maîtriser les savoirs de  l'occident. Malgré tout si les grandes écoles françaises d’ingénieurs, comme les mines ou la centrale, et militaires comme polytechnique où Saint Cry accueillent de nombreux élèves étrangers, les Ottomans ne sont pas les plus nombreux et ce pour plusieurs, la première est qu’ils ne possèdent pas le bagage culturel pour pouvoir passer les concours d’entrées, leur maîtrise du français est plutôt approximative, leurs connaissances en math et physique aussi. C’est pour cela que la sublime porte juge utile, avec l’accord de la France et en vertu des différents traités signés avec elle, de créer une école impériale à Paris, cette école aura pour charge de former les étudiants ottomans pour ensuite qu’ils passent les concours d’admission aux différentes grandes écoles françaises.



En fonction de l’objectif affiché par l’élève plusieurs cursus seront proposés, ainsi si l’élève souhaite se familiariser avec les arts militaires, ce cursus devra lui faire maîtriser les bases de cet art, bien évidemment en complémentation de la maîtrise de la langue française qui reste le principal objectif de l’École. Si, au contraire, l’élève souhaite s’orienter avec la maîtrise de la mécanique, le cursus sera orienté vers la physique et les maths. Enfin pour finir si l’élève souhaite maîtriser les comptes publics et les sciences économiques et sociales, le cursus sera orienté vers la maîtrise de ces discipline. Chaque cursus pourra accueillir des 15 aines de turcs, âgés pour la plupart entre 18 et 23 ans. Tous les cursus dureront 3 ans, les professeurs, quant à eux seront fournis par la français en vertu de l’accord signé avec la France. La charge du paiement de ses professeurs et de l’entretien de cette école reviendra, par contre à la Sublime Porte.
avatar
Baron
Baron
Messages : 14
Date d'inscription : 24/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Mar 12 Juin - 23:25
Empire Ottoman / دولتِ عَليه عُثمانيه

Istanbul


Abdul Mecid 1er
 
Pour faire taire un monde qui le méprise l'Empire doit être porter par de nouveaux hommes qui lui apporteront à nouveaux la réussite.


Cette mission c'est celle du Sultan-Calife Abdul Mecid. Connu pour ses actions réformatrices, il est dans la droite logique de la politique de son père le précuruseur des tanzimats, Mahmud II. Il suffit alors du bon sens pour comprendre que si l'on veut sentir une nouvelle fois le goût de la victoire. Il sera nécessaire de tenir un regard critique sur tout les défauts de la nation, du fonctionnement du palais à celui du pays.
Abdul Mecid, Grâce aux opérations de son père qui a centralisé l'empire en se débarassant des seigneurs régionaux et reformé le personnel administratif, Dirige un état plus consolidé malgré des pertes territoriales conséquentes.
Mais il traine avec lui un pays lourdement ralentit au niveau de ses structures économiques et en proie à l'inflation. Se lançant dans le vaste chantier de la remise à niveau de l'économie, la sublime porte voit desormais en la politique de libre échange avec les grandes puissances européennes, une concurrence effrénée qui bride l'appareil de production ottomane. Ce libre-échangisme a une origine, les capitulation ottomanes qui sont des traités de commerces vieux et obsolétes signés avec les nations d'Europe notamment la France. L'empire turc, mené par les efforts de son Calife s'est mis à la tache de renégocier ces traités en cette année 1852.

Ces négociations rassemblant Constantinople,Paris et Londres aboutissent avec succés à l'approbation franco-britannique au sujet de la mise en place d'une politique protectionniste ottomane et la fin des capitulation.

20 % de droit de douanes sur tout les produits importés dans l'empire ont été statués. Ainsi la Sublime porte, en particulier grâce à l'appui de la France, rejoindra le concert des grandes nations dans l'adoption du protectionnisme et la préservation de son appareil de production.

Cependant l'action du Calife est loin de se limiter à celà. L'assiduité de ses efforts le pousse a aller plus loin encore.  En plus de la nouvelle taxe douanière et de la taxe sur la production déjà existante. Une taxe foncière indexée sur le revenu est commandée. Elle remplace le célèbre  kharadj.
Tout comme la taxe sur la production elle ne fait pas de distinctions entre les religions mais plutôt entre les classes sociales car l'empire ottoman est héritié de son passé militaire. Les  " askeris " ( fonctionnaires d'état et militaires ) ne sont pas touchés au contraire des " re'aya " ( les producteurs ) qui sont aussi la majorité de la population.
Si de nouvelles taxes ont lieux, la collecte fiscale elle, est réformée. elle aura lieu dans un sens plus hiérarchisé et centralisé : les hauts fonctionnaires participent à un contrôle accru des finances. L'argent des taxes sera directement envoyé dans les caisses du trésor impérial et ensuite re distribué et dépensé et non pas dépensé directement par les localités qui récoltent l'impôt sans passer par le gouvernement.

Toujours pour un soucis de contrôle d'argent. Le système de finance de l'empire sera ré organisé.
En 1837 un ministre des Finances fut nommé pour la première fois mais celui-ci n’avait pas de responsabilité dans la préparation du budget. Habituellement, les ministres du sultan demandent des allocations de ressources sans être obligés de rendre compte au ministère des Finances. Par ailleurs, chaque ministère ajoute de nouvelles dépenses en liaison avec de nouveaux besoins, et la corruption est donc courante. Ce système pose alors un grand problème puisque le sultan et son administration ne peuvent pas contrôler de façon convenable les finances du sultanat. Ainsi à partir de ce jour, les pouvoirs du ministre des Finances sont portés à leur juste valeur. La totalité des impôts transiteront par son cabinet, il sera alors chargé de repartir en fonction de leurs besoins, l'argent prélevée aux différents ministres. Cette répartition de l'argent sera bien encadrée par un conseil des finance accompagnant le ministre et qui transmettra les rapports sur les finances au reste du gouvernement...

Au final, on note remarquablement à Istanbul que le Calife a mené avec efficacité  son gouvernement pour  consolider économiquement l'empire. Avec de nouvelles taxes, de nouveaux rouages pour gérer les finances et la collecte d'impôts et un protectionnisme négociés avec réussite de nouvelles rentrer d'argent devrait se faire. Sans compter la promesse du Wali, desormais Khédive d'Egypte, de payer un tribut plus grand, en échange de quelque reconnaissance qui lui sont forts utiles.



Bilan
Spoiler:
_Mise en place de taxes de douanes pour protéger l'embryon d'industrie ottomane.
_Mise en place de taxe foncières.
_ Multiplication par 1,5 du tribus égyptiens.
_ Contrôle des finances et de la collecte d'impôt.
avatar
Baron
Baron
Messages : 84
Date d'inscription : 12/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Mer 13 Juin - 15:58
Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه[


Confiscations et Empire Ottoman

Depuis le 16 ème siècle, l’empire Ottoman base sa fortune sur une politique de confiscations, ainsi lors de la mort d’un  dignitaire de l’empire ou lorsqu’un dignitaire est en fuite ou en rébellion, les hauts fonctionnaires ottomans se rendent chez l’intéressé pour, avec l’aide de la population et des cadifs locaux, dresser la liste de ces biens et de ces dettes. L’opération souvent fort délicate à mener, pouvant exiger l’emploi de la ruse et de la force, voire un important déploiement de troupes. Une fois ceci fait. tous les biens de propriété sont vendus aux enchères sur le marché de la ville la plus proche, les créances, quant à elles, sont perçues. Même si cette pratique s'est déjà vue en occident, en orient dans l'empire ottoman,  il s’agit d’une politique systématique.

Pour justifier cette politique, le sultan base sa rhétorique sur le principe selon lequel tous les serviteurs de l’État sont considérés comme des esclaves du sultan (qul) à qui ils appartiennent donc corps et biens. Seuls les membres de l’ordre juridico-religieux, les c-ulema échappent à cette assimilation.

Toutefois cette politique a des limites, elle permet certes d’accroître les revenus à court terme, mais à long terme, elle influence les détenteurs de ces grandes fortunes fiscales. Ainsi la précarité des situations détourne des investissements à moyen et à long terme : sans doute voit-on des fortunes d’origine fiscale s’investir dans le grand commerce en pratiquant le crédit ou la commandite (mudaraba) mais « la loi tyrannique» limite ces rapports. Elle fait craindre également d’attirer l’attention du fisc par des investissements trop voyants comme les bâtiments ou les biens fonciers. Elle pousse au contraire à thésauriser les fortunes sous forme d’objets aisément dissimulables et qu’on peut emporter dans sa fuite : peu de capitaux sont placés en biens-fonds. À ce constat, on peut ajouter la fuite des capitaux, les notables ottomans souhaitent pour la plupart mettre en sécurité leurs capitaux dans des banques occidentales, notamment Allemandes.



C'est pour cela que le gouvernement du sultan souhaite abolir cette pratique pour la remplacer par une mesure moins extrême et plus juste pour les Ottomans. Ainsi à partir de ce jour, le sultan et son gouvernement jurent que les  confiscations n'auront plus lieu, A la place, et pour garantir un minimum de revenu à l'Empire Ottoman; lors de la mort d'un dignitaire, 30 % de sa fortune reviendront à l'Empire Ottoman. Les biens visés en priorité par cette mesure, sont les biens communs ( vaisselle, bijoux, etc.) les investissements, eux ne seront que très peu confisqués.


Meme s'il faudra du temps avant que la population de l'empire soit convaincue que les confiscations n'auront plus lieu, le Sultan espère que après ce laps de temps, les investissement dans l'empire commenceront à fleurir.
avatar
Baron
Baron
Messages : 84
Date d'inscription : 12/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Ven 15 Juin - 18:42
Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه[



Missions occidentales

L'Empire ottoman, toujours dans le cadre de sa tentative de modernisation, accueille aujourd'hui en son sein plusieurs missions occidentales, la première est une mission française composée d'ingénieurs, de géologues, d'avocats et de lettrées. La deuxième, quant à elle, est prussienne et possède la même composition que la mission française. De même pour la mission anglaise. Le personnel des missions sera payé grassement par la Sublime Porte et aura plusieurs objectifs. Le premier sera de former les Ottomans aux savoirs occidentaux, notamment en travaillant dans les universités locales. Le deuxième objectif, lui, est d'aider au développement de l'Empire ottoman, pour ce faire, les ingénieurs coopéreront avec les ingénieurs ottomans dans divers programmes, notamment le développement des futures voies de chemins de fer dans l'empire. Cette coopération constitue une première entre les peuples occidentaux et la Sublime Porte, nous pouvons espérer que cela ouvrira une période de paix et de prospérité en Europe.



Voie de chemin de fer





Aujourd'hui, une nouvelle compagnie de voie de chemins de fer voit le jour, grâce notamment à l'action du sultan passionné par les chemins de fer et toutes les nouvelles technologies occidentales, cette compagnie sera détenue à 50% par la Sublime Porte, à 15% par la France, à 25% par l’Angleterre et à 10% par des investisseurs étrangers ou ottomans. Le capital social de la compagnie sera assez modeste puisque la Sublime Porte malgré ses réformes reste dans une situation financière assez compliquée. Cette compagnie qui se nommera compagnie des voies de chemins de fer impériaux est dès lors au travail puisque le projet de construire une voie de chemin de fer qui relie Edirne à Istanbul  a déjà été validé par le sultan et les actionnaires de la compagnie. Cette ligne assez ambitieuse, longue de 200 km,  pour l'Empire ottoman devra permettre de faire enfin entrer l'Empire ottoman dans la modernité. Pour la réaliser l'empire fera appel aux membres des différentes missions occidentales sur le territoire ottoman, aux Ottomans eux-mêmes et si cela ne suffit pas à des experts étrangers.


Toutefois cette modernité peut faire peur aux sujets du Sultan, c'est pour cela que plusieurs dispositifs sont mis en place afin de faire accepter à la population le progrès et la modernité, ainsi dans ces régions ou le pouvoir du sultan est très fort on fera en sorte de présenter ce changement comme la volonté du sultan. Ce qui devrait normalement calmer les ardeurs des plus conservateurs.

Enfin pour financer ses créations, l'Empire ottoman va emprunter pour la première fois de son existence à une nation occidentale, le Royaume-Uni, ainsi après moult pourparlers les Ottomans sont arrivés à un accord, ainsi ils empruntent donc à un taux d’intérêt plutôt avantageux, 1.5 %, une somme assez modeste, voire très modeste,  1.5 million de livres Sterling. Cette somme sera remboursée au plus tard dans 15 ans.
avatar
Baron
Baron
Messages : 84
Date d'inscription : 12/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Lun 18 Juin - 0:42
Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه[





Nouvelle aide

Afin de faire venir des européens compétents dans l'Empire Ottoman, un firman publié en ce jour prévoit d'instaurer une nouvelle aide pour toute personne, quelque soit ses raisons, souhaitant s'installer dans l'Empire et  possédant des compétences dans le domaine de l’ingénierie de la science et administrative. Cette aide d'une valeur de 100 francs permettra au nouveau venu de s'installer dans l'empire fondé par Osman et de vivre une vie paisible.
avatar
Baron
Baron
Messages : 14
Date d'inscription : 24/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Lun 18 Juin - 13:20
Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه[

Damas


Le Sultan-Calife.


Le sultan Abdul Mecit a été durant ces deux ans l'auteur d'un dynamisme politique remarquable. La Sublime Porte tient pour objectif precieux de ne pas se faire distancer par le développement égyptiens. L'action de son Sultan donne à l'empire un réel espoir de réussir sa consolidation dans ce nouveau monde. Une consolidation sur tout les plans. C'est ainsi qu'aprés l'annonce des nouvelles taxes ottomanes le gouvernement ottoman se lance dans l'ardente tache de terminer la codification du droit ottoman et de ré organiser décemment les nouvelles missions occidentales pour que de leur présence déjà gênante soit tirée le plus grand profit possible.

La Codification du droit.

Lié à la volonté de légaliser les rapports entre l'état et ses sujets pour rendre ainsi les compétences du pouvoir plus consistantes et légitimes. L'empire se lance dans l'objectif de mettre en place un support écrit complet aux pratiques administratives et de codifier le pouvoir étatique. Pour la Sublime Porte l'imposition d'un droit impériale rédigé dans une province est synonyme de l'affirmation de son autorité dans les différentes régions de l’Empire tout en démontrant sa volonté de préserver la justice sacré de ses sujets.

Le code civile et le code pénale en plus du code du commerce.

Le code du commerce rédigé avec succès durant la première moitié du 19e siècle est le premier code ottoman. Pour donner à l'empire le socle d'une législation moderne: le code civil et le code pénal vont naitre de la plume ottomane inspiré par l'exemple français déjà suivi par l'Egypte mais aussi des bases anciennes de la société ottomane.
Un conseil d'état sera aussi institué.

_Le code civil ottoman promulgué n'est cependant pas copié du droit napoléonien comme la fait l'Egypte. L'âme d'un empire se reflète dans sa lois c'est pour cette raison que le Sultan Abdul Mecit a tenu à mettre en place une commissions de législateurs turcs issus des grandes écoles et une autre issu des fuqaha ( docteurs de la jurisprudence islamique ). Des divergences logiques qui vont naitre le sultan se donne la responsabilité de trancher et c'est en faveur des avis des fuqahas qu'il donnera raison. Sur les nombreuse lois civiles, la plus part sont issues des lois chariatiques tel que les lois de l'héritage familial ou du mariage. Ainsi ce corpus de lois est en bonne parti une codification des avis de l'école de jurisprudence hanafite les plus adpatés à l situation ottomane. L'école hannafite étant l'une des 4 école de lois sunnite dans le monde.
_Les nouvelles taxes seront aussi codifiés. La taxe douanière. La taxe sur le revenu annuel et la taxe sur la propriété foncière. Elles intègrent ainsi une sous branche du code civil en tant que code fiscal.
_À celà s'ajoute le code pénal. Les sanctions de la charia y seront rédigés sur les questions du vol, de l'adultère, de l'apostasie ou encore de la trahison politique. Cependant les législateurs issus de l'éducation séculaire intégreront de nouvelles options de punition pour ces crimes. Tel que l'exil pour l'apostasie. La prison et les amendes pour le vol et l'adultère. Ainsi l'empire sans renier le droit pénale islamique donnera à ses juges des moyens plus adaptés pour sanctionner, en accord avec les finalités de la législation islamique et le contexte contemporain.
_Enfin le conseil d'état se verra accordé un degré special dans la juridiction. Au dessus des  tribunaux, le conseil d'état est avant tout un organe de conseil du sultan et de ses vizirs ministres sur les projets de lois qu'il peut proposer de lui même. Il est aussi l'organe qui veille au bon fonctionnement de la jurisprudence et de son application en trouvant les solutions aux problèmes rencontrés
Il sera composé d'une partie de l'aristocratie turque et des juristes, exclusivement musulmans, car le gouvernement peut passer directement par les patriarches chrétiens pour traiter les questions juridiques des milets si il le souhaite.
À la tête du conseil d'état se trouve un vizir nommé directement par le sultan. Son rôle est ensuite de nommer le reste du corp du conseil d'état et de veiller au bon déroulement des séances.

 


Le cas particulier des milets.

Les milets, un régime communautariste qui permet aux communautés non musulmanes de vivre sous leurs propres lois civiles. En cette période de réorganisations où l'on recherche l'unité de l'empire les regards sont tournés sur cette institutions qui parait à première vue gênante. Pour autant le gouvernement y voit là un moyen d'acheter la paix social avec les non musulmans. Les milets ne sont pas abolis, ils sont légalisés avec le reste de l'empire. Ainsi les patriarches de toute les communauté de l'empire ont proposer au sultan un code civil qui régit le droit dans les rapports entre chrétiens et qui fait lois dans leur milet après négociation et  une fois validé par Istanbul.

l'organisation des missions étrangères.

D'Allemagne de Prusse et de France les étrangers viennent en Orient mandatés par leur rois ou empereur sans avoir encore reçu d'objectifs clairs à remplir. Donnant ainsi l'impression que la sublime porte ne connait pas les chantiers qui sont les siens, pourtant le Sultan et ses agents connaissent très bien leurs dossiers.

2 commissions étrangères seront formés.

1) La commission des écoles. Pour assurer la formations intra ottomane de ses propres agents, l'empire a commandé la rédaction de nouveaux programmes scolaires et de nouveaux examens touchant l'économie, l'ingénierie ( en industrie militaire télégraphique et minière ), l'administration et la formation des officiers militaire. Une commande qui annonce la création de nouvelles grandes écoles dans un avenir proche.

2) Une commission qui préparera la formation très spécifique d'un corp de 30 agents ottomans. Cette formation concerne la gouvernance d'une banque centrale. Projet trés réfléchi au sein du gouvernement ottoman, les débats ont menés le pouvoir à décider d'organiser la formation poussée sur 2 ans de ses hauts fonctionnaires avant de leurs donner les clés d'une futur institutions qui sera primordiale pour le futur de l'Empire.

Le reste de la mission concerne l'accompagnement du patronage ottoman dans les chantiers de chemin de fer.


Politique directe, les soulèvements balkaniques.

La nouvelle d'un soulèvement qualifié de mineur  est enfin arrivé au pied de la Sublime Porte. Sans se laisser troubler dans sa réorganisation le Sultan tient à prendre les disposition nécessaire pour étouffer le problème.
Sous le conseil de son grand vizir la mission de battre ce soulèvement sera donner à Omer Pacha Latas, un officier  d'origine serbe. Il est un général ottoman qui a déjà fait ses armes dans ce genre d'opération. En 1842 il a déjà réprimé les rébellions albanaises (1843), kurdes (1846), et bosniaques (1850).

Il aura à sa disposition toute les divisions militaires présentes dans les régions concernés. Les forces de répressions éviteront ainsi de se reposer essentiellement sur les forces paramilitaires du pachalik de Ioannina. Pour éviter de ce fait les violences inutiles et le renforcement du pacha de cette province qui mettrait en cause la centralisation des balkans.




Omer Pasha.




Dernière édition par Bad_Bill le Mar 19 Juin - 23:05, édité 4 fois
avatar
Baron
Baron
Messages : 84
Date d'inscription : 12/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Mar 19 Juin - 21:56
Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه[


Affaires économiques
Après la création de la première ligne de chemin de fer du pays , l’Empire ottoman continue sa politique de grands travaux en créant deux nouvelles lignes supplémentaires, une première ligne reliant Edirne à Bucarest, ce sera le prolongement de la ligne Istanbul ; Edirne, la deuxième ligne quant à elle reliera Istanbul à la ville de Trébizonde, en longeant la coté. Ces travaux seront évidemment pris en charge par la compagnie des voies de chemins de fer impériales, société détenue à 50 % par la Sublime Porte.

Pour financer ces chemins de fer et les futures forts dans le Caucase et dans le Danube, l'Empire Ottoman entreprend plusieurs emprunts, ainsi pendant quatre ans, chaque année, le gouvernement ottoman empruntera 2,5 millions de francs par an à un taux d’intérêt de 3 .5% à la France , ces emprunts seront remboursables sur une durée de 30 ans ; en échange de ceci, le gouvernement ottoman baisse ses frais de douane sur les fournitures ferroviaires et navales française de 5 %, la plupart de ses fournitures ne pouvant être produit en Turquie, le gouvernement ottoman semble réaliser une bonne affaire.  Au vu de la faible économique de l'Empire ottoman, la durée de ces travaux devra être assez importante.
avatar
Baron
Baron
Messages : 84
Date d'inscription : 12/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

le Mer 20 Juin - 23:54
Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه[


Réforme militaire

Même si l’armée de réserve est une force capable de défendre le pays face à un envahisseur potentiel, elle souffre de nombreux problèmes. Par exemple les difficultés financières de l’empire font que les troupes de l’armée de réserve servent au  sein de l’armée active, et ce, sous-tout les drapeaux et dans tous les régiments, ce qui en plus de nuire à l'homogénéité des bataillons dans lesquels ils servent, cause des troubles dans le pays car la mobilisation continuelle des hommes  en temps de paix impose une charge très lourde aux musulmans, puisqu'elle  prive les familles de la plupart des hommes de vingt-cinq à trente-deux ans et les enleve sans cesse à leurs occupations. En plus de ceci, c’est une cause de la désertion en masse des hommes de la réserve,. Pour  régler ce problème notable, il est décidé en ce jour que les appels des hommes de l’armée de réserve se feront selon un planning très bien défini, communiqué à l'avance aux intéressés afin de leurs laisser le temps de s'organiser pour pouvoir être présent lors des appels. Pour la quasi-totalité des hommes, les journées d'appels représenteront 50 jours dans l'année . Enfin, afin de ne pas nuire à l'homogénéité des bataillons, les soldats seront mobilisés en même temps que leurs compagnons de régiment. Les membres de ces régiments seront proches géographiquement, afin de faciliter cette mobilisation.

Les non musulmans ne participant pas à la conscription ne défendant pas l'Empire ottoman contre les oppresseurs et les infidèles, il est décidé d'instaurer un nouvel impôt pour financer la défense de l'empire face aux hordes barbares, cet impôt sera imposé  à toute personne  de sexe masculin non musulman. Pour justifier cette mesure aux yeux de l’Europe, la Porte déclare que les populations non musulmanes éprouvent une aversion insurmontable pour le service des armes, et que par conséquent, il est impossible d’en recruter pour l’armée mais qu'ils doivent participer d'une manière ou d'une autre à la défense du pays.  Malgré tout ceux qui souhaitent et arrivent à dépasser cette aversion peuvent rejoindre le régiment de Cosaques ou le régiment polonais de dragons ottomans qui seront fondés d'ici peu ( voir la suite de mon poste )

Toujours dans l'optique de faciliter la mobilisation des troupes, l'empire souhaite créer des lieux de  dépôts et de liste d'appels pour les milices anatoliennes et les Bachi Bouzouks, ainsi il est proposé à ces personnages de se réunir en cas de guerre à un point précis de la carte ou des armes seront déposées, l'Empire Ottoman prendra en charge la construction de ces locaux, dans le but d'en créer un tous les 50 Km. En plus de ceci, la sublime porte prendre en charge la formation des officiers de ces milices pour qu'ils puissent s'ouvrir à la science occidentale et militaire. comme le souhaite la commission, la Sublime porte va aussi mettre en place des journées d'appels pour ces milices. Fixés à 10 jours pour les membres des milices ils seront bien payés par la Sublime Porte et permettront de consolider les forces de l'armée. La peine encourue par les miliciens refusant de se présenter à la journée d'appel est la peine de mort.

En plus de ceci, un nouveau corps d'armée est crée, il sera composé de 6 régiments d'infanterie ( 18 000 hommes), d'un   régiment  d'artillerie de campagne ( 1 000 hommes ),   d'un régiment d'artillerie des forteresses ( 1 000 hommes)  d'un régiment de cosaques ( 2 000  hommes), d'un régiment   polonais de dragons ottomans ( 2 000 hommes), d'un régiment du génie ( 2 000 hommes) et enfin de deux  régiments de cavalerie ( 4 000 hommes).  La nouveauté de ce corps d'armée est l’incorporation de troupes non musulmanes en la personne des cosaques qui seront recrutés principalement chez les Bulgares mais ouvert à tous les Slaves   sur la base du volontariat, et le régiment polonais de dragons ottomans composé de Polonais ayant fui la répression Russe de 1830. Toutefois malgré les conseils de la commission Randon, ce corps ne sera pas plus payé que les autres et ce pour une raison assez évidente, le gouvernement n'en a pas les moyens. Ils seront par contre équipés de fusils miniés.

Les forteresses, elles, seront construites selon les plans français malgré le coût énorme de ces travaux.

Les commandes de canons encouragées par  La commission Vallée seront mises en place, de plus l'Etat Turc produira 100 pièces de canons supplémentaires.

Le gouvernement ottoman accepte que  la commission Randon équipe la flotte du Calife de 24 canons Paixhans
Contenu sponsorisé

Re: Empire Ottoman/دولتِ عَليه عُثمانيه

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum